Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/09/2014

Dan Aykroyd, du ciné à la vodka

La Libre, Momento, Papilles, Aykroyd, vodka, crystal headL’acteur des “Blues Brothers” et de “S.O.S. Fantômes” était à Bruxelles il y a quelques jours pour parler non pas de cinéma mais de “sa” vodka Crystal Head, lancée en 2008 et qui s’est rapidement imposée auprès des barmen.

Rencontre: Hubert Heyrendt


QUAND ON DÉCOUVRE DAN AYKROYD au bar d’un grand hôtel bruxellois, impossible de ne pas penser à l’acteur de “S.O.S. Fantômes”, des “Blues Brothers” ou d’“Un fauteuil pour deux”. À 62 ans, le Canadien le reconnaît lui-même  :  “Les gens s’intéressent toujours plus à moi comme acteur que comme producteur de vodka mais j’espère changer cela…” Depuis 2008, le comédien s’est en effet invité officiellement sur le marché des spiritueux en lançant aux États-Unis la vodka Crystal Head, présente en Belgique depuis 16 mois.
 
Si Dan Aykroyd a connu un succès retentissant dans les années 80, sa carrière s’est calmée au fil des années. S’il tourne toujours, l’acteur n’a plus eu en effet de grand rôle depuis de nombreuses années… “J’ai eu 30 bonnes années dans l’industrie cinématographique, je me suis beaucoup amusé, commente-t-il lorsqu’il évoque cette réorientation inattendue. J’ai juste eu envie de faire autre chose de ma vie. Faire quelque chose d’intéressant où je pourrais me servir de la célébrité de façon positive et en faire un business. J’ai commencé par importer la tequila Patrón. Puis j’ai regardé le monde de la vodka avec simplement l’envie de faire quelque chose de mieux.” Aykroyd affirme même qu’il arrête le cinéma pour se consacrer exclusivement à la vodka durant les 5 prochaines années.
 
Ce changement de carrière n’est peut-être pas si étonnant quand l’on sait qu’Aykroyd, quand il était jeune, a eu un bar à Toronto, le “Club 505”… “J’ai toujours eu un bar. À 14 ans, j’avais déjà un bar dans la cave de la maison de mes parents, sourit-il. J’ai eu un bar à Toronto, un bar privé à New York et puis on a lancé les clubs ‘House of Blues’. Le monde des spiritueux est celui de l’entertainment. Ce n’est pas si éloigné de ce que je faisais à la radio, à la télévision, au cinéma, en musique… Il est question de convivialité, de passer du bon temps…”
  
Rapidement, la vodka Crystal Head s’est fait un trou sur le marché. En grande partie à cause de sa bouteille, reconnaissable entre toutes et dessinée par son associé, l’artiste américain John Alexander. “L’idée de ce crâne vient de la légende des têtes de cristal, utilisées par les Navajos, les Aztèques et les Mayas. Le dernier ‘Indiana Jones’ raconte leur origine extraterrestre… On voulait vendre l’idée d’énergie positive. C’est pour ça que notre tête n’est pas triste, qu’elle a un petit sourire. Les Aztèques utilisaient ces crânes magiques pour faire du mal ou pour lire l’avenir… On s’est dit que c’était le contenant parfait pour mettre notre alcool d’une grande pureté.”
 
Malgré son prix supérieur à la moyenne, la Crystal Head s’est rapidement imposée, devenant la première vodka Premium du marché, devant Grey Goose ou Belvedere (mais loin derrière des géants comme Smirnoff ou Absolut évidemment). “Notre vodka a gagné des médailles d’or un peu partout dans le monde, se félicite Dan Aykroyd. C’est un produit pur, sans aucun additif (en français dans le texte, NdlR). Il y a du glycérol dans quasiment tous les alcools, pas assez pour vous tuer ou vous faire du mal mais quand on sait que c’est un additif utilisé pour la fabrication du savon, du shampooing… Cela permet de couper le goût et l’odeur de l’alcool. On ne l’utilise pas dans la Crystal Head parce qu’on a pensé que l’on pouvait obtenir un même résultat de façon naturelle. L’huile citrique, que d’autres rajoutent également, c’est pour la douceur. Nous, nous n’en avons pas besoin car nous fabriquons notre vodka avec du maïs ‘Peaches Cream’, déjà doux. C’est un maïs d’été qui pousse dans les prairies de l’Ontario.” 
 
Dan Aykroyd, qui partage sa vie entre le Canada et les États-Unis, est en effet très fier de préciser que la vodka Crystal Head est un produit 100 % canadien. Fabriqué à Newfoundland, dans une distillerie appartenant à la province de Terre-Neuve, l’élixir a la particularité d’être distillé quatre fois, puis coupé à l’eau pure de la région (pour atteindre les 40°), avant d’être filtré à sept reprises dans des cristaux de quartz vieux de 500 millions d’années. Pas question donc pour la marque à la tête de cristal de se lancer sur le segment, pourtant porteur, des vodkas parfumées… “On irait à l’encontre de notre histoire de pureté  ! Aujourd’hui, on trouve même sur le marché des vodkas aromatisées au bacon, aux marshmallows, au bubble-gum… Laissons les barmen faire ça. C’est pour ça que la Crystal Head est si populaire auprès d’eux, parce que, très pure, elle est parfaite pour les infusions.”
 
Pureté. Le mot revient sans cesse dans la bouche de Dan Aykroyd, représentant de commerce à la communication bien rodée. “C’est notre boulot d’expliquer qu’il s’agit d’un alcool pur, sans aucune saloperie dedans. Beaucoup de gens veulent consommer plus vert, plus propre, plus sain. Légalement, je ne peux pas dire que cette vodka est bonne pour la santé, qu’elle guérit quoi que ce soit, s’amuse le comédien reconverti. Mais, si vous avez le choix, pourquoi ne pas boire quelque chose sans additifs  ?”
  
La vodka Crystal Head est vendue chez certains cavistes mais aussi en ligne sur Delhaizewine- world.com (au prix de 44,99€ la bouteille).
 
 
Un cocktail
 
Recette : “Napoleon Cosmo” 
 
Si l’on peut évidemment boire la vodka Crystal Head pure (sur glace avec un zeste de citron vert), pour son créateur, le comédien Dan Aykroyd, elle se prête également parfaitement aux cocktails. “C’est la meilleure vodka pour les cocktails parce qu’il n’y a aucun additif. Les ‘bar chefs’ prennent la Crystal Head comme une toile blanche pour leurs créations. Certains disent qu’elle est si pure qu’il ne faut pas la polluer avec quoi que ce soit d’autre. Je réponds : non. Elle participe à de grands cocktails  !”
La voici utilisée dans une variation très belge sur le “Cosmopolitan”. La Mandarine Napoléon fait ici office de Triple-Sec, tandis que le jus de pomme-gingembre bio de la Ferme du Gasi à Perwez remplace le jus de cranberries.
  
Ingrédients (pour 1 verre) :
1 shot de vodka Crystal Head, ½ shot de jus de citron, ½ shot de Mandarine Napoléon, 6 feuilles de basilic frais, 3 traits de bitter Woodford Reserve, 2 shots de jus de pomme-gingembre.
  
Préparation :
Dans un shaker rempli de glace, mélanger la vodka, le jus de citron vert, la Mandarine Napoléon, le bitter, le basilic et le jus de pommes.
Shaker vigoureusement et filtrer dans un grand verre à Martini rafraîchi au congélateur en garnissant d’une feuille de basilic.
 
 
Ph.: Alexis Haulot

Les commentaires sont fermés.