Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/12/2014

La Chalcidique, pour se ressourcer

Escap.jpgLes Grecs l’appellent “le paradis secret de la Grèce”. La Chalcidique, située au nord de la République hellénique, inspire le calme et la détente à tous points de vue.
 
Retour aux sources: Lauranne Garitte


LA GRÈCE… Ses villages bleus et blancs perchés en haut des montagnes, ses sites archéologiques chargés d’Histoire antique, ses cités légendaires d’où sont nés tant de récits mythologiques. Loin de ces clichés (ou de ces merveilles culturelles, c’est selon), la Chalcidique invite à un tout autre voyage. Avec ses magnifiques plages, sa mer bleu azur et ses paysages verts, c’est d’un vrai coin de ressourcement auquel on a droit dans cette région du nord de la Grèce.
 
On s’y rend pour se couper du monde, pour profiter d’un moment de détente dans les nombreux hôtels luxueux et les spas qui bordent les plages, ou pour déambuler, en méditant, sur la côte. Et, si les kilomètres n’effraient pas, la Chalcidique est aussi le lieu de vacances idéal pour être au calme, tout en ayant des sites classés à portée de main. Car dans l’un des trois archipels de la péninsule, se cache un coin de spiritualité et de recueillement, connu sous le nom du mont Athos. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, il donne un autre visage à ce ressourcement inhérent à la région, par le biais des moines orthodoxes qui y habitent dans le calme le plus total. L’autre bijou patrimonial se trouve à quatre heures de route de là, en bordure de la plaine de Thessalie. Les monastères des Météores, aussi inscrits au patrimoine de l’Unesco, impressionnent et apaisent à la fois.
 
Entre nature sauvage, bien-être et spiritualité, la Chalcidique représente la terre appropriée pour se ressourcer.
 
 
Escap1.jpgSE RESSOURCER POUR UN MIEUX-ÊTRE
 
Plages et nature. La péninsule de Chalcidique comprend trois presqu’îles montagneuses, respectivement dénommées Kassandra, Sithonia et Athos. De temps à autre, sur le flanc des montagnes, une maison apparaît au beau milieu d’un écrin de verdure séchée par endroits. Des maisons qui bordent bien souvent la mer Égée, le long des plages de sable fin. Les stations balnéaires, quant à elles, se trouvent essentiellement sur les deux premières “jambes” de la péninsule, Kassandra et Sithonia. C’est d’ailleurs sur l’archipel Kassandra qu’est situé le charmant village d’Afitos, habité depuis l’Antiquité. Ses maisons grecques traditionnelles abritent aujourd’hui des bars et restaurants, le village étant devenu le lieu idéal où déambuler, en admirant la vue sur mer.
 
Détente. En se déplaçant dans la région, on côtoie donc les Grecs de tous les jours qui continuent à mener leur petit bonhomme de chemin, au rythme des hôtels qui deviennent leurs voisins. Car les hôtels sont légion dans la région. Le tourisme n’en est qu’à ses balbutiements, mais le luxe et les centres de bien-être se multiplient à grande vitesse. Parmi ceux-ci, notez le “Pomegranate Wellness Spa Hotel”, à Nea Potidea. Son spa, ouvert cette année même, est l’un des plus grands du nord de la Grèce. Côté détente sportive, des terrains de golf, des courts de tennis, des terrains de beach-volley, des magasins de location de vélo et des parcours de randonnées se comptent à la pelle.
 
 
la libre,momento,escapade,voyage,grèce,chalcidiqueLE RESSOURCEMENT FAIT LE MOINE
 
Le mont Athos. D’autres avant nous ont choisi la Grèce comme terre de prédilection pour le recueillement, la méditation et la tranquillité. Ces “autres”, ce sont les moines orthodoxes. Ils habitent aujourd’hui dans la vingtaine de monastères du mont Athos, répartis sur la troisième jambe de la presqu’île de Chalcidique. Culminant à 2 033 mètres, le mont Athos serait né suite à un combat entre Athos et Poséidon, d’après la mythologie grecque. C’est en bateau que l’on “visite” cette montagne. Une fois embarqué, le visiteur admire un spectacle au demeurant mystérieux, étant donné qu’il est strictement interdit de s’en approcher par la mer à moins de 500 mètres. Le mont sacré, comme le surnomment les Grecs, accueille des monastères orthodoxes de tous pays : Russie, Bulgarie, Serbie, Roumanie, etc. Le plus grand et le plus vieux d’entre eux fut construit en 963 (le monastère de la Grande Laure de l’Athos).
 
Les Météores. Pour atteindre un autre site classé au patrimoine de l’Unesco, il faut s’armer d’une voiture et affronter quatre heures de route. Les paysages défilent, et, en s’approchant, petit à petit, même de loin, on aperçoit comme des rochers qui sortent soudainement de terre. Une fois qu’on gravit les routes sinueuses qui mènent à ces montagnes, on s’enferme dans un calme saisissant, interrompu brièvement par des chants de moines qui résonnent entre les rochers. Le lieu est définitivement enchanteur. On y voit des monastères perchés aux sommets de formations rocheuses. L’érosion du vent et de l’eau a conféré à ces pics rocheux une apparence incomparable.
 
Mais c’est surtout la construction de ces bâtiments qui époustoufle. Dès le IXe siècle, des ermites se sont installés en haut de ces tours de grès naturel. Ensuite, après le XIe siècle, des moines ont petit à petit suivi le pas. Le XIVe siècle connaît l’édification des premiers monastères aux sommets, avec les moyens du bord (des monte-charge tirés par des cordes à la force des bras, des échelles en bois longues parfois de quarante mètres, etc.).
 
Aujourd’hui, il ne reste que six monastères en activité dans lesquels une petite vie de recueillement se poursuit. Le monastère d’Agios Stephanos est le seul que l’on peut visiter, en contrepartie d’une montée de 200 marches… qui valent la peine d’être gravies.
 
Autonome et interdit aux femmes
Dites “la République monastique du mont Athos” car la communauté de moines orthodoxes qui y habite bénéficie d’un statut d’autonomie au sein de l’État grec et de l’Union européenne. On le surnomme parfois “le Tibet chrétien”.
 
Accès limité. Dénommé le jardin de la Mère de Dieu, le mont Athos est interdit aux femmes. Les animaux domestiques féminins aussi sont refusés. Quant aux hommes de moins de 18 ans, ils peuvent poser le pied sur cette montagne s’ils parviennent à recevoir une autorisation des autorités. Seuls 10 visiteurs non orthodoxes et 100 pèlerins orthodoxes sont autorisés à le visiter chaque jour.
 
 
Ph.: L. Ga.

Les commentaires sont fermés.