Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/10/2014

Le vin vire à l’orange

La Libre, Momento, Papilles, vin, orangeEntre le rouge, le blanc, le rosé et le jaune, la gamme chromatique des vins est infinie. Quoique moins connu, le vin orange a fait son apparition sur le marché.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


LA COULEUR DU VIN, mais aussi son intensité ou sa brillance sont les premiers critères d’évaluation qui donnent dès le premier coup d’œil de précieuses informations sur son origine ou son âge, par exemple. La robe du vin prendra diverses teintes et évoluera dans le temps en fonction du ou des cépages utilisés, de sa région de production, de son âge et du temps de macération. Le pinot noir affichera une couleur moins dense qu’un carignan, la couleur des vins du Valais sera plus légère que celle d’un vin du Roussillon, un vieux bourgogne sera plus tuilé qu’un beaujolais nouveau et finalement des moûts qui auront subi une longue macération au contact des peaux donneront des vins intenses à l’opposé des rosés de saignée. 
 
Parmi cette large palette de coloris, la teinte orange est également présente sur les étagères de quelques cavistes spécialisés. Ce n’est pas vraiment un nouveau vin, mais plutôt une mode datant de l’Antiquité que certains vignerons ont décidé de relancer en la remettant au goût du jour. La technique d’élaboration des vins orange consiste à appliquer aux raisins blancs le même principe de vinification que les rouges. En principe, les vins rouges subissent une fermentation et une macération plus ou moins longue en contact avec la peau et parfois avec la rafle avant l’étape de pressurage qui permet de séparer la partie solide de la partie liquide. Par contre, pour les vins blancs, les raisins sont pressés dès leur réception à la cave de vinification avant l’étape de fermentation. Éventuellement on procède à une macération pré-fermentaire qui consiste à laisser pendant quelques heures seulement et à basse température la peau des raisins blancs en contact avec le jus avant la presse.
 
Pour le vin orange, ce sont des raisins blancs qui subissent une fermentation en présence de la peau. Certains vignerons y laissent également macérer la rafle, comme cela se pratiquait au début du siècle dernier avant le développement des techniques d’éraflage. Les vignerons les plus originaux pratiquent encore cette technique dans de grandes jarres ou amphores enterrées. On observe cette technique notamment en Géorgie, à l’origine des vins orange. Par la suite, le vin orange peut également être élevé en barrique. Cependant, cette technique n’est pas suffisante pour obtenir des vins à la teinte orangée. On peut en effet obtenir des vins blancs d’une belle couleur jaune pâle aux tannins discrets en procédant à une macération de 7 à 8 mois dans des amphores s’ils sont ouillés régulièrement pour les protéger de l’oxygène. Pour obtenir des vins orange, il faut toujours des macérations plutôt oxydatives et également travailler avec des raisins blancs en légère sur-maturité dont la couleur des peaux oscille entre le jaune doré et le brun.
  
Comme les raisins rouges, mais dans une moindre mesure, la peau du raisin blanc contient des tanins. Le vin orange est donc légèrement tannique. Malgré une acidité basse, on perçoit paradoxalement une bonne fraîcheur et ils sont considérés comme plus digestes. L’expression aromatique est variée en fonction de leur lieu d’origine.
 
Va-t-on assister à une nouvelle tendance de consommation ou simplement à une mode passagère entretenue par quelques vignerons originaux soucieux de faire renaître des pratiques œnologiques issues de l’Antiquité ? Souvent, ces producteurs sont également actifs dans la mouvance des vins naturels.
 
Originaire du Caucase, cette technique s’est progressivement développée dans les années 90 dans le nord de l’Italie, pour ensuite se diffuser à partir de 2000 en France où des grands noms de la viticulture se sont prêtés à des expérimentations qui ont débouché sur la commercialisation de vin orange. On peut citer dans le Jura Stéphane Tissot, dans la Loire Thierry Germain, ou le Domaine Gauby dans le Roussillon. Aux États-Unis une appellation “Orange Wines” a été lancée vers la fin des années 2000.
 
 
Ph.: PhotoAlto/Reporters

10:45 Publié dans Papilles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, papilles, vin, orange | |

Les commentaires sont fermés.