Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

07/09/2014

Dix ans sur les rails, à toute vapeur

La Libre, Momento, Ludo, Ticket to ride, Les aventuriers du rail, jeu“Les Aventuriers du rail”, c’est le jeu à succès de la dernière décennie. Simple, convivial et efficace, il séduit tous les publics et toutes les générations.

Yves Cavalier


EN ANGLAIS, IL S’APPELLE “Ticket to Ride” mais, chez nous, on l’appelle : “Les Aventuriers du rail”. Les millions d’exemplaires qui ont été dispersés à travers le monde justifient bien que l’on fasse une pause pour célébrer le dixième anniversaire de ce jeu qui est déjà entré dans la légende. D’ailleurs, Days of Wonder, l’éditeur à succès de ce petit bijou ludique, ne nous a pas attendus pour marquer le coup : il a sorti cette année une nouvelle édition.
 
Dans une boîte noire, surdimensionnée, on retrouve toutes les composantes du jeu de base avec la carte redessinée des États-Unis mais aussi quelques “goodies”. Des wagons personnalisés pour chaque joueur, des boîtes métalliques pour le rangement, les cartes de train et de destinations complétées de la première extension “1910”… Une pièce de collection.
 
Mais le jeu dans sa version originale suffit pour se mettre dans la peau de ces aventuriers partis à la conquête des pistes et des canyons. Car c’est cela l’argument d’Alan R. Moon, l’auteur de ce blockbuster ludique. Avec un jeu aux règles simples mais bigrement efficaces, il a réussi à créer un véritable jeu qui séduit tous ceux qui le touchent.
 
Le jeu est simple car la mécanique est finalement très légère. On trouve face à soi une énorme carte des États-Unis (dans la version initiale) sur laquelle sont marquées quelques grandes villes. D’est en ouest et du nord au sud, des lignes de chemin de fer de différentes couleurs sont dessinées. Objectif : poser ses wagons sur les lignes pour relier certaines villes dont les noms figurent sur les cartes secrètes que chaque joueur a en main.
 
Donc des objectifs secrets, des wagons à sa couleur et des cartes que l’on va piocher pour obtenir les couleurs correspondant aux lignes dessinées sur le plan. Mais plus on accumule de cartes, plus on pourra faire de longues lignes et donc remporter beaucoup de points. Sauf que, si on attend trop, un adversaire viendra soit prendre votre place ou, pire encore, déposer ses pions à un endroit qui coupe votre réseau ! Caramba.
 
Cela s’explique en quelques minutes et, parole de joueur, toute la famille s’y met. Le jeu fait un carton chez les plus jeunes, dès 6-7 ans, mais aussi chez les plus âgés y compris dans les maisons de repos… Que cela ne décourage pas les plus branchés pour autant ! 
 
Rapidement après le lancement aux États-Unis en 2004, une édition européenne est apparue. Elle fonctionne sur le même principe mais avec des petits plus : la présence de gares, de tunnels ou de ferries, par exemple. C’est d’ailleurs une constante qui va animer le marketing de la distribution : chaque nouvelle édition aura une petite particularité dans les règles, de sorte que le jeu sera toujours différent sans dépayser le joueur. Ainsi, l’édition Asie comporte notamment une version qui permet de jouer en équipe. On peut mettre en compétition jusqu’à trois couples avec une subtilité : les joueurs ne peuvent pas communiquer entre eux autrement que par l’intermédiaire d’un chevalet où ils posent une carte à l’attention de leur partenaire. À celui-ci de deviner ce qu’il faut en faire. Des scènes de ménage (passagères) ne sont pas à exclure !
 
Bref, “Les Aventuriers du rail” sont bien en voie de devenir le nouveau “Monopoly” du XXIe siècle. Avec cependant plus de subtilité et moins de hasard. Donc avec plus de plaisir. Les amateurs du genre trouveront aussi une version en ligne sur le site de Days of Wonder (www.daysofwonder.com) et il existe même une version iPad.
 
DoW a également publié d’autres titres à succès parmi lesquels on peut aussi citer la reprise d’un jeu belge : “Smallworld”, un bestseller qui n’est autre que le remake de “Vinci”, un excellent jeu de conquête réalisé par le Belge Philippe Keyaerts en 1999. Lui aussi a connu dans sa version DoW un énorme succès au point que les extensions n’en finissent pas de se multiplier.
 
 
Ph.: ArtAmie

Les commentaires sont fermés.