Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/06/2014

Limerick sur Shannon

La Libre, Momento, Escapade, Irlande, LimerickLimerick a su se réinventer pour mieux se tourner vers ses lointaines origines, tout en misant sur son fleuve.

Taisteal*: Frédérique Masquelier

SI LES HABITANTS DE LIMERICK et, surtout, les membres du staff de l’office du tourisme n’en pipent pas mot, les chauffeurs de taxi, eux, se font plus bavards : Limerick a mauvaise réputation. Une ville coupe-gorge, baptisée “Stab City”, où les petits crimes (au couteau) vont bon train. “Mais c’était avant, précise l’un d’eux. Les choses ont changé maintenant.”
 
Troisième grande ville d’Irlande après Dublin et Cork, Limerick a, il est vrai, longtemps traîné une image peu flatteuse, héritée de son passé ouvrier. Le voilà qui semble désormais bel et bien révolu : sur les bords du fleuve Shannon, les quartiers se rénovent, les monuments historiques se dépoussièrent, l’urbanisme se réinvente. Et la ville est en fête, qui a été choisie pour devenir la toute première city of culture d’Irlande. Un honneur qui couronne ses efforts et son influence croissante.
 
Limerick a une longue et riche histoire, sans doute du fait de sa situation privilégiée. Les limites de la partie la plus ancienne de la ville sont en effet dessinées par le cours de la Shannon River, qui l’entoure et l’isole du reste du pays. Ses divers occupants, depuis les Vikings aux Anglais, en passant par les Normands, ont tous laissé leur empreinte. Résultat, le centre-ville se divise entre les quartiers traditionnels d’Englishtown, à la pointe sud de King’s Island, Irishtown, qui compte les rues les plus anciennes de la rive sud, et le centre économique actuel, Newtown Pery. À la différence des deux premiers, médiévaux, le quartier de Newton Pery est créé à la fin du XVIIIe siècle, suivant un plan quadrillé tout à fait inhabituel à l’échelle du pays. L’architecture y est marquée par le style géorgien, dont les plus beaux exemples s’observent autour du Crescent (photo) et à Pery Square. Depuis le début des années 2000, le CBD se pare progressivement de hauts immeubles modernes, dont font partie le Clarion Hotel (2002) et la tour du complexe Riverpoint (2007).
 
Luimneach, en irlandais dans le texte, se laisse découvrir à pied ou à vélo. Mais aussi, et c’est certainement le moyen de transport le plus original qu’il nous ait été donné de tester en pleine ville, en… kayak. Lorsque les conditions météo et le niveau de l’eau le permettent, le tour de King’s Island à coups de pagaie offre une vue inédite sur les rives de la Shannon River. Au rang des must see, King John’s Castle fait figure d’incontournable. La forteresse militaire anglo-normande domine le sud de l’île de toute sa hauteur et ouvre ses portes aux visiteurs férus d’histoire. Le château-musée a récemment bénéficié d’un investissement de 5,6 millions d’euros pour remettre à neuf toute son infrastructure d’accueil, avec force écrans tactiles, audioguides, techniques pédagogiques de pointe mais aussi reconstitutions grandeur nature. Parmi les musées, le Hunt Museum a ceci d’intéressant qu’il présente la collection de John et Gertrude Hunt, deux passionnés d’art qui ne concevaient pas que l’on puisse garder d’aussi beaux objets en vitrine. Ceux-ci faisaient, au contraire, partie de leur quotidien, jusqu’à servir de… jouets à leurs enfants. Quant à Saint Mary’s Cathedral, l’une des plus vieilles églises d’Irlande, elle se laisse d’autant mieux découvrir l’été, bercé par les chants traditionnels irlandais dont elle se fait l’hôte de marque.
 
(*) : de l’irlandais, “voyage”.
 
 
Ph.: F. Masquelier

Les commentaires sont fermés.