Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/10/2014

“Ten Broucke”, au cœur du village

La Libre, Momento, Vie de château, Ten Broucke, Wielsbecke, WaregemLa commune de Wielsbeke est propriétaire de cette demeure depuis 1964. La sauvegarde est assurée,
mais le parc a souffert.

Philippe Farcy


PRÈS DE WAREGEM, Wielsbeke est une petite commune bien calme où les maisons de quatre façades et leurs petits jardins sur voirie scandent les rues principales depuis les années soixante et septante. Le village compte trois seigneuries ancestrales, dont “Ter Lembeel” sur la même voirie que “Ten Broucke” et un autre domaine sur la rue Chevalier de Ghellinck. L’un comme l’autre de ces domaines où deux maisons étaient entourées d’eau ont souffert depuis soixante ans de l’expansion économique. La seconde propriété fait face à une usine immense dont la présence si proche d’un ancien château ne manque pas d’interpeller quant à la gestion foncière des pouvoirs publics qui autorisent tout et n’importe quoi. Et le présent “Kasteel Ten Broucke” fut lui aussi atteint par ce manque de respect du cadre paysager puisque les édiles communaux ont installé contre l’étang qui ceinture le château un centre sportif et un centre culturel qui gâchent l’harmonie du site. La demeure qui nous occupe ici sert de maison communale.
 
Cet édifice, en retrait par rapport à la chaussée, est classé depuis 1985, à travers un arrêté du 9 janvier et une parution au Moniteur du 3 juillet de cette même année. On l’appelle le “Kasteel Hernieuwenburg” mais également “Ten Broucke”. L’édifice a été restauré et amélioré (toitures agrandies et surélevées) vers 1870 par un architecte inconnu de nous, à la demande de la famille des barons (depuis 1871) van der Bruggen. Ils étaient chevaliers depuis 1663. Cette famille est arrivée ici par le mariage en 1719 célébré entre une fille de François de Crombrugghe et son mari, Ildefonse van der Bruggen. Les Crombrugghe avaient acheté cette terre en 1485 aux descendants de Tristan Uuten Zwanne, sire de Wakken. 
 
Au début du XVIIIe siècle, le château était d’un aspect très différent, avec des tours et un portail situé au Sud, outre des écuries et quelques petits édifices annexes. Sur la carte de Ferraris (1770-1778), la situation n’avait guère changé mais un drame survint et le vieux château fut emporté par un incendie, semble-t-il en 1780. Jules de Saint-Genois des Mottes, qui était marié avec Albine van der Bruggen, écrivit, sans doute vers 1850, que la reconstruction eut lieu rapidement. Et cela semble confirmé par les armes d’alliances figurant au fronton de la façade d’accueil du château : van der Bruggen – van de Woestyne. Ils étaient maîtres de céans entre 1766 et 1801, comme le précise Pieter Santy sur le site du patrimoine classé flamand. On trouvait une ferme sur le flanc menant à la grand-route, puis les écuries et l’orangerie sur l’autre flanc.
 
Le château a été modernisé vers 1870, mais aussi en 1905 quand on ajouta une travée sur un seul niveau, là où il y avait des serres à raisins; celles-ci furent déplacées. Et le pont d’accès fut supprimé pour élargir le terre-plein d’accès. En 14-18, il n’y eut guère de soucis, par contre, durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands détruisirent une partie des édifices annexes dont les écuries et les serres.
  
Les van der Bruggen gardèrent Wielsbeke jusqu’en 1964. La commune installa ses bureaux ici en 1970. Un centre culturel et diverses annexes ont été érigés dans le parc à proximité de la demeure. “Ten Broucke” cousine avec le château de Vladsloo et celui de Beauvoorde. Il reste de beaux décors à l’intérieur du château.
 
Visite extérieure possible.
 
 
Ph.: Philippe de Crane

Les commentaires sont fermés.