Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/05/2014

Les chaînes ne boudent pas (toutes) les élections européennes

La Libre, Momento, Derrière l'écran, élections européennes, débat, télévisionUne première : un débat télévisé entre les candidats à la présidence de la Commission européenne sera retransmis le 15 mai par 18 pays. Souvent sur les chaînes publiques parlementaires, ce qui a provoqué une polémique en France.
 
Caroline Gourdin, à Paris


FRANCE TÉLÉVISIONS NE DOIT PAS censurer le débat européen”, titrait le “Huffington Post” dans une tribune du 28 avril signée par des députés européens, des chercheurs, des militants… Cet article plaidait en faveur d’une diffusion en direct sur France 2 du débat télévisé organisé le 15 mai par l’Union européenne de radiodiffusion, premier du genre, entre les cinq candidats à la présidence de la Commission européenne : le social-démocrate Martin Schulz, le conservateur Jean-Claude Juncker, le libéral Guy Verhofstadt, le candidat de l’extrême-gauche Alexis Tsipras, et l’écologiste Ska Keller.
 
Ce débat d’une heure trente, modéré par la directrice de Rai News 24, Monica Maggioni, sera retransmis par une trentaine de chaînes de télé issues de 18 pays, dont la Belgique (voir ci-dessous). En France, c’est le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, qui lança la polémique, le 24 avril, en reprochant à France Télévisions de ne pas retransmettre le débat européen en direct sur ses grandes chaînes, deux parlementaires lui emboîtant le pas le 29 avril en saisissant le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) sur le sujet.
 
Le CSA envoya ensuite un courrier au président de France Télévisions, Rémy Pfimlin, pour lui rappeler “l’importance de cet enjeu pour le service public de la télévision”. En réalité, France Télévisions n’a, en aucun cas, décidé de bouder ces élections, malgré le peu d’intérêt que semblent manifester les Français pour le scrutin du 25 mai, comme pour les affaires européennes en général.
 
Au contraire, la couverture sera même plus importante sur le service public que pour les élections européennes de 2009.
 
1. En ce qui concerne le fameux débat du 15 mai (qui utilise le même réseau technique que l’Eurovision), c’est sur les chaînes parlementaires du groupe, LCP-Assemblée nationale et Public Sénat, que la retransmission en direct est prévue, dès 20h30. France Télévisions ne fait que s’inscrire “dans un dispositif organisé à l’échelle de l’Union européenne de radiodiffusion (UER)”, comme le groupe le rappelait dans un communiqué du 28 avril. “Les groupes audiovisuels publics européens, dans une logique de répartition rationnelle des missions et programmes sur leurs différentes chaînes, ont prévu de retransmettre le débat, soit sur leurs chaînes parlementaires, soit sur leurs chaînes info : BBC Parliament au Royaume-Uni, Phoenix, la chaîne parlementaire en Allemagne, Rai News 24 en Italie, Canal 24 Horas en Espagne…”. Par ailleurs, le débat sera retransmis en streaming sur le site francetvinfo.fr.
 
2. Le jeudi 15 mai, à 20h45, France 2 propose une soirée spéciale avec un documentaire inédit, Le Roman de l’euro, coprésenté par David Pujadas et Daniel Cohen, qui raconte l’histoire de l’euro et de l’Europe depuis la chute du Mur de Berlin en 1989 jusqu’à aujourd’hui (nous y reviendrons). Il sera suivi d’un débat sur l’avenir de la monnaie commune.
 
3. Deux magazines se mettent à l’heure européenne sur France 2 : Mots croisés réunira de grands leaders politiques européens le lundi 19 mai, à 23 heures, et Des paroles et des actes proposera un débat entre les leaders des différents partis politiques français, le jeudi 22 mai, à 20h45.
 
4. La rédaction de France 2 prépare pour le 25 mai une édition spéciale consacrée au scrutin. Au programme : estimations dès 20 heures avec Ipsos-Stéria, résultats et réactions d’invités politiques, analyses des correspondants et envoyés spéciaux dans les principales capitales européennes et circonscriptions françaises…
 
5. Pour la première fois, France 3 profite de son réseau régional pour organiser, en simultané, le mardi 20 mai à 22h25, sept débats avec les candidats têtes de liste dans les 7 circonscriptions. Outre un 19/20 spécial et un Soir 3 spécial de 60 minutes le 25 mai, Patricia Loison et Louis Laforge présenteront le 26 mai un “Soir 3 spécial” en direct du Parlement européen à Bruxelles. Rappelons enfin que le magazine hebdomadaire de Véronique Auger, Avenue de l’Europe, rassemble 1,5 million de fidèles chaque samedi sur France 3 à 18h30.
 
