Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/10/2014

Épilation : c’est la bonne saison !

la libre,momento,bien-être,épilation,laser,définitiveAvec l’automne, vient la chute des feuilles. Pourquoi pas aussi celle des poils indésirables ? Si le laser promet une solution “progressivement définitive”, encore faut-il en connaître toutes les composantes. La parole à la dermato.

Entretien: Laurence Dardenne


SOUVENT, C’EST AU PRINTEMPS que ressort ce marronnier – comme on dit en jargon journalistique : l’inépuisable sujet de l’épilation. À tort, car si certes les gambettes ressortent plus volontiers nues à la belle saison, c’est en réalité maintenant, à l’automne, qu’il faut idéalement engager les hostilités contre les poils récalcitrants. Une solution, parmi d’autres, est le laser épilatoire, à manier par des professionnels rompus à cette technique, 
Dermatologue au tout nouveau tout beau Dermo Medical Center, qui a ouvert ses portes à l’avenue Louise à Bruxelles, le Dr Nadine Pomarède répond à nos questions.
 
Pourriez-vous décrire le principe de base de l’épilation au laser ?
Le laser épilatoire a pour cible la mélanine de la tige du poil et de sa racine : le rayon lumineux libère de la chaleur qui va endommager les structures du bulbe pileux et entraîner une destruction progressive, cela, en se concentrant là où du pigment existe. C’est la raison pour laquelle ce laser ne fonctionne toujours pas sur les poils blonds ou blancs qui n’ont pas de mélanine.
 
Est-ce, selon vous, la meilleure solution à ce jour en matière d’épilation ?
C’est en tout cas la méthode la plus efficace depuis de nombreuses années, sans cicatrisation.
 
Peut-on parler d’épilation vraiment définitive ? Ou le poil repousse-t-il malgré tout au bout d’un certain temps ?
On doit plus exactement parler d’épilation progressivement définitive car une seule séance ne sera jamais suffisante. D’une part parce qu’au moment d’une première épilation les bulbes pileux ne sont pas tous au même stade de leur cycle (tout comme les cheveux, les poils poussent, sont au repos et tombent). Les bulbes pileux les plus accessibles au traitement laser sont les poils en phase de pousse. Cela dit, il y a toujours une possibilité de repousse du fait d’un problème hormonal, par exemple.
 
Pourquoi certaines zones sont-elles plus récalcitrantes que d’autres ?
La difficulté est le 0 poil : passer d’un poil dru à un duvet, cela est toujours possible mais d’un duvet à rien, c’est parfois difficile car il y a de moins en moins de cible, c’est-à-dire de mélanine, pour le laser. Et bien sûr, sur le visage, on veut 0 poil ! C’est d’ailleurs la zone où il faut le plus de séances, car les poils fins sont difficiles à faire disparaître. Les aisselles et le maillot (probablement la zone la plus sensible) sont les endroits où l’on obtient les meilleurs résultats, Les zones difficiles sont le dos des hommes mais aussi des zones comme les genoux, les orteils ou les doigts. La zone où il faut le plus de séances est le visage.
 
Quelle est la meilleure période pour commencer les séances ?
L’automne est bien sûr la meilleure saison, une fois que l’on est débronzé. Mais il existe des appareils lasers efficaces sur peaux foncées, noires et bronzées qui permettent de continuer son traitement épilation même l’été.
 
L’épilation au laser présente-t-elle des risques ?
Le risque majeur est la brûlure en cas de mauvais paramétrage. D’où la nécessité de bien choisir son centre. Il faut aussi préciser aux patients qu’ils ne peuvent pas faire de séances d’UV entre les séances. Il est également recommandé d’éviter de passer sur un grain de beauté. Enfin, on n’épile jamais les sourcils car il y a des risques pour l’œil (uvéites).
 
Y a-t-il des signes qui permettent de dire que l’épilation n’est pas réalisée par une personne bien formée ? Et comment éviter de mauvaises surprises ?
Il faut d’abord demander avec quel type d’appareil l’épilation sera réalisée, exiger d’avoir un devis et un consentement éclairé afin de connaître le coût et le nombre de séances prévu… En principe, pendant toute la durée de la séance, les yeux seront protégés par des lunettes de protection.
 
