Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/12/2014

Château Plagnac, une nouvelle vie pour un cru chargé d’histoire

la libre,momento,papilles,vins,château plagnac,cordier mestrezatLe Château Plagnac compte parmi les nombreux Crus Bourgeois du Médoc. Il vient d’être repris par Cordier Mestrezat Grands Crusafin de trouver un second souffle.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


AU PREMIER COUP D’ŒIL, la forme de la bouteille du Château Plagnac pourrait faire penser que ce flacon ne fait pas partie de la noble famille des vins de Bordeaux. Détrompez-vous, cette collection fait écho au prestigieux passé de la maison Cordier qui propose une sélection de grands vins réédités dans le flacon “époque”, dans lequel s’épanouissaient jusque dans les années 1980 leurs vins légendaires.
 
Château Plagnac fait donc partie de la collection de flacons chargés d’histoire lancée par la maison Cordier Mestrezat en 2011 pour célébrer leurs 125 ans, et que l’on connaît sous le nom de “La Collection Époque D. Cordier 1886”.
 
Le Château Plagnac est un des nombreux Crus Bourgeois que l’on trouve dans le Médoc, cette grande avancée de terre influencée par la Gironde et l’Atlantique. Situé tout au nord de cette presqu’île médocaine, à proximité de l’estuaire de la Gironde, le Château Plagnac se présente sous la forme d’une gentilhommière de pierres blondes. Ses deux tours surplombent un vignoble d’un seul tenant qui s’étend sur 20 hectares au cœur d’un terroir réputé pour produire de grands vins.
 
La propriété a récemment été reprise en main par un des plus influents négociants de la place de Bordeaux, Cordier Mestrezat Grands Crus qui a insufflé une nouvelle vie à ce cru chargé d’histoire. Ils ont réussi le pari d’atteindre un très haut niveau qualitatif en tirant parti au maximum du vignoble qui, du haut de ses 30 ans, est actuellement en pleine maturité, donnant naissance à un vin expressif alliant finesse et complexité.
 
La propriété est plantée pour un tiers en merlot et deux tiers en cabernet sauvignon qui plongent leurs racines dans un terroir dominé par l’argile et le calcaire. La densité de plantation de 5 000 pieds par hectare est assez classique dans le Médoc. Le rendement est plafonné à 50 hectolitres par hectare pour une production annuelle de près de 80 000 bouteilles. Grâce aux conditions climatiques exceptionnelles du millésime 2010, le Château Plagnac offre un bouquet expressif de fruits rouges, une belle structure en bouche et des tanins fins. Ce vin à la personnalité élégante développe des arômes prononcés de paprika et de vanille en milieu de bouche. Une belle longueur en bouche.
 
Distribué par Delhaize. Prix : 16,99 €. Plus d’infos : www.cordier-1886.com
 
 
Cordier Mestrezat Grands Crus
 
 
Cordier Mestrezat Grands Crus est né en 2000 de la fusion de deux maisons de négoces bordelaises bicentenaires : la Maison Cordier, fondée en 1886 par Désiré Cordier, et la Maison Mestrezat, fondée en 1815. En matière de commerce de vin, Bordeaux concentre le plus grand nombre d’opérateurs. Cordier Mestrezat, avec un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros, est l’un des plus importants. Son activité est surtout axée sur le négoce en primeur des grands crus mais aussi sur le développement de marques propres. Le négoce de vin à Bordeaux est une activité traditionnelle qui demande une très longue expérience, un carnet d’adresses bien rempli mais surtout la confiance à la fois des producteurs et des acheteurs dispersés aux quatre coins du monde. Cette confiance se construit petit à petit au rythme des millésimes. Il n’est donc pas étonnant que ces maisons de négoce aient une longue histoire. Celle des Cordier commence avec Désiré Cordier qui était non seulement négociant en vins et spiritueux à Toul, en Meurthe-et-Moselle, depuis 1886, mais aussi viticulteur sur son propre vignoble toulois situé sur la butte du Mont-Saint-Michel. Toul était en effet une ville de garnison offrant ainsi à Désiré Cordier l’opportunité de devenir le fournisseur attitré de toutes les unités militaires stationnées dans le Toulois et de faire de bonnes affaires. Après la Première Guerre, il réalisa l’acquisition de quatre grands châteaux viticoles : Château Lafaurie Peyraguey, Château Gruaud Larose, Château Talbot et Château Meyney. En 1929, il installa son siège administratif 10 quai de Paludate à Bordeaux. Le capital de la société s’ouvrit en 1983 à La Hénin, filiale de la C ie de Suez, et la quasi-totalité des domaines familiaux lui fut cédée en 1987.
Mestrezat & Cie, spécialisée dans le négoce international, a été fondée en 1815 par Guillaume Mestrezat, un notable bien en vue de Bordeaux, avec son cousin. L’association bordelaise prospéra et devint, en 1843, Mestrezat Père et Fils. La guerre de 1914-1918 vit la disparition du dernier descendant masculin de la famille. Ses quatre filles s’associèrent alors à une riche famille charentaise et la société devint Mestrezat-Preller en 1926, qui recentra ses activités de négoce sur les seuls vins de Bordeaux. En 1970, la société acquiert 330 hectares de vignobles dont 120 en Crus Classés en 1855 (Château Rayne-Vigneau, Premier Cru Classé de Sauternes, Château Grand-Puy Ducasse, Cinquième Cru Classé de Pauillac). En décembre 2000, la Maison Mestrezat fut rachetée par la Maison Cordier.
 
 
Ph.: Cordier-Mestrezat

Les commentaires sont fermés.