Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/04/2014

La Plaine Chassart au service de la… terre

La Libre, Momento, Dehors, plaine Chassart, terreÀ la Plaine Chassart, on ne parle pas “plante” mais “terre”. The place to be pour tous ceux qui démarrent un chantier ou qui transforment leur jardin.

Les grands travaux: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans


ENTRE NIVELLES ET Namur, près de Villers-la-Ville, cela fait bientôt deux siècles que Chassart s’est forgé une solide réputation en agriculture. Dans les années 60 avec la production d’un excellent fumier de champignons, 20 ans plus tard avec des terreaux et amendements, et depuis 2003 avec des mélanges de terres sur 7 ha. Leur devise ? “De bons produits pour un jardin sans soucis !” Ici, pas de rayon frais, pas de végétal, “que du matériel qui ne tombe pas en panne. Exit les tondeuses”.
 
À Chassart, on voit grand. Les professionnels et les particuliers ayant des jardins viennent y remplir les uns, une remorque, les autres, un coffre de voiture. Inutile de s’y rendre pour y rempoter le petit cactus du gamin. Leur cheval de bataille ? La livraison en vrac de terre, d’amendements, de paillis, d’engrais, aussi en big bag (pas très pratique sauf en ville), ou dans des grands sacs de 50 à 70 litres, parfois 20 litres dans des cas précis. C’est une adresse incontournable pour tous ceux qui démarrent de gros travaux au jardin. En général, ils commencent par s’occuper de la terre.
 
La terre en général
La terre est en effet l’élément principal du sol. Sans vouloir verser dans la chimie et la botanique, on peut dire qu’elle détermine la bonne ou la mauvaise croissance des plantes. De quoi est-elle composée exactement ? De particules minérales de tailles différentes : sable, limon et argile. Sa texture dépend des proportions de ces particules. Une “bonne terre de jardin” retient bien l’eau. Facile à travailler, elle contient de l’humus formé de matières organiques (déchets végétaux et animaux). Ensemble, ils forment sa structure.
Travailler le sol est en d’autres mots maintenir la structure de la terre, la corriger ou l’améliorer. Comment ? En ajoutant des matières organiques, des amendements qui viendront la nourrir et fortifier les végétaux. Lesquels ? Compost, terreau de feuilles, fumier de vache, de cheval, de champignons, paille, écorce… Les terres lourdes deviendront moins compactes et les sableuses retiendront mieux l’eau.
 
Autres mélanges de terre
 
Les amateurs de terre limoneuse (75 % limon, 10 % argile et 15 % sable) opteront pour le mélange “terre végétale” provenant de terres de culture. Fertile, garantie sans cailloux, elle est utilisée pour les nivellements de sol et le renouvellement des couches superficielles disparues lors de travaux.
Un mélange spécial terrasse et toitures végétales est de plus en plus demandé. Il tient compte des spécificités de ces milieux particuliers, soit de la “terre végétale” avec du sable, de la tourbe blonde et noire, de la perlite – sable siliceux d’origine volcanique à très grande capacité de rétention d’eau – et de l’argex, des billes d’argile blanches retenant également l’eau.
Un mélange terre-compost provenant de la culture de betteraves représente quant à lui un apport fertile pour les sols pauvres et caillouteux et pour les serres. Certes la culture des betteraves épuise la terre, mais à Chassart, elle est régénérée pendant 1 an ou 2 et améliorée ou allégée en matières organiques par l’ajout de 25 % de compost de déchets verts.
 
Paillis
 
Pour protéger le sol contre la levée des mauvaises herbes ou simplement pour cheminer dans le jardin, rien de tel que les paillis. Les écorces brutes de pin, triées par grosseur, finiront par se décomposer et se transformer en humus qui enrichira le sol. Les déchets sont broyés dans de la terre de bruyère pour en faire du terreau. Le pin des landes, produit inerte ressemblant à du liège, ne se composte pas facilement et tient sur place 8 ans minimum, alors que le pin sylvestre à tendance acide s’altère beaucoup plus rapidement.
Aussi les coques de cacao, le lin, le coco et le chanvre, sans oublier le schiste au look contemporain. Le paillis en châtaignier, produit 100 % naturel, est particulièrement séduisant. Réputé pour sa résistance à l’humidité et à la pourriture, grisonnant après quelques semaines, une couche d’environ 6 cm est suffisante.
 
La Libre, Momento, Dehors, plaine Chassart, terreBois et pierres
 
Au rayon bois, les clôtures en châtaignier de toutes dimensions côtoient les portails et portillons, les barrières anglaises et les pilastres en chêne.
Au rayon des pierres décoratives, le schiste est décliné en pas japonais, en plaquettes pour effectuer un mur à sec, ou en épalis, ces pierres plates dressées à la verticale pour retenir les terres. Plus loin, sont stockés la pierre bleue, les gravillons concassés de toutes les couleurs, les galets ou les graviers de mer. Le métal est également bien représenté. Grillages, panneaux et gabions qui font les beaux jours des jardins paysagers d’aujourd’hui.
 
Terre compostable
 
“TCS” est incontestablement le produit phare de la maison. Un mélange de terre, compost et sable, à la structure très fine, plus lourd que le terreau et idéal pour remplir les jardinières et surfacer le potager. Parfait aussi pour la création et la rénovation de pelouses endommagées et pour les greens de golfs. Ce mélange est composé de “terre végétale”, compost, tourbe noire et sable à la granulométrie étudiée pour optimiser le drainage du sol. Il contient aussi de l’alsil, soit un ensemble de granulats formés de fines plaquettes d’aluminosilicates (silice, alumine) provenant des gisements carbonifères. L’alsil est un élément 100 % naturel, pauvre en métaux lourds ou éléments toxiques, qui possède des éléments nutritifs importants. Sa couleur foncée garantit une bonne absorption de la chaleur, favorisant la germination et la croissance des plantes.
 
 
Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.