Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/09/2014

L’Apple Watch veut vous forcer… le poignet

la libre,momento,pixels,apple,apple watchApple a mis les petits plats dans les grands pour présenter cette semaine sa très attendue montre connectée. De l’avis des aficionados, elle sera aussi chère qu’incontournable.
 
P.V.C.


“ONE MORE THING…” C’est en reprenant la désormais célèbre phrase de Steve Jobs que le patron d’Apple a dévoilé l’Apple Watch, mardi soir, à San Francisco. Après les deux nouveaux iPhone 6 et 6 Plus.
 
Ce gadget-bijou techno était attendu par les aficionados de la marque à la pomme depuis deux ans déjà, au point qu’il avait déjà été baptisé “iWatch” en référence aux autres appareils nomades de la marque, l’iPhone, l’iPad et l’iPod. Une demi-surprise alors que les autres acteurs du monde des objets connectés ont tous sorti des “smartwatches” ? Non, Apple a pris le temps de créer un objet multifonctions de qualité, et d’en décliner une large gamme, ce que la concurrence n’avait manifestement pas prévu.
 
L’Apple Watch, dont le premier prix avoisinera les 350 dollars, sera aussi disponible dans des livrées précieuses et des bracelets qui devraient en faire évoluer les prix de manière sensible. En réalité, l’Apple Watch confirme le positionnement du groupe aux côtés des grands noms des produits de luxe. Cibles visées : du passionné de technologie au sportif branché en passant par les dandies soucieux de faire étalage de leur pouvoir d’achat. Le marché des montres de luxe est en plein boom ces dernières années, notamment en raison de l’émergence de classes sociales aisées dans les pays en développement. L’Apple Watch devrait trouver preneurs dès 2015.
 
Carrée, prévue en deux tailles (38 et 42 mm), l’Apple Watch se décline en trois modèles : Normal, Sport et Edition. C’est le modèle “Normal” avec son boîtier et son bracelet à maillons inox qui devrait afficher le premier prix. Le modèle Apple Watch Sport est prévu plus léger avec son boîtier en alu anodisé renforcé. Il est assorti de capteurs précis qui détectent le rythme cardiaque et, comme les autres modèles, de gyroscopes évolués permettant d’analyser l’activité des utilisateurs. Le modèle “Edition” haut de gamme, réalisé en or et lui aussi assorti d’une large gamme de bracelets, sera sans doute le plus coûteux.
 
Tous ces modèles sont assortis d’un écran tactile Retina et d’une connectivité liée à la présence d’un iPhone 5 ou… plus. Les Apple Watches font tout ce qui existe déjà sur les bracelets ou montres connectés, à l’exception des prises de vue et des appels téléphoniques. La liste des fonctionnalités est très longue et, comme Apple vient seulement d’ouvrir le code aux développeurs, elle risque fort de s’étendre encore, créant ainsi un nouvel écosystème pour la marque, les développeurs et les utilisateurs.
 
On parle ici d’argent, bien entendu. Et à cet égard, il faut souligner que l’Apple Watch est déjà compatible avec un nouveau standard de paiement, l’Apple Pay. Non seulement cette montre va vous coûter des sous mais en plus, elle va vous aider à en dépenser.
 
 
Un assistant personnel qui obéit au doigt… mais pas à l’œil
 
Présentée mardi soir comme la cerise sur le gâteau, l’Apple Watch a détourné les regards des successeurs attendus de l’iPhone 5S, les iPhone 6 et 6 Plus. Ces deux derniers appareils, plus grands que l’iPhone 5S, complètent en fait la gamme de smartphones d’Apple en apportant des dimensions plus en phase avec la demande du marché, une autonomie supérieure (les batteries sont plus grandes et ces appareils sont plus lourds), des prises de vues plus performantes, et une puce NFC qui permet d’effectuer des paiements sécurisés. Hors cet aspect qui va surtout ouvrir à Apple la porte du monde des systèmes de paiement et donc des revenus financiers supplémentaires, ces deux belles machines ne sont dès lors que des évolutions… mais pas des révolutions.
 
L’Apple Watch vient donc fort opportunément offrir aux amateurs de produits Apple une diversion technologique. Un autre outil sympa – pas du tout indispensable – mais attirant. Mais que fait-elle et comment ?
 
Elle s’allume assez simplement lorsqu’on lève le poignet pour la contempler ! Elle… donne l’heure et permet de chronométrer comme une vraie montre classique. Elle se recharge par induction sur un support qui s’adapte par aimantation. Autonomie ? On verra. Connectée, elle permet de lire les messages, d’en dicter, de “poker” ses amis en tapotant l’écran, de servir de GPS en donnant des indications visuelles et sonores. Assistante sportive, elle vous conseillera de bouger si elle s’inquiète de votre sédentarité. Des programmes dédiés permettent de gérer l’activité physique et les sports d’endurance. On peut même l’utiliser pour interroger ou faire travailler Siri, l’assistant numérique d’Apple.
 
La molette qui servit historiquement à remonter le mécanisme des montres sert ici à naviguer dans les menus déroulants. C’est donc en fait un petit iPhone sans la fonction téléphone, avec la musique, les images, l’accès à des fonctions connectées, et surtout l’accès à un standing spécifique, celui de la famille des Apple Addicts…
  
Esthétiquement, on reste dans un type de montre plutôt massive (la finesse viendra sans doute avec le temps) et assez grande qui ne conviendra pas à tout le monde. Mais l’écran est totalement paramétrable dans sa forme et ses couleurs, comme le fut l’écran horloge de l’iPod Nano, ancêtre primitif de l’Apple Watch trop tôt disparu (et pour cause). L’Apple Watch peut donc changer de look comme de bracelet, à la demande.
 
 
Ph.: PhotoNews

11:00 Publié dans Pixels | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, pixels, apple, apple watch | |

Les commentaires sont fermés.