Quelles sont les erreurs à ne surtout pas commettre en matière d’épilation ?
Sur le visage, les poils drus sont souvent le fait d’une épilation à la pince qui a commencé sur un ou deux poils et quelques années plus tard, on ne sort plus de chez soi sans vérifier que l’on n’a pas un poil présent ! Le nombre de poils est toujours sous-estimé car on les épile tellement souvent que l’on ne se rend pas compte de l’importance du phénomène sauf si on arrête pendant une semaine ou deux. Et là, c’est la catastrophe : le nombre de poils est toujours bien plus important que l’on ne croit. Si on décide de faire une épilation laser, on jette sa pince à épiler car il est impératif de ne plus les arracher entre deux séances. En revanche, tout ce qui coupe le poil (crème dépilatoire ou rasoir) est toujours possible. Dans les dix jours précédant la séance, il faut aussi éviter de décolorer, d’épiler à la pince ou à la cire et d’appliquer sur la zone à traiter de l’auto-bronzant.
 
Dans quels cas peut-on stimuler la repousse plutôt qu’encourager la disparition progressive des poils ?
L’épilation à la pince entre les séances peut stimuler la repousse. Il existe aussi des repousses paradoxales, surtout sur le visage c’est-à-dire des poils qui poussent sur les zones (menton, cou…) qui n’ont pas été épilées; cela se voit surtout sur les peaux mates et ces repousses sont le plus souvent le fait d’un paramétrage insuffisant de l’appareil par l’opérateur.
 
Quelles sont les contre-indications à l’épilation au laser ?
La grossesse est la principale contre-indication. Des poils clairs (blonds ou blancs), ou des poils roux qui peuvent contenir plus ou moins de mélanine ne sont pas une bonne indication. Quoi qu’il en soit, il est recommandé de faire un essai préalable avant de se lancer sur de grandes zones pour éviter d’être déçu(e).
 
 
En pratique
 
À quel intervalle doivent se dérouler les séances ? Et combien en faut-il, en moyenne ?
Le nombre de séances et l’intervalle entre les séances varient en fonction de la zone à épiler, nous dit le Dr Nadine Pomarède. Il faudra toujours plus de séances sur le visage que sur le corps (car les poils sont plus fins sur le visage et donc la ‘cible’pour le laser est plus difficile à trouver). L’intervalle entre deux séances est plus long sur le corps que sur le visage (2 mois sur les jambes, 4 à 6 semaines sur le visage). En pratique 2 à 5 séances sur le corps; 6 à 8 sur le visage. Entre deux séances, toute épilation qui coupe le poil est possible. En revanche, on jette sa pince à épiler et on évite la cire.” 
 
Quel budget faut-il compter ?
C’est évidemment variable selon l’endroit. Au Dermo Medical Center à Bruxelles, il faut compter, pour une lèvre supérieure : 50 à 70 €, la séance. Pour le corps, il est souhaitable de faire un devis en fonction de la pilosité et de la zone plus ou moins large à épiler comme le maillot (120 €, la séance) ou les aisselles (100€). 
 
 
La solution électrique pour venir à bout des poils récalcitrants
 
Qui sont les meilleurs candidats à l’épilation au laser ?
Un poil foncé sur une peau claire est l’idéal. Mais il existe différents lasers : le laser Alexandrite reste la référence pour les peaux claires; le laser ND Yag pour les peaux foncées et les peaux bronzées.
Et pour les poils clairs, blonds ou blancs, rebelles au laser, quelles sont les alternatives ?
L’épilation électrique reste la seule méthode définitive.
 
Quel est le principe de l’épilation électrique ?
La méthode vise toujours la destruction des structures du poil : l’aiguille de l’épilateur électrique est glissée dans l’orifice du poil et une impulsion électrique permet de détacher le poil du bulbe. Une croûte est possible dans les jours qui suivent; une crème cicatrisante (type Cicalfate) post-acte permet de réduire le temps de cicatrisation (4 jours environ) et un correcteur de teint peut être appliqué.
Pour l’épilation électrique, plusieurs séances sont-elles aussi nécessaires ?
Oui, comme pour l’épilation laser car les poils ne sont pas tous dans le même stade de leur phase de vie (pousse, repos ou chute), ce qui fait que leur bulbe est plus ou moins accessible aux techniques laser ou d’épilation électrique.
 
 
Ph.: Braun

Les commentaires sont fermés.