Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/05/2014

Cracovie, la nostalgique

La Libre, Momento, Escapade, Pologne, CracovieAncienne capitale royale jusqu’en 1596, Cracovie est un trésor à ciel ouvert. Si Varsovie est à tort critiquée par les Cracoviens pour son côté “artificiel”, Cracovie n’a rien à envier aux plus belles cités européennes.
Petit tour d’horizon de la ville considérée comme le symbole de la “vieille Pologne” pendant l’ère socialiste.

Toujours à l'Est: Alice Siniscalchi


Un centre-ville exceptionnellement intact
Épargné par les ravages de la guerre, le centre historique de Cracovie, qui se développe autour de la grande place du Marché (Rynek), surprend par ses grands espaces, ses couleurs chatoyantes, son élégance. La Halle aux Draps, cette structure en style Renaissance allongée au milieu de la place, existait déjà au XIVe siècle et, aujourd’hui comme à l’époque, attire les passants – lisez les touristes – tel un aimant. Et pour cause, la galerie au rez-de-chaussée abrite une série surprenante d’échoppes qui font la part belle à l’artisanat polonais. Si c’est la renommée de l’ambre polonaise qui vous a poussé jusqu’ici en quête de souvenirs, sachez que vous y trouverez votre bonheur car la pierre jaune de la Baltique y est omniprésente, se déclinant en des centaines de colliers, bagues, pendentifs, boucles d’oreilles. De la tour du Beffroi de l’hôtel de ville à la majestueuse église gothique Notre-Dame avec ses tours dissymétriques, en passant par le très récent musée du Rynek souterrain, la place possède autant de points d’intérêt qui valent bien le détour avant de s’en donner à cœur joie dans les nombreux cafés et boutiques de la rue Florianska, qui s’étire jusqu’à la jolie porte Saint-Florian.
 
Le château du Wawel
Si vous empruntez la rue Grodzka, dans le sens opposé, c’est l’autre grand symbole historique de Cracovie qui vous attend : le château royal du Wawel – qui signifie “colline sur l’eau” (de la Vistule). Depuis le XIe siècle, il coexiste avec la cathédrale éponyme qui, elle, a été le lieu de couronnement des rois et qui recèle les sépultures des dynasties royales, ainsi que des familles et des hommes polonais illustres. Avant que le roi Sigismond III Vasa ne décide de transférer la capitale à Varsovie, en 1596, la monarchie était basée ici, faisant de Cracovie un lieu de rayonnement commercial, artistique et scientifique d’envergure européenne. Comptez deux bonnes heures pour visiter ce superbe château aux intérieurs réalisés en style Renaissance italien – qui abrite à présent, et provisoirement, ce ravissant petit tableau à l’histoire extraordinaire qu’est “La Dame à l’hermine” de Leonardo da Vinci, normalement conservé au musée Czartoryski, actuellement en travaux.
 
Une profusion de cafés et restaurants
Vous le remarquerez sur place : les prix de l’excellente nourriture polonaise sont ridiculement bas. De quoi être d’autant plus tenté par les spécialités locales : un repas complet dans l’une des nombreuses tavernes typiques coûte souvent entre 5 et 8 euros (un zloty vaut à peu près 24 centimes d’euro). Les “pierogi”, sorte de raviolis en forme de demi-lune garnis de fromage blanc, d’oignon et de pommes de terre, de viande ou de choux, sinon de champignons, ainsi que le “zurek” et le “bortsch”, des soupes, y sont à l’honneur. Pour ceux qui ne sont pas braqués alcool (la bière et la vodka coulent à flots), une boisson rafraîchissante dont on se resservira encore et encore est la compote de fruits, spécialité des pays d’Europe centrale et orientale. Les férus de cafés historiques n’hésiteront pas à se la couler douce dans les salons restaurés Art nouveau (ou en terrasse, un vrai coup de cœur pendant la belle saison) du café Noworolski, sur le Rynek, qui fut l’un des favoris de Lénine. Ou bien, plutôt en hiver, dans les salles plongées dans la pénombre de l’Antre de Michalik, véritable musée en plus d’être l’un des cafés les plus célèbres de Pologne – berceau du mouvement littéraire et artistique Jeune Pologne, à la Belle Époque.
 
Mais aussi…
La visite de Cracovie ne serait pas complète sans un détour par le quartier juif de Kazimierz, haut-lieu de l’importante communauté juive de la ville de la fin du XVe siècle jusqu’à l’extermination perpétrée par les Nazis. L’engouement pour Kazimierz s’est éveillé depuis le tournage du film “La liste de Schindler” par Steven Spielberg. Il faut savoir que la vraie usine de l’industriel allemand se trouve à 20 minutes à pied du centre. Le camp d’Auschwitz, symbole de l’Holocauste, est situé, lui, à 1h30 de bus de Cracovie.
Si vous disposez de plusieurs jours, il est possible d’atteindre en peu de temps, depuis la ville, la mine de sel gemme de Wieliczka, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco – tout comme les centres historiques de Cracovie et de Varsovie, évoqués dans ces pages. Cet incroyable labyrinthe souterrain creusé depuis le XIIIe siècle recèle, entre autres, des œuvres sculptées, des lacs salins, des puits, mais surtout la chapelle Sainte-Kinga, patronne des mineurs, éclairée par des lustres en cristal salin.
Enfin, à Wadowice, à 46 km au sud-ouest de Cracovie, la maison natale de Karol Wojtyla est une destination de prédilection pour les pèlerins du monde entier, à longueur d’année.
 
 
Ph.: A.S.

Les commentaires sont fermés.