Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/06/2014

Au pays des cow-boys

La Libre, Momento, Escapade, Texas, Fort Worth, cow-boysSi vous rêvez de l’atmosphère des westerns, de voir des cow-boys autrement qu’au cinéma, de revivre l’épopée de la conquête de l’Ouest, faites escale à Fort Worth, au Texas, une étape incontournable qui attire plus de 6 millions de visiteurs par an.

A la découverte du Far West: Slim Allagui


“WHERE THE WEST BEGINS”… Là où l’Ouest commence, indique un écriteau dans un bar aux murs recouverts de chapeaux, dont certains datent de plus d’un siècle. Assis sur une selle de cheval comme tabouret, nous sirotons une bière bien fraîche à côté d’un habitué du coin, un septuagénaire à la barbe hirsute, santiags aux pieds et Stetson bien vissé sur la tête.
 
Welcome to Fort Worth, le pays des cow-boys”, nous dit-il en levant son verre, et en nous montrant un chapeau accroché au plafond, “celui de mon père. Il y a même son nom inscrit dedans”. Nous sommes à Fort Worth, une des villes légendaires du Texas, le deuxième plus grand État américain, terre des westerns immortalisés par le cinéma.
 
 
À 5 kilomètres du centre-ville, le Stockyards District, le quartier historique, vous replonge dans l’histoire des cow-boys et des rassemblements de bétail dans les années 1800. Un village avec ses saloons et hôtels d’antan, ses habitants fiers de leurs racines et ses millions de visiteurs à la recherche de l’âme et de l’art de vivre des derniers cow-boys.
 
Dans la rue principale, Exchange Avenue, un saloon d’exception, le White Elephant, avec ses statuettes d’éléphants des quatre coins du monde. Une visite incontournable. À l’intérieur, on se croirait dans un western avec John Wayne : lumière tamisée, chaises et tables d’époque, bar authentique, une véritable coulisse de cinéma. “Eh non, ça n’a pas été construit pour un film. C’est un vrai saloon, comme il y en avait partout dans l’Amérique des pionniers de la conquête de l’Ouest”, assure le barman.
 
Ici, vous êtes au cœur de notre histoire”, qui a commencé en 1849, lorsque l’armée américaine fonde Fort Worth, un avant-poste militaire sur la berge de la rivière Trinity, du nom de William Jenkins Worth, héros de la guerre contre le Mexique.
 
Base des chasseurs de bisons partant en expédition dans les grandes plaines en 1860, Fort Worth devient dix ans plus tard la cow town, la ville des vaches, où se rassemblent les troupeaux de bovins.
 
L’arrivée du chemin de fer galvanise le village, transformé en terminal important de rassemblement du bétail de la région. Les visiteurs, aujourd’hui, peuvent revivre l’ambiance et partager la vie quotidienne des cow-boys, dans un cow camp, avec maniement du lasso, repas des bouviers autour d’un feu de camp comprenant haricots et café agrémentés d’histoires d’autrefois.
 
 
Le clou de la visite de Fort Worth est le défilé spectaculaire, deux fois par jour, du troupeau de vaches Longhorn dans la rue principale. Des vaches si particulières qui constituent le symbole du Texas, avec leurs longues cornes impressionnantes pouvant mesurer jusqu’à près de 2 mètres de pointe à pointe, une arme redoutable contre les prédateurs.
 
Tout autour veillent des cow-boys et même des cow-girls charmantes arborant un large sourire sur leurs montures et se prêtant volontiers au jeu des photos-souvenirs des nombreux touristes. Dans la rue, un Texan montre fièrement sa Buick décorée d’une corne de Longhorn comme emblème.
 
La Libre, Momento, Escapade, Texas, Fort Worth, cow-boysFort Worth, c’est aussi, et surtout, le rodéo, l’attraction phare des Stockyards qui a lieu le week-end dans l’arène du Coliseum, la plus ancienne des USA. À l’intérieur, l’ambiance est survoltée dans une odeur imprégnée de pop-corn, de coca et de bière. Le spectacle vaut le détour, chargé de moments d’émotion intense : concours de lasso entre cow-boys pour attraper un jeune veau ou taurillon, course de vachettes, épreuve de résistance sur un taureau furieux, décidé à désarçonner son cavalier en quelques secondes. Distraction garantie. Les spectateurs, dont certains portent tout l’accoutrement texan, depuis les bottes au chapeau jusqu’au ceinturon, en raffolent.
 
J’adore. C’est intense, amusant et on en a pour son argent”, confie Lars Petersen, un touriste danois venu avec sa femme et ses deux enfants passer une journée à Fort Worth “terminée par une soirée rodéo épatante”. Jan, son fils âgé de 12 ans, “rêvait de voir des cow-boys en vrai, ça y est. Ils sont comme dans les films et vraiment forts sur les taureaux, mais ils ont été rudement secoués”. Sa sœur, Marie-Louise, 16 ans, est tout aussi ravie : “Il y avait une ambiance super, deux heures de spectacle à l’américaine très bien ficelé. C’était chouette et très excitant”.
 
 
Dans les rues de Stockyards, il y a encore des cow-boys qui se promènent à cheval, mais “pas pour faire de la figuration pour appâter les touristes. Je suis un cow-boy, un vrai”, clame l’un d’entre eux qui habite un ranch dans les environs.
 
D’autres, cow-boys des temps modernes, ont échangé leurs montures contre des Harley Davidson, arpentant l’Exchange Avenue à califourchon sur leurs motos rutilantes. Direction le Billy Bop’s, au Rodeo Plaza, surnommé “le plus grand saloon du monde” pouvant accueillir 6 000 personnes au milieu de ses 32 bars, ses pistes de danse, ses billards, son arène et ses deux scènes de concert où se sont produits les grands noms de la musique country. À voir absolument pour les amoureux de l’époque du Far West.
 
 
Ph.: FWCVB

Les commentaires sont fermés.