Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/01/2015

Au jardin, en un mot, 2015 sera écolo

la libre,momento,dehors,bio,école,jardin,jardinageUn effet de mode ? Non ! Un mode de vie devenu incontournable pour tout jardinier responsable de sa planète. L’occasion est belle de faire un petit tour à la pépinière Ecoflora.

Jardinage responsable: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans


CELA FAIT DÉJÀ 20 ANS que la pépinière Ecoflora a osé miser sur l’écologie. Freddy Sparenberg, son créateur, n’a jamais eu peur d’encourager à jardiner différemment. Durablement. À planter local, tondre moins, récupérer les eaux de pluie, pailler, fertiliser naturellement, composter, pulvériser purins et décoctions, favoriser la biodiversité. Il y a bien longtemps, il a perçu les premiers signes d’un avenir inquiétant et a très vite senti menacée la biodiversité. C’est la raison pour laquelle il décide, à la sortie de ses études d’économie, de se jeter à l’eau en mettant sur pied une pépinière unique spécialisée dans la production de plantes sauvages indigènes. À l’époque, il paraît tomber d’une autre planète. Il s’installe d’abord à Rosières dans le Brabant wallon et puis, dès 1998, à Hal dans le Brabant flamand. Les débuts ne sont pas faciles. À cette époque, ni Internet, ni réseaux sociaux. Uniquement quelques petites annonces dans les journaux locaux et le soutien inconditionnel des associations Nature & Progrès et Velt, soucieuses de jardinage et d’agriculture biologiques.
 
Tout pour la nature
Aujourd’hui, Ecoflora est devenu un lieu didactique où apprendre le B.A.-BA. La bonne place de chaque plante annuelle, bisannuelle, vivace ou une bulbeuse, en fonction de l’exposition, du sol, de la période de floraison. Un public très diversifié s’y rend à la recherche d’une flore indigène souvent ignorée. Mais pas seulement. Une belle collection d’aromatiques, des semences biologiques, des plants potagers certifiés bios, des bulbes à naturaliser, des arbres fruitiers, des petits fruits, des arbustes et rosiers utiles aux haies bocagères, des semences de prairies fleuries, et globalement tout ce qui a un rapport direct avec le jardinage écologique ou naturel. De la clôture en châtaignier ou en noisetier aux engrais bios, en passant par les éco bêches. Chez Ecoflora, on vient en confiance. Tout y est bon pour la nature.
 
 
Les aromatiques
 
À Hal, on ne peut plus se passer des aromatiques. Des classiques aux moins connues. Comme la verveine citronnée appréciée des amateurs de tisanes, ou la coriandre, une des aromatiques les plus vendues avec le persil et le thym. Le basilic thaï est peu utilisé par le grand public. Et pourtant, cette variété aux feuilles vertes et aux inflorescences pourpres a une saveur finement épicée d’une pointe d’estragon, de réglisse et d’anis. Pour les pots et les jardinières, Ecoflora propose par exemple le petit romarin rampant ne dépassant pas 15 cm de haut, tout aussi odorant que le commun.
 
Les prairies fleuries
 
L’expérience d’Ecoflora en matière de prairies fleuries ne date pas d’aujourd’hui. Cela fait 15 ans déjà que la pépinière s’y intéresse. Elle propose des mélanges composés de variétés indigènes et sauvages. Sans graminées, pour éviter la concurrence voire même parfois l’étouffement des plantes à fleurs par ces dernières.
Les prairies de fleurs des champs ont une durée de vie limitée à environ deux ans. Ce qui n’est pas le cas des mélanges de plantes vivaces. Ils diffèrent en fonction du type de sol : limoneux ou sablo-limoneux, riche et argileux, riche à la mi-ombre, humide même en été, sec et pauvre. Un mélange est même spécialement conçu pour encourager la pollinisation des vergers, pour attirer abeilles et papillons ou pour couvrir les sols pauvres, acides et sablonneux. Les talus, toits verts et sous-bois ne sont pas en reste. À noter enfin, un mélange judicieux à semer dans les interstices entre les pierres et pavés, soit des plantes basses, résistantes au piétinement et à la sécheresse comme le thym serpolet, la pâquerette, l’orpin et la sagine. De quoi contrer définitivement la chimie sur les chemins et terrasses.
 
Les bulbes à naturaliser
 
Des bulbes botaniques ou sauvages à floraison printanière ou automnale sont à naturaliser. À quelques exceptions près, ils sont tous indigènes. D’une facilité déconcertante, ils se reproduisent d’année en année et colonisent le terrain que ce soit au beau milieu d’un gazon ou dans les parterres. Perce-neige, petits crocus de Tommasini aux fleurs lilas, anémones et jacinthes des bois se prêtent à merveille au jeu de la naturalisation. Mais pas seulement. Beaucoup d’autres se débrouillent de la même manière. Les jonquilles sauvages éclairent les sous-bois en mars-avril, alors qu’en avril-mai les fritillaires pratiquement disparues à l’état naturel enchantent les prairies humides. Au rayon des tulipes, Tulipa sylvestris, jaune, idéale pour les vergers, et T. biflora blanche et jaune. Les aulx, ail des ours, ail caréné et celui à tête ronde, A. sphaerocephalon, complètent la liste. Pour fleurir l’automne, les colchiques, les petits cyclamens, C. hederifolium et coum, et le Crocus speciosus sont au rendez-vous.
 
Nichoirs et gîtes
 
Freddy Sparenberg est un inconditionnel des nichoirs pour oiseaux et des gîtes à insectes en béton de bois produits par la société Schwegler. Le taux d’occupation est élevé, l’isolation excellente et la durée de vie optimale. Une invitation au jardin des mésanges, hirondelles et autres chouettes mais aussi des bourdons ou hérissons…
 

Infos: www.ecoflora.be
 
 
Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.