 
“Sans l’Europe, la RTBF serait une télévision régionale”
 
Pour Jean-Pierre Jacqmin, directeur de l’info, la RTBF couvre de “façon complète” les européennes.
 
EN BELGIQUE, LA POLÉMIQUE n’a pas ricoché sur la RTBF. “C’est vrai que je suis un peu étonné de voir ça en France, alors que ce sont les seules élections qu’ils doivent couvrir. Les enjeux sont importants. Ce débat a sa place sur une chaîne nationale”, plaide le directeur de l’info, Jean-Pierre Jacqmin.
Même si l’Europe n’est pas simple à médiatiser, tempère-t-il. A la RTBF, je suis content du dispositif que nous avons mis en place. À côté de la couverture des régionales et des fédérales, je peux dire que 20 à 25 % de notre dispositif est entièrement consacré aux élections européennes.
 
 
En France, en radio comme en télé, les émissions régulières sont rares. En Belgique, en revanche, elles sont de plus en plus nombreuses : “Le bar de l’Europe” sur TV5 Monde, “Investigations” sur RTL-TVI, “C’est ça l’Europe ?” et “EuropeS” sur la RTBF.
 
Les gens ne désintéressent pas de l’Europe. Au contraire, ils se rendent compte que son rôle est sans cesse plus important et a un impact direct sur leur quotidien. C’est la façon dont on aborde l’Europe dans les médias qui doit changer. On ne doit pas relayer le point de vue du rond-point Schuman ou des institutions européennes mais aborder des événements, des thématiques concrètes qui concernent directement les gens. Je pense aussi que nous sommes plus sensibles aux questions européennes en Belgique qu’ailleurs parce que nous sommes proches de Bruxelles, poursuit le directeur de l’info. Être à Bruxelles, nous permet d’accéder plus facilement à un certain nombre de représentants européens. Ça tient aussi au fait que la Belgique est vraiment un pays fondateur de l’Europe et qui s’est beaucoup investi dans l’Union européenne. Et la Belgique est terriblement influencée par l’européanisation. Sans l’Europe, je pense que la RTBF serait une télévision régionale.”
 
Ces émissions, aussi régulières soient-elles, ne disposent toutefois pas de la meilleure visibilité : les deux magazines de la RTBF sont diffusés sur La trois. Celui de RTL-TVI est relayé en deuxième partie de soirée, le dimanche soir. “Le bar de l’Europe”, diffusé le dimanche matin à 6h20 et à midi, occupe finalement la place la moins enviable.
 
Diffuser nos émissions consacrées à l’Europe sur la troisième chaîne, ce n’est pas faire des émissions ghettos. C’est un choix éditorial, affirme Jean-Pierre Jacqmin. Un choix effectué en fonction des nos différentes chaînes. On peut voir les choses de deux manières : soit la RTBF met des émissions européennes sur La trois de manière un peu négative ou bien, la RTBF investit des moyens, du temps, des talents et ses meilleurs journalistes dans des émissions européennes événementielles diffusées sur La une. Depuis plus de 12 ans, nous mobilisons des moyens pour couvrir l’actualité européenne en radio, en télé et en prime, à l’intérieur de nos journaux, dans nos tranches intégrées. Avec des chroniques, des journalistes spécialisés entièrement consacrés à ces matières.”
 
 
En attendant le débat du 15 mai, Le grand électoral accueille tous les samedis, des candidats aux élections européennes (à 13h sur La Première). Tous les jours à 8h30 (même chaîne), le magazine La semaine de l’Europe questionne quant à lui l’actualité de l’Union.
 
Enfin, ce dimanche 11 mai, à la veille du scrutin, le magazine EuropeS se penche également “sur ce qui fait courir l’Europe ?”. Les prochaines élections ? Pas sûr. Les Catalans et les Écossais semblent plus préoccupés par leur indépendance… À suivre dès 22h25 sur La trois.
Au. M.
 
 
Ph.: Wiktor Dabkowski Reporters/DPA

Les commentaires sont fermés.