Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/10/2014

En beau bolide sur les routes des Flandres

la libre,momento,routes,zoute rally,voitures de collection,bmw 319Pendant deux jours, dans le cadre du Zoute Rally, quelque 170 véhicules prestigieux d’avant 1965 ont sillonné la côte belge et son magnifique arrière-pays. Parmi ces belles autos, une BMW 319 de 1936 venue tout exprès de BMW Classic à Munich.

Coup de volant: Dominique Simonet

“C’EST DU MÊME GENRE QUE sur la 328, mais celle-là a un système de freinage hydraulique”, prévient Thomas, diligent mécano de BMW Classic. Le roadster 328 date de 1937 et était notamment destiné à la compétition. D’allure générale semblable, la 319 a été construite un an plus tôt, en 36. Destinée à un usage routier, cette petite voiture de sport est équipée de freins mécaniques, d’où les recommandations  : “Il faut toujours anticiper le freinage d’une seconde au moins, pour ne pas être surpris. C’est la sensation originale de l’époque”, sourit Thomas.
 
La BMW 319, numéro 120, fait partie d’une meute de quelque 170 voitures de prestige qui se sont élancées sur les petites routes des Flandres, le week-end dernier, dans le cadre du Zoute Grand Prix. Un rallye de régularité et une balade pour de fantastiques automobiles d’époque, construites entre 1920 et 1965.
 
En cinq éditions, le Zoute Grand Prix s’est fait une belle réputation dans le pays comme à l’international. Chaque deuxième week-end d’octobre, la ville de Knokke-Heist fait honneur à la belle bagnole, vit belle bagnole, roule belle bagnole. La place Albert est habitée de chapiteaux avec de beaux réceptifs, l’exposition des voitures mises en vente par la maison Bonhams, des podiums surmontés de ce qui se fait de mieux et de plus beau en matière d’automobile actuellement.
 
L’idée est née il y a un peu plus de six ans, d’une rencontre entre Filip Bourgoo et Philippe Van de Ryse qui sont aujourd’hui, avec David Bourgoo, les organisateurs de la manifestation zoutoise. Philippe Van de Ryse se souvient : “Il y a six ans et demi, notre rêve est né en pleine crise automobile. Tous les budgets étaient serrés. Nous sommes allés au Salon de Bruxelles pour voir les quatorze marques haut de gamme et de prestige, et elles nous ont toutes dit qu’elles acceptaient d’être partenaires. Quatorze marques, autant de podiums, c’est en quelque sorte un salon de l’automobile de luxe à ciel ouvert.”
 
La belle auto est donc partout dans la cité balnéaire, qui se prête au jeu : vitrines thématiques, ballots de paille le long des rues, comme autour des anciens circuits. Dès le petit matin, les voitures se rassemblent sur la digue pour le Zoute Rally. Départs toutes les minutes, pour un circuit de 250 km avec étapes de régularité chronométrées. Pour la numéro 120, la moyenne à respecter est de 45 km/h, un vrai défi sur certaines petites routes sinueuses, étroites et souvent obstruée par d’énormes tracteurs agricoles, très actifs en cette saison de récolte de la betterave sucrière…
 
Propulsée par son moteur six cylindres en ligne de deux litres, la BMW 319 développe 55 chevaux, ce qui paraît peu vu les performances actuelles, mais ce qui est très bien au regard du poids du véhicule, 790 kg. “La mécanique est de bonne qualité, souligne Thomas le mécano munichois, elle est originale mais un peu restaurée. On peut rouler normalement.” De là à titiller les 135 km/h de vitesse de pointe…
 
Ce n’est d’ailleurs ni nécessaire pour respecter les moyennes imposées, ni intéressant dans le magnifique paysage autour dans l’arrière-pays knokkois, autour des canaux de Damme. On a beau s’en éloigner, l’inclinaison des arbres le long des routes et chemins indique toujours la direction de la mer. “La mission, pour cette cinquième édition, c’était les routes, explique Philippe Van de Ryse. Nous avons voulu créer le plus beau rallye qu’on puisse faire en Flandre.” Mission accomplie. 
 
Dans les petits villages, et comme il faut beau, la population est de sortie au passage du défilé d’anciennes Bentley, Porsche 356, Jaguar Type E et XK120, Mercedes-Benz 190 SL… Cette Bugatti a été totalement construite par son propriétaire, sur base d’un châssis original de 57 C et de plans récupérés chez le carrossier officiel de la marque, Gangloff, mais jamais réalisés jusqu’ici. Dans sa belle livrée de deux nuances de vert, la petite Béhème attire aussi les regards :
“Elle est des années 20 ?”, s’interroge un couple de villageois à l’accent profondément ouest-flandrien.
“Eh non, elle est d’un peu plus tard, fin des années trente. Mais ça roule, on n’a pas le temps d’acheter des patates au passage…”
“Et vous n’avez certainement pas le coffre !”
“Pour un sac de 25 kg, non…” 
 
Et ça repart sur les routes réchauffées par le soleil. Dans ce genre de rallye, l’étape de midi est cruciale, pour les bras, jambes et dos des pilotes et navigateurs d’une part, pour leur estomac aussi. Les organisateurs ont fait fort : le repas a lieu dans le hall des hélicoptères de la base de Coxyde. Deux Seaking en alerte sur la piste, un nouveau NH90 sous abri. Les colonels Georges Franchomme et Benoît Gérard, respectivement commandant de la base et du 1er Wing hélicos, sont là pour accueillir le petit bataillon élégamment motorisé. Cinq fois vainqueur au Mans, dont trois fois avec Jacky Ickx, l’Anglais Derek Bell est très détendu en remontant dans la non moins anglaise Bentley. 
 
La deuxième moitié du parcours, à travers l’arrière-pays de La Panne et Dixmude, est la plus belle. L’Yser – l’un des trois seuls fleuves traversant la Belgique – et le pays des Moëres constituent le magnifique décor dans lequel se démènent les voitures anciennes.
 
À l’arrivée, le cortège des 170 véhicules – moins quelques éclopés – défile sur la digue toujours ensoleillée, de quoi effacer d’un trait la fatigue des équipages et des mécaniques.
 
 
Ph.: EventAttitude

Les commentaires sont fermés.