Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/12/2014

Mais qu’est ce que c’est ?

La Libre, Momento, Dehors, balade, bois, mystères, naturePlus que tout autre endroit, le jardin et la nature invitent à écouter et à regarder. Ils manient avec talent l’enchantement, l’inattendu voire l’insolite.

En balade: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur

UNE SIMPLE PROMENADE ou un moment passé au jardin peuvent ménager de belles découvertes. Jeux de lumière, parfums, apparition soudaine d’un petit animal s’échappant dans un bruissement de feuilles. La nature réserve plus d’une surprise à ceux qui prennent le temps de l’observer.
 
 
Le broussin
 
En forêt, des arbres développent parfois directement sur leur tronc des touffes de petites branches appelées “gourmands”. Au départ de chaque branchette, quelques bourgeons apparaissent et se réveillent le printemps suivant pour donner une nouvelle petite branche qui avorte à son tour. Le cycle reprendra au fil des saisons. On les appelle “gourmands d’agonie” ou “gourmands d’ombre”. Ils forment avec le temps un bois aux fibres enchevêtrées entourant des petites taches sombres qui proviennent des bourgeons arrêtés en cours de développement. Ces “hérissons” de branchettes ne servent à rien et condamnent l’arbre aux yeux du forestier.
 
 
La Libre, Momento, Dehors, balade, bois, mystères, natureLes loupes
 
Il arrive lors d’une balade de tomber sur un arbre affublé d’une excroissance quelquefois énorme qui pousse sur le tronc ou une branche maîtresse. C’est une loupe. Malgré son aspect impressionnant, la loupe ne cause aucun dommage à l’arbre. Ce n’est pas une maladie, on la considère plutôt comme une singularité. Cette anomalie qui peut être très spectaculaire est une réaction de l’arbre à une agression lors de sa croissance : piqûres, blessures. Elle résulte d’une activité désordonnée du cambium qui produit subitement une prolifération de cellules. Chez certaines espèces, elle donne un bois d’une grande valeur en ébénisterie. Loupe et broussin sont parfois considérés comme synonymes. Ce qui les différencie principalement, c’est leurs dimensions. La loupe peut envelopper une bonne partie du tronc de l’arbre.
 
 
La Libre, Momento, Dehors, balade, bois, mystères, natureLa pomme du chêne
 
La pomme du chêne est une galle printanière de bourgeon provoquée par la piqûre d’un petit hyménoptère appelé cynips, le Biorhiza pallida. Elle se retrouve sur diverses espèces de chênes et commence à se former très tôt en saison. Elle prend peu à peu l’allure d’une petite pomme d’abord colorée, puis brunit à maturité. L’arbre n’en souffre pas.
Toutes les parties du chêne renferment des tanins en abondance mais celui des galles de chênes était jusqu’au milieu du XXe siècle la principale matière première pour la fabrication des encres noires. Le chêne est un formidable allié du jardinier car il favorise l’épanouissement d’une faune très diversifiée. Les amateurs de roses auront peut-être déjà aperçu une autre galle spectaculaire, le bédégar. Galle chevelue également due à un cynips qui peut apparaître sur les tiges de rosiers.
 
 
La Libre, Momento, Dehors, balade, bois, mystères, natureUne curieuse chenille
 
Si vous appréciez les épilobes, vous aurez sans doute déjà fait connaissance avec cette étrange chenille. Un peu impressionnante la première fois par sa dimension. Elle affectionne les massifs de ces plantes lors de son développement. Cette curieuse chenille verte durant la plus grande partie de son développement vire au brun foncé au dernier stade. Dotée d’ocelles s’apparentant à des yeux, elle semble vous dévisager. Ce n’est qu’une illusion. La queue est surmontée d’une sorte de petite corne fréquente dans la famille des papillons nocturnes, Sphingidae. On peut la trouver aussi sur les salicaires, les balsamines, les onagres, les chèvrefeuilles et les gaillets. Le papillon (le Sphinx de la vigne) pond ses œufs au revers des feuilles de ces plantes nourricières.
 
 
La Libre, Momento, Dehors, balade, bois, mystères, naturePerruche or not perruche?
 
L’asclépiade commune, Asclepias syriaca, est une plante à petites fleurs rose clair exhalant une odeur de miel. C’est une grande plante vivace rustique qui, quand elle se plaît, peut avoir une tendance à s’étaler voire à devenir “envahissante”. Le mot est dit. Elle est mellifère et attire les papillons, en particulier le Monarque. Sa particularité est la forme saisissante de ses fruits. Ils ressemblent à des perruches. D’où son surnom d’herbe aux perruches. Posés délicatement sur le bord d’un verre, on jurerait voir ces oiseaux en train de s’abreuver. Elle est également appelée herbe à la ouate car ces mêmes fruits contiennent un nombre impressionnant de graines terminées par une aigrette soyeuse. Cette soie végétale facilite leur envol. Sa sève est toxique et peut provoquer des allergies de contact.
 
 
La Libre, Momento, Dehors, balade, bois, mystères, natureRacines aérifiées
 
Ces étranges excroissances dont nous vous parlions dernièrement à propos du Taxodium distichum, le cyprès chauve, sont aussi appelées pneumatophores. L’arboretum national à Meise en abrite un bel exemplaire près de l’étang. C’est à ses côtés que beaucoup de jeunes mariés choisissent de poser pour la postérité… Ce sont les racines proprement dites qui émettent ces protubérances verticales. Elles émergent du sol détrempé et permettent l’approvisionnement en oxygène. Il faut en général que l’arbre ait atteint l’âge de 25 ans pour les voir apparaître.
 
 
La Libre, Momento, Dehors, balade, bois, mystères, natureTritons
 
On soulève une pierre dans un coin humide et voilà qu’apparaît un petit animal qui ressemble à un lézard. Il y a beaucoup de chances que cela soit un triton. Le plus fréquent en Wallonie et à Bruxelles est le triton alpestre. Mais il en existe d’autres. On les appelle parfois Gardes-fontaines comme dans le n° 89 du journal “La Hulotte” qui leur est consacré – voir www.lahulotte.fr. Cette petite revue s’adresse aux jeunes comme aux moins jeunes. Elle est une mine de renseignements présentés de manière ludique.
Chaque année, les tritons quittent leur gîte terrestre pour rejoindre un point d’eau stagnante ou à faible débit. C’est leur site de reproduction et ils lui sont en général fidèles. Les femelles pondent leurs œufs dans la végétation aquatique. Les larves se développent dans l’eau. Les tritons quittent l’eau vers l’âge de trois mois pour mener leur vie terrestre. Bien qu’il soit capable de rester longtemps au fond de l’eau, le triton doit remonter régulièrement à la surface pour respirer. En phase terrestre, il vit caché sous des tas de bois, des cailloux ou dans le creux d’arbres pourris. Chose intéressante pour le jardinier : il croque volontiers quelques limaces.
 
 
Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.