Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/11/2014

S’isoler du voisinage, quelques solutions

La Libre, Momento, Dehors, jardin, s'isoler, écran, voisinage, cacher, palissadesPréserver l’intimité d’un lieu, cacher un vis-à-vis gênant sont des souhaits prioritaires pour la plupart des jardiniers qui aménagent leur nouveau domaine.

À l’abri: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur

SE CACHER DES REGARDS, surtout en milieu urbain, est ancré dans notre mode de vie. Pour vivre heureux, vivons cachés. Ajoutez-y la préoccupation de se prémunir des intrusions, et voilà pourquoi murs, palissades et haies ont encore de beaux jours devant eux. Établies pour séparer, marquer les territoires et se défendre, les clôtures deviennent de surcroît brise-vent, écrans et sont supposées apporter à l’ensemble charme et caractère. Exigences pas toujours évidentes à mettre en œuvre. Pour y parvenir, matériaux et végétaux les plus traditionnels se mêlent aux techniques plus modernes mais aussi à la redécouverte de gestes ancestraux.

Une multitude de possibilités
Faire le bon choix, vu le nombre de solutions, n’est pas chose aisée. Des plus classiques aux plus insolites. Chacune dépend de l’endroit. Quelques éléments sont à prendre en considération : le but principal poursuivi, le degré d’opacité, le budget comprenant la mise en place et le coût de l’entretien, l’orientation pour les futurs végétaux qui s’y appuieront.

Tenir compte de l’esprit du lieu et choisir en veillant à ne pas nuire à la beauté de l’environnement évitent les déceptions. Il faut le reconnaître murs, gabions, grillages et autres palissades s’intègrent parfois avec difficulté. Autre faux pas toujours possible : la sensation d’enfermement. Si le jardin clos est un rêve qui fait partie de l’imaginaire d’un grand nombre de jardiniers, le concept doit être manié avec prudence. Combien de petits jardins délimités par des haies de conifères ont vu, avec le temps, leur superficie se réduire et l’ombre croître, tout comme ceux entourés de palissades strictes s’apparenter à des boîtes. Si clôtures et écrans sont souvent indispensables pour isoler nos espaces, les végétaliser permet de mieux les insérer à l’ensemble.

 

Un mur, une aubaine 

Même esseulé, un mur suffit au bonheur de beaucoup d’entre nous. Bien orienté, c’est encore mieux évidemment. Souvent dans les nouveaux projets, son coût est prohibitif. Pourtant, sa valeur est inestimable… Donc, même pas terrible, un mur existant est à considérer avec circonspection. Il peut devenir une formidable opportunité. Prenons le cas du parpaing. En soi, esthétiquement nul. Le recouvrir d’enduit est une possibilité mais cela demande quelques travaux de maçonnerie et a donc un coût. Une autre solution est de le dissimuler sous un parement de planches ou de bardeaux fixés sur des tasseaux. Le bois prendra de jolies teintes grisées. Il est de plus un isolant phonique qui absorbe les bruits. Le mur peut aussi disparaître sous une foule de végétaux dont quelques-uns à feuillage persistant qui lui donneront du volume et lui feront vivre les saisons.
L’alternative moderne au mur est le gabion. Il s’agit d’une structure de grillage en forme de cube ou de parallélépipède rectangle de taille et de hauteur différentes remplie de pierres ou d’autres matériaux. Des végétaux plantés à leur pied et s’y faufilant les “humanisent”.
 
 
Barrières et palissades 
 
Classiques mais indémodables, les barrières et palissades en bois sont indissociables de nos jardins. Rustiques, en bois peint ou non, elles délimitent les espaces depuis toujours et enrichissent de leur présence nos décors jardiniers. Depuis quelques décennies, les palissades en perches de châtaignier fendues, épointées, écorcées et reliées par quelques fils de fer, sont à la mode. Elles remplacent souvent le grillage dans nos paysages et se fondent dans la végétation grâce au bois qui se teinte de gris en vieillissant. De nombreux végétaux peuvent s’y accrocher. Il existe également des modèles rigides toujours en perches de châtaignier, disponibles sous formes de panneaux de plusieurs dimensions. La position décalée des lattes réduit la sensation d’emprisonnement évoquée par ailleurs et allège l’ensemble.
 
 
De l'insolite
  
Pour sortir des sentiers battus, et laisser libre cours à l’imagination, voici quelques suggestions innovantes, destinées à clore le jardin ou à dissimuler un coin disgracieux.
Les pierres dressées, déjà utilisées au Moyen Âge pour clôturer les champs, reviennent dans nos jardins par l’intermédiaire de quelques paysagistes qui les mettent à nouveau en scène. De larges plaques de schiste placées verticalement sont de toute beauté et se couvrent peu à peu de mousses et de lichens.
Un vieux sommier métallique à ressorts ou un treillis en fer à béton peut aussi dissimuler, clore ou isoler certaines parties du jardin. Des plantes grimpantes à feuillage persistant et caduque l’habilleront pour le rendre plus présentable.
 
 
Des techniques ancestrales réactualisées 
 
Autrefois, le pliage et l’assemblage de branches constituaient un moyen simple et économique de construire des clôtures. Dans la campagne, les branches, vivantes ou non, des arbustes entourant les pâturages étaient simplement courbées et enchevêtrées afin de composer des barrières infranchissables par le bétail et éviter tout maraudage. Dans les jardins plus sophistiqués et les potagers, des tressages de cannes et de perches de châtaignier ou de coudrier étaient ainsi confectionnés, les parois obtenues offrant un aspect plus soigné. Ce sont les plessis et la technique du plessage.
Aujourd’hui, il est possible d’acheter des panneaux tout faits et de les fixer sur des poteaux ancrés dans le sol.
Une variante possible est la brande de bruyère. Cette appellation désigne les arbustes de sous-bois comme la bruyère arbustive ou le genêt. Les rameaux de ces buissons sont rassemblés en petits fagots et montés en panneaux ou en rouleaux disponibles en plusieurs dimensions. Cette brande à la couleur cannelle, très nature, protège des vents et des regards indiscrets…
Dans un style plus contemporain, on trouve en jardinerie, des rouleaux de bambou pour extérieur ou intérieur dans plusieurs teintes. La taille est standard, H 1m80 sur L 2m40.
 
 
Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.