Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/08/2014

Des Dames pleines de charmes

la libre,momento,vie de château,moustier-sur-sambre,château des damesMoustier-sur-Sambre est riche en patrimoine. L’ancienne abbaye des Dames est devenue un château, résidence et lieu de travail pour médecins.

Philippe Farcy


LA SAMBRE ENTRE CHARLEROI et Namur, transformée au XIXe siècle pour améliorer la navigabilité, fourmille de petits coins anciens où le patrimoine perpétue des souvenirs d’un autre temps. C’est un peu comme dans la vallée de la Vesdre, piquée de châteaux et de vieilles maisons de grès. Ici, la brique domine, agrémentée de pierre bleue. À Moustier, que l’on rejoint par la route nationale 90 menant de Floreffe à Auvelais, se cachent quelques petites merveilles architecturales, sur la place de l’église (dédicacée à saint Frédegand ou Frégaud, abbé d’un monastère jadis situé à Deurne. Son corps a été transporté à Moustier plus tard), notamment.
 
La place est bien plantée de tilleuls encore jeunes et, pour un peu, on se croirait dans le sud de la France. C’est ici que se trouve l’ancien presbytère agrémenté à l’arrière d’une jolie tour circulaire à clocheton conique. La rue du Chapitre et la rue des Nobles affichent quelques belles maisons anciennes. On y retournera pour voir la ferme castrale de Froidmont, tandis que dans le périmètre se trouvent Soye et Florifoux et leurs beaux châteaux.
  
Les chanoinesses blanches (elles étaient de noir vêtues à l’origine) de Moustier étaient, comme celles d’Andenne, d’extraction noble. Il fallait prouver huit quartiers pour y prétendre. Elles dépendaient de l’ordre des Carmélites chaussées, comme les religieuses de Nivelles et de Mons, nobles elles aussi.
 
Hélène de Huy ou de Dhuy fut mère-abbesse ici, au XVIe siècle. On y compta aussi des Berlaymont, des d’Oultremont et des de Cerf. Le monastère semble avoir été fondé en 641 ou 661 grâce à l’influence de saint Amand. Une compagne de Charlemagne prénommée Eborhaldia et sa fille Jolentha, qui fut peut-être la fille de l’empereur, présidèrent aux destinées de cette nouvelle communauté.
 
Laquelle fut sécularisée au XIIIe siècle. Les abbesses étaient seigneurs de Moustier mais les droits pour rendre la justice étaient détenus par le comte de Namur qui était avoué du lieu. Le chapitre de Moustier fut intégré à celui d’Andenne sous l’empereur d’Autriche Joseph II, puis l’ensemble fut transféré à Namur.
  
Le château des Dames se trouve en contrebas de la place. Il est même dans la vallée de l’ancienne Sambre dont il reste quelques éléments aqueux à mois de 500 mètres, formant un bras comme le fait l’Escaut devant le sublime château de Bornem (qu’il faut aller visiter; il appartient au comte John de Marnix). Mais devant le château des Dames, on ne parlera pas d’un bras mais juste d’une pièce d’eau, agrémentée d’un joli pont fort romantique. Quelques arbres anciens s’élancent vers le ciel pour donner de la verticalité là où tout est longitudinal. Car la demeure portant une pierre datée de 1737 affiche quand même onze larges travées, dont certaines sont accolées, en allant jusqu’à une ancienne tour carrée au sommet crénelé.
 
La maison ne compte que deux niveaux sous une toiture en bâtière couverte d’Eternit. Dans certains salons du rez, on voit encore de beaux décors de boiseries, de plafonds et de stucages.
 
À la perpendiculaire de la bâtisse se trouve une aile de communs aménagés. Tout cela a beaucoup de charme, mais ne se visite pas. Sauf à demander à la dentiste du village, Anne Carpentier. Et alors là, qui sait ?
 
 
Ph.: Ph. Fy.

Les commentaires sont fermés.