Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/01/2015

Pour les puristes en savoir-vivre

la libre,momento,bien-être,savoir-vivre,bonnes manières,leçons,rappelTout se perd, y compris donc les règles élémentaires du savoir-vivre et les bonnes manières. En famille, en société, au travail, il y a encore des “choses” à faire et à ne pas faire. Vous avez dit “vieux jeu” ?
 
Petit rappel à qui veut l’entendre: Laurence Dardenne


VOILÀ UN BIEN PRECIEUX ET PEU COÛTEUX (4,99 €) “petit précis de savoir-vivre et des bonnes manières” que l’on offrirait volontiers à certain(e)s de nos contemporain(e)s. Pour autant qu’offrir ce type d’ouvrage ne soit précisément pas incongru. Commettre une faute de goût serait en l’occurrence quelque peu déplacé ! “Pourquoi place-t-on la fourchette à gauche et le couteau à droite ?” est le titre de ce petit cahier, paru chez Larousse, dans lequel Sabine Denuelle nous livre toutes les astuces précisément pour éviter les fautes de goût par exemple dans nos tenues (mais pas que), savoir composer en famille et avec les personnes âgées, notamment, bien se tenir à l’extérieur (ou à l’intérieur), cohabiter en bonne intelligence avec ses voisins (que l’on ne choisit pas)… Autant de situations rencontrées dans notre quotidien.
L’auteur y explique également comment s’exprimer et communiquer afin d’éviter ces fautes de langage qui ne pardonnent pas, plus simplement entretenir une conversation et gérer adroitement un conflit, apprendre à s’excuser (si si, cela peut se faire), ou à s’exprimer au téléphone (ce n’est pas aussi évident qu’on le pense), mais aussi apprendre à correctement rédiger un courrier écrit (cela existe encore ?) ou un e-mail.
Et puis, il y a enfin toutes ces règles de savoir-vivre lorsqu’il s’agit de recevoir ou d’être reçu, que ce soit pour un dîner, un apéritif, un brunch ou un barbecue : comment choisir la vaisselle et les couverts appropriés, et comment les disposer sur la table, faire le service, connaître les us et coutumes des heures d’arrivée et de départ…
Tout ça, on sait, pensez-vous ? Pas si sûr ! Extraits du petit précis de savoir-vivre, voici quelques exemples pour tester ses connaissances.
 
 
Le café: à table ou au salon?
Vous prendrez bien un petit café ? Oui, mais faut-il le prendre à table ou au salon ? Pour l’auteur, “dans les repas formalistes, le café doit se prendre dans le coin salon : la personne qui reçoit donne le signal à la fin du repas et propose à ses invités de ‘passer à côté’. C’est à elle qu’il appartient de servir le café dans l’ordre hiérarchique des invités. Prendre le café à table, à moins d’être dans un repas intime, choque les puristes en savoir-vivre. Cela a pourtant l’avantage de ne pas rompre une conversation animée qui s’est amorcée pendant le repas. Une formule de politesse suffira à vous justifier : ‘Ce serait dommage d’interrompre le débat, et nous prendrons le café ici !’ Veillez alors à ôter les assiettes et les couverts sales (les verres peuvent rester).”
À éviter : si le thé ou le café est trop chaud, attendez toujours qu’il refroidisse et, surtout, évitez de souffler dessus. Soulevez la tasse avec sa soucoupe en veillant à stabiliser la cuiller et, par pitié, ne soulevez pas le petit doigt ! Buvez à petites gorgées et sans bruit. La tasse se repose avec la cuiller calée sur la soucoupe; la cuiller n’est jamais laissée dans la tasse.
 
L'heure, c'est l'heure!
Vous êtes invité, à une certaine heure qui vous a été donnée par votre hôte, sachez que l’exactitude, ou disons une certaine ponctualité, fait partie des devoirs de politesse. Si l’on n’a pas dit à la minute près, il y a une règle absolue : ne jamais arriver à l’avance ! Pour un déjeuner, par exemple à 13 heures, il convient de ne pas faire attendre. Pour un apéro, itou ou, à la rigueur, légèrement plus tard. Plus de souplesse vous sera accordée s’il s’agit d’un cocktail ou d’un buffet dînatoire. Dix minutes plus tard que l’heure fixée pour un dîner semble le bon moment pour débarquer.
Et quand partir, histoire de ne pas s’incruster ? S’il vous faut impérativement partir de bonne heure, prévenez votre hôte avant le repas en vous excusant. Et filez à l’anglaise pour ne pas couper l’ambiance. Sinon, c’est à la personne la plus âgée qu’il revient de donner le signal de départ en se levant, tout simplement. Ce qui ne l’empêche pas d’inviter les autres convives à ne pas forcément la suivre.
Selon les pays, les conventions diffèrent. En Allemagne, arriver à l’heure précise est très apprécié. En Angleterre et aux États-Unis, on arrive 10 minutes tout au plus en retard. En Espagne et en Italie, le retard admis peut aller jusqu’à une heure.
 
Savoir (comment) remercier
“La sociabilité repose sur la réciprocité, écrit Sabine Denuelle. Savoir remercier est la première exigence de tout savoir-vivre !” Peut-être vous êtes-vous ennuyé à un dîner ou n’avez-vous pas apprécié un cadeau que l’on vous a fait, peu importe, il faut pouvoir remercier “avec chaleur et enthousiasme la personne qui a voulu vous faire plaisir”. Mais comment ?
Lors d’une réception, un remerciement de vive voix suffit. Cela dit, après une invitation à une fête, un cadeau, un envoi de fleurs, ajouter un petit mot, un ou deux jours après, est plus gentil. Téléphoner, si l’on est sûr de ne pas déranger, ou envoyer un mail peut aussi s’envisager. Et féliciter les maîtres de maison pour la qualité du repas, l’intérêt ou la gentillesse des convives, l’ambiance n’est pas incongru.
Et s’il ne vous est pas possible de “rendre la politesse” en invitant à votre tour, ce qui se fait en principe, envoyez un joli bouquet de fleurs pour vous faire pardonner, conseille l’auteur.
 
Les verres: 5 au maximum
À chaque fois, j’hésite : le verre à eau, à droite ou à gauche des verres à vin ? Si le nombre de verres mis devant chaque convive dépend de la solennité du repas et du nombre de vins servis, pour un repas “en toute simplicité”, un verre à vin et un verre à eau suffisent. Quoi qu’il en soit, jamais plus de cinq verres : qu’on se le dise ! Il faut les placer par ordre décroissant de taille, de gauche à droite : le verre à eau d’abord, puis un verre moyen, un plus petit “à vin blanc”, et enfin, la flûte ou coupe à champagne.
Comment manier les verres ? Saisissez-les par la partie écrasée et non par le pied. Avant de boire, attendez d’avoir absorbé quelques bouchées et, avant de porter le verre à la bouche, veillez à vous essuyer les lèvres. Buvez à petites gorgées, sans incliner la tête en arrière.
Vieux principe de galanterie : une femme ne se sert jamais à boire, elle attend qu’on la serve. C’est à son voisin masculin de prévenir son désir et de remplir son verre dès que nécessaire. Sachant qu’un verre vide suggère qu’on le remplisse.
 
Tousser, bâiller, éternuer...
Certes, on ne maîtrise pas toujours tous les bruits qui sortent de notre corps. Mais comment les atténuer ou les rendre moins désagréables pour l’entourage ? Vous toussez ? Est-il bien utile de le dire, mettre sa main devant la bouche tout en restant naturel est la première chose à faire. Pris par une quinte de toux ? Mettez-vous à l’écart et demandez un verre d’eau en attendant que cela passe avant de reprendre votre place. Cela surgit au cinéma ou au théâtre, tentez d’abord d’atténuer le bruit dans un mouchoir avant de déranger vos voisins pour sortir.
Sachant que bâiller est signe de faim ou de manque de sommeil, mais aussi d’ennui, s’il n’a pas été possible de le réprimer, pour vous faire pardonner, mettez-le plutôt sur le compte de la fatigue et cachez-le derrière la main.
Pas grand-chose à faire, en revanche, quand surgit un éternuement sinon s’écarter quand on en a le temps. Et pour les autres, évitez les “à vos souhaits” qui ne font rien d’autre qu’attirer plus encore l’attention.
 
Non mais, allô quoi!
“Dans certains cas, rappelle l’auteur de l’ouvrage, appeler quelqu’un peut être intrusif, pour lui comme pour les personnes autour de vous. […] Là où le GSM est permis, retirez-vous dans un coin, d’où vous pourrez appeler sans être entendu, et baissez la voix.”
Lorsque vous appelez quelqu’un, dès qu’il a décroché, présentez-vous en évitant de dire “c’est moi !”. Après quoi, assurez-vous que vous n’importunez pas votre interlocuteur et qu’il est bien en situation de vous répondre. S’il est absent, vous pouvez demander à quelle heure le rappeler sans le déranger. Mais, sauf exception, ne demandez pas que l’on vous rappelle si c’est vous qui avez appelé.
Si c’est vous qui décrochez, et que ce n’est pas le bon moment, excusez-vous de ne pouvoir rester en ligne et demandez quand rappeler. Si vous n’êtes pas seul lorsque vous décrochez, avertissez votre interlocuteur pour que l’échange soit bref.
Pendant le repas, pas de téléphone déposé sur la table. Dans les transports en commun, prévenez votre interlocuteur que vous serez bref et que vous pouvez être coupé. Évitez de hurler pour vous faire entendre.
 
Vous ou tu? Va savoir!
Entre le “vous” qui introduit une certaine distance et le “tu” qui traduit plutôt la familiarité et la camaraderie, comment savoir ?
À qui peut-on dire “vous” ? Aux personnes que vous ne connaissez pas, à celles plus âgées que vous ou encore à vos supérieurs hiérarchiques. À savoir quand passer du “vous” au “tu”, qui marque l’évolution d’une relation, c’est à la personne la plus âgée ou la plus “importante” qu’il revient de proposer le tutoiement.
Au travail, vouvoyer au début est le plus simple et attendre que l’on propose de passer au “tu”. Selon le milieu professionnel, l’utilisation du tutoiement ou du vouvoiement diffère. Ainsi, dans certains secteurs d’activité (mode, presse, publicité, communication…), le tutoiement est presque obligatoire. Il est censé traduire une plus grande proximité, un esprit d’équipe.
 
 
Illu: Blaise Dehon

Les commentaires sont fermés.