Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/08/2014

L’Andalousie, terre de contrastes

la libre,momento,escapade,andalousie,itinérairePoint de rencontre entre l’Europe et l’Afrique, la région la plus australe de la péninsule ibérique est empreinte de civilisation musulmane. Elle est riche de multiples trésors, à commencer par cinq sites classés au patrimoine mondial de l’humanité, mais à condition de ne pas se limiter à la Costa del Sol. 

Itinéraire: Bruno Boutsen

 


COMMENT EXPLIQUER l’attrait d’autant de touristes européens, et ce singulièrement au moment de Pâques voire de la Toussaint – soit les deux périodes idéales afin de la visiter –, pour l’Andalousie ? Son climat chaud et sec n’y est sûrement pas étranger, de même d’ailleurs que ses vastes plages de sable blanc. Mais ce serait franchement réducteur de limiter la deuxième plus grande – et la plus peuplée – communauté autonome d’Espagne, elle-même divisée en huit provinces, à cet aspect, certes bien présent. 
 
L’Andalousie, c’est en effet bien davantage que le soleil et les stations balnéaires et ce ne sont pas la récente crise financière ou la plus ancienne mais encore bien visible promotion immobilière anarchique qui sont de nature à faire oublier quelque 3000 ans d’un riche passé, culturel notamment. Ainsi, durant près de huit siècles, la région la plus australe de la péninsule ibérique fit partie d’Al-Andalus, vaste territoire sous domination musulmane constitué sous la forme d’un émirat puis d’un califat et composé d’une population métissée aux origines diverses (maures, juives, catholiques, gitanes) mais formant un ensemble homogène. Cette empreinte musulmane est d’ailleurs abondamment présente dans une région qui est peut-être la moins européenne de notre continent. On en veut pour preuve certains des multiples trésors issus ou inspirés de l’art hispano-mauresque ou de l’architecture mudéjare que l’on peut admirer dans les principales villes andalouses.
 
Terre chaleureuse et hospitalière, l’Andalousie se découvre également au travers de ses fameux villages blancs ou encore par le biais de ses traditions telles le flamenco, la corrida ou encore les incontournables ferias. Des traditions aussi fascinantes que son histoire.
 
 
Jour 1: Malaga et les villages blancs
Comme écrit ci-dessus, il serait franchement idiot de limiter l’Andalousie à la côte méditerranéenne. Ceci étant dit, des portions importantes de la côte andalouse restent relativement vierges et, dans l’intérieur des terres, à quelques encablures du rivage, on découvre de charmantes cités blanchies par le soleil. Un bon point de départ pour les visiter est constitué par la ville portuaire de Malaga, qui dispose, tout comme sa rivale Séville, d’un aéroport international. Vivante et festive à souhait, elle est la ville natale de Pablo Picasso et se targue à ce titre d’un musée dédié au précurseur du cubisme. Mais les richesses de Malaga sont multiples et on retient également le musée Carmen Thyssen consacré à l’art espagnol et andalou ainsi que l’Alcazaba, vestige de l’époque d’Al-Andalus.
 
 
la libre,momento,escapade,andalousie,itinéraireJour 2: Grenade
Des plages de Malaga et de la Costa del Sol (Estepona, Marbella, Fuengirola, Torremolinos, Nerja), sans oublier une incursion dans les villages blancs (Ronda, Mijas, Torrox, Frigiliana), on gagne la province de Grenade soit par la vallée du Guadalhorce soit par Motril et la vallée du Guadalfeo. Le passage du col dit du soupir du Maure rappelle que Grenade fut la dernière des villes andalouses à avoir été reconquise. Cette ville universitaire volontiers bohème est un véritable bijou d’architecture mauresque mais pas seulement puisqu’elle est un condensé de styles architecturaux. Une visite de l’imposante citadelle maure de l’Alhambra, perchée sur une colline avec en arrière-plan la Sierra Nevada et l’unique station de ski d’Andalousie, constitue un véritable must tant art et architecture se mêlent parfaitement à leur environnement, dégageant une impression de sérénité et de plénitude.
 
 
la libre,momento,escapade,andalousie,itinéraireJour 3: Cordoue
De Grenade à Cordoue, deux possibilités s’offrent aux visiteurs mais le mieux est de faire un détour par la province de Jaen, où parcs et montagnes protégés, voyant se côtoyer faune et flore andalouses, rivalisent avec les vastes étendues d’oliviers, la région étant la capitale mondiale de l’huile d’olive. Les villes méconnues de Baeza et d’Ubeda, classées par l’Unesco, valent également le détour. Tout comme la cathédrale de Jaen, elles constituent deux joyaux de l’architecture Renaissance. L’entrée dans Cordoue se fait par le pont romain surplombant le Guadalquivir, soit le plus long fleuve d’Andalousie. Véritable cité-palais, elle fut il y a plus de 1000 ans la capitale du califat qui a défini l’essentiel de l’architecture musulmane. Église, mosquée puis de nouveau église, la mezquita, avec son étonnante forêt faite de 856 colonnes, illustre cette évolution architecturale. Son importance reflète la puissance passée de la ville qui fut la cité d’Europe la plus en vogue au Xe siècle.
 
 
la libre,momento,escapade,andalousie,itinéraireJour 4: Séville
Le trajet de Grenade à Séville, soit la capitale de l’Andalousie, se fait en longeant le cours du Guadalquivir, lequel irrigue une vallée fertile jusqu’à son delta, véritable îlot de biodiversité. Au cœur de cette ville majestueuse et un rien exubérante, il suffit de quelques pas pour passer du chef-d’œuvre gothique constitué par l’imposante cathédrale à l’Alcazar, soit un palais d’inspiration mudéjare. La cohabitation de ces deux joyaux inscrits au patrimoine mondial de l’humanité illustre la relation passionnée et conflictuelle qu’ont longtemps entretenue chrétiens et musulmans. En soi, avec son beffroi aux trois quarts mauresque, la cathédrale est déjà un croisement entre ces deux influences. La diversité architecturale (baroque, néo-classique) est de mise ailleurs à Séville qui permet aussi d’aller sur les traces de Christophe Colomb (elle fut la base de l’expansion espagnole) et qui porte en outre la marque des expositions internationale de 1929 et universelle de 1992.
 
 
la libre,momento,escapade,andalousie,itinéraireJour 5: Cadix et la Costa de la Luz
De Séville, qui dispose tout comme Malaga d’un aéroport international, on gagne facilement la côte atlantique de l’Andalousie dont les villes principales sont Huelva et Cadix. Tandis que la première fait figure de point de passage vers le Portugal, la seconde est considérée comme la plus ancienne cité d’Europe. À l’atmosphère festive (elle accueille le plus grand carnaval du pays), Cadix fait quelque peu figure de navire échoué sur une presqu’île qui s’avance vers l’Atlantique. La ville a souffert de la crise mais elle se veut accueillante et ses habitants sont réputés pour ne pas se prendre au sérieux. On peut y goûter aux plaisirs visuels du flamenco, dont la variété locale, et culinaires du xérès ou du poisson frit que l’on dit meilleur là-bas que nulle part ailleurs. Enfin, et ce n’est pas la moindre des choses, les amateurs de farniente et de sport de plage ne seront pas en reste avec les vastes étendues sablées de la Costa de la Luz, bien plus sauvages que celles de la Costa del Sol.
 
 
Ph.: Bruno Boutsen et Céline Boutsen

Les commentaires sont fermés.