Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

10/01/2015

2015, plus connectée que jamais

La Libre, Momento, Pixels, technologies, high-tech, nouveautés, CES, Las VegasLe show, au CES de Las Vegas, grand-messe technologique mondiale, a commencé. Au menu : un bouillon d’objets connectés, une julienne de 4K, un peu de voiture connectée bien fraîche, saupoudrée d’épices osées, comme la robotique et les drones. On dit miam, ou brrrrr ?

Alexis Carantonis


La voiture du futur (proche)

L’industrie automobile au plus grand salon techno du monde ? C’est une collusion toute récente. Mais qui, chaque année, se fait plus forte. On attend cette année pas moins de 10 grands constructeurs, venus montrer à quel point leur futur sera connecté (dans et en dehors de l’habitacle, notamment avec l’interaction avec le smartphone) et autonome (avec le mythe, chaque jour un peu moins fantasmagorique, de la voiture qui roule toute seule). 
On notera, par exemple, le système Blue Link de Hyundai, qui propose une montre intelligente pour déverrouiller et démarrer ses futurs véhicules. Une montre… connectée, il va de soi. BMW est embarqué sur la même voie : son système Remote Vallet permet d’exiger, depuis sa montre, que votre véhicule vienne vous chercher, tout seul !


La 4K (encore), mais à prix accessible (enfin)

Cette année encore, la 4K, alias Ultra Haute Définition (UHD), sera au centre du CES de Las Vegas. Qu’on soit clair : ce n’est pas une nouveauté. Cette technologie a gagné le marché des téléviseurs résidentiels en 2013 déjà, mais, alors, à coût exorbitant. Non, en 2015, la nouveauté concernant les écrans de 4096 x 2160 pixels (ou 3840 x 2160 pixels, selon les cas), ce qui correspond à un nombre de pixels affichés quatre fois plus élevé que la Haute Définition Full HD (1920x1080 pixels), porte moins sur leur technologie que sur leur coût.
Si la Coupe du monde du Brésil – traditionnel prétexte idéal pour (re)vendre des téléviseurs sur un marché en berne – avait permis d’ancrer le mot dans l’esprit du public, c’est en 2015 que la 4K va devenir définitivement abordable, avec des dalles de tailles confortables (46 pouces minimum), assemblées par des constructeurs de renommée, qui passeront sous la barre des 1000 €.
En 2015, si vous changez de téléviseur, il serait sot, vu cette baisse de prix et la maturité de la technologie, de ne pas opter pour un écran 4K, futureproof. Même si le problème reste sensiblement le même qu’en janvier 2013 : on a les écrans 4K, en revanche, les sources, très volumineuses, manquent toujours à l’appel…
Sur le plan des innovations techniques pures, notons la percée intéressante de la technologie des points quantiques. Qui utilise des cristaux d’une taille variant de deux à dix nanomètres pour éclairer, indépendamment, chaque pixel de l’écran. Devant la difficulté de démocratiser des téléviseurs OLED toujours très chers à produire, l’industrie semble se tourner vers cette solution alternative, légèrement inférieure à l’OLED sur le plan qualitatif, mais qui permet des prix beaucoup plus abordables et un rendu visuel supérieur aux technologies LCD et LED…
Quant à ceux qui aiment se projeter, notons l’exposition (chez LG, notamment) de téléviseurs dotés d’une résolution… 8K. Ce n’est pas pour demain, mais pour avoir vu une dalle pareille, on peut vous confirmer qu’à côté, c’est la réalité qui semble floue…


L'attaque des drones, la revanche des robots

Les drones, qui n’ont pas fini de fasciner (et inquiéter) la population, vont prendre pas mal de place sur le showfloor du Convention Centre. Mais alors littéralement ! Ces objets volants moyennement identifiés vont, pour la première fois de l’histoire du salon, occuper un hall à part entière. La prolifération des puces et capteurs qui y sont embarqués, couplée à une baisse des prix sur ce naissant marché, n’ont pas fini de les placer en plein cœur de l’actu. Un peu comme le fidèle compagnon du CES, depuis longtemps : le robot domestique. On n’en est pas encore à l’humanoïde à tout faire, mais le robot consacré à une tâche, simple, automatisée, lui, il se trouve déjà… dans nos rayons. Et au CES, où il occupe 25 % d’espace en plus que l’an dernier.


Le tout connecté, à même la peau

1024 milliards de dollars. C’est la somme, presque abstraite, dépensée par les habitants de ce monde en 2014, pour acquérir smartphones, tablettes, phablettes, ordinateurs, téléviseurs et autres consoles de jeux. Un chiffre fou, mais qui, paradoxalement, progresse peu : à peine 1 % de mieux qu’en 2013, et encore, c’est surtout dû au fait que les pays moins industrialisés (BRIC, etc.) meublent leur retard sur l’Europe et les États-Unis, de plus en plus équipés. Face à cette saturation, très relative aujourd’hui mais de plus en plus inévitable demain, l’industrie se cherche de nouveaux relais de croissance.
Le plus prometteur de tous : les objets connectés. Au CES 2015, ils sont une nouvelle fois les stars incontestées, avec une quantité astronomique d’exposants dédiés au phénomène. On ne parle plus seulement de téléviseurs, bracelets traqueurs d’activités ou de montres intelligentes, mais de thermostats, fours, frigos, vêtements, biberons, serrures, caméras de surveillance, stations météo, bijoux… Bref : le secteur veut connecter tout ce qui ne l’est pas encore. Rien qu’hier, Alcatel a annoncé une montre, Netatmo, une webcam dotée de reconnaissance faciale qui vous reconnaît et vous parle, et vous informe quand un membre de la famille est à la maison, et Parrot un pot de fleurs truffé de capteurs pour vous aider à faire pousser vos plantes !
Il faudra faire se parler tout ce beau monde, et surtout, forcément, si l’on succombe, sacrifier une certaine part de notre vie privée, le Big Data planant derrière tout objet connecté centralisant et partageant les données recueillies. Même si cette révolution fait peur, son accouchement semble inévitable : Cisco estime à 50 milliards le nombre d’objets connectés qui circuleront d’ici 2020. Reste à voir quelle catégorie aura su asseoir la plus-value de son usage, à l’heure où, même si des millions de montres connectées ont déjà été vendues (avant même la sortie de l’Apple Watch), vous êtes encore nombreux à vous demander quel est l’intérêt d’avoir Internet à son poignet quand on a un smartphone dans sa poche…

Les commentaires sont fermés.