Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/01/2015

Jaune à la mer, "silver" à la ville et rouge sur circuit

auto.jpgNous avons testé cette sportive sur les routes tranquilles de Californie, mais aussi sur le difficile tracé de Laguna Seca. Expérience…


DÈS LE PREMIER COUP D’ŒIL, on est quasi conquis par son look ! L’AMG GT nous charme en effet avec ses rondeurs sensuelles, ses larges ailes et sa ligne de toit fuyante. Ramassée derrière, élancée devant avec ce capot interminable, cette voiture, quasi tout alu 
et au toit en carbone
, ne peut laisser indifférent.
L’ambiance à l’intérieur du cockpit (certaines commandes sont dans le ciel de toit, comme dans un avion) participe aussi au caractère sportif et unique de la voiture. On se sent comme dans un cocon, sentiment encore accentué par le peu de surface vitrée.auto 9.jpg
 
En se glissant à l’intérieur, on a l’impression de prendre place dans l’écrin d’un bijou précieux, feutré… Le moment où l’on presse le bouton Start est intense. La bête est belle mais saura-t-elle rugir  ? Une seconde à peine et les doutes sont évacués. Le V8 biturbo de 510 ch (et 650 Nm de couple) chante d’une voix rocailleuse, sans entrave.
 

auto 8.jpgD’une pression sur la palette, on enclenche le premier des 7 rapports, nous voilà parti dans les rues de San Francisco et ses vieux trams si populaires (en fait, ce sont des funiculaires, vu le degré des pentes  !) qui ne font qu’accentuer encore le contraste entre l’ancien et le moderne. Direction le Golden Gate Bridge, pour faire un bout de chemin le long d’un littoral que l’on croyait moins sauvage.
Première constatation, le monstre est docile, la conduite est raffinée, facile. Voilà une GT que l’on peut aisément utiliser tous les jours. En ville ou en dehors, pour des promenades à l’américaine, pour se faire plaisir et, il faut l’écrire aussi, pour impressionner la galerie dans une Californie où le culte du corps, et de soi, est une religion.
 
Au loin, les nuages s’amoncellent, créant des cieux tourmentés. Tiens, ici aussi la météo est capricieuse.
On arrive enfin à Laguna Seca; enfin car on en a un peu marre de se traîner avec un tel engin (ici, plus encore qu’ailleurs, la police veille  !). On va pouvoir lâcher les (510) chevaux en activant les modes Sport et Race spécialement conçus pour le circuit (sur GT S seulement).
Mais les vannes célestes se sont ouvertes, il faut s’accrocher, sur la piste mouillée, derrière de vrais pilotes tels Bern Schneider et notre ami Stéphane Lémeret, qui ne demandent qu’à se tirer la bourre. L’adhérence est précaire, mais la voiture toujours très saine.
 
À notre niveau, le test est en tout cas réussi. Mercedes en vendra, des AMG GT. Et il nous revient que d’autres versions sont d’ores et déjà prévues  : une GT3, mais peut-être aussi une décapotable, voire une traction intégrale…
 
La griffe AMG

auto 5.jpg

Elle est partout ! Du tapis de sol au volant en cuir nappa, en passant par les compteurs. Raffinement mécanique AMG, l’arbre de transmission au train arrière, qui prend une place importante dans l’habitacle, est en fibres de carbone !
 
Un beau V8 Biturbo !

auto 4.jpg

Ceux qui s’inquiétaient de la succession au V8 atmo de 6,2 l de la SLS peuvent être rassurés. Le nouveau V8 4,0 litres biturbo, de 515 ch (462 pour la GT et 304 de vitesse max.), se montre à la hauteur de la situation. Le moteur est bridé… à 310 km/h !
 
Jantes 19’’ et étriers de freins couleur de l’auto !

auto 3.jpg

La transmission aux roues de 19 pouces (pneus de 295/30 à l’arrière, 265/35 à l’avant) se fait parfaitement via une boîte Speedshift à 7 rapports. Les étriers de couleur sont assortis à la voiture…

Aileron fixe sur l’Édition 1

auto 2.jpg

Si, sur les modèles GT et GTS, l’aileron arrière est rétractable, il est fixe sur la série limitée Édition 1, celle que nous avions à disposition pour les tests circuit. Les feux avant et arrière sont évidemment à LED et très performants.
 
Notre avis
 
Aucun doute à avoir, AMG a bien réussi son coup avec cette magnifique GT. Cette voiture de sport prestigieuse est la deuxième, après la SLS, entièrement développée par la division Sport de Mercedes, sise à Affalterbach, près de Stuttgart. Elle marque, entre autres choses, la fin des gros moteurs atmosphériques. Alors que la SLS était intimidante à conduire, la GT est facile, confortable et, grâce à son équilibre, facile à maîtriser. Dans son comportement, notamment à haute vitesse sur circuit, elle fait un peu penser au dynamisme de la Ferrari 458. C’est tout dire. Mercedes, avec ce modèle, veut clairement chatouiller l’orgueil de Porsche. Le galbe des passages de roue arrière fait d’ailleurs un peu penser à la 911, qui a l’avantage d’une ergonomie plus pratique, sans parler de l’atout que présentent ses sièges arrière, même petits (qu’il n’y a pas sur la GT)…
Verdict : 8/10

15:00 Publié dans Routes | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.