Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/01/2015

Ce joli bois dont on fait les jeux-objets

La Libre, Momento, Ludo, jeux, bois, jeux-objetsQuand les jeux deviennent des objets beaux à regarder et agréables à manipuler, ils acquièrent comme un supplément d’âme.

Maître du jeu: Yves Cavalier


ON N’A RIEN INVENTÉ car depuis l’apparition du jeu d’échecs et de ses variantes aux quatre coins de la planète, on s’est souvent appliqué à faire d’un instrument de jeu un objet de plaisir, agréable à toucher, simplement beau à regarder. Dans le monde du jeu de société, c’est une tendance qui a refait surface il n’y a guère plus d’une vingtaine d’années.
 
Le vecteur de ce changement, ce fut une réaction à l’intrusion des matières synthétiques sans la moindre noblesse dans un univers que d’aucuns voulaient rendre plus sensible, voire plus sensuel. Le plaisir d’un jeu, ce n’est plus forcément la victoire, c’est aussi le temps qu’on passe à y jouer, à manipuler un matériel qui peut aussi être beau et parfois se suffire à lui-même. C’est alors que naît le jeu-objet, celui auquel on joue d’abord mais qu’on n’hésite pas à laisser bien en vue sur la table du salon, tout simplement parce qu’il est beau.
 
On peut dire que c’est Gigamic, une société française basée à Wimereux, qui fait le pari de cette approche. Avec Quarto, elle a en quelque sorte bousculé les habitudes et surtout, touché un autre public, plus esthète que joueur. À son lancement en 1991, ce jeu fait sensation alors que l’auteur, Blaise Müller, se contentait finalement de revisiter le “Morpion” ou le “Tic-Tac-Toe”. La surprise, c’était le plateau en bois et les pièces en bois clair et en bois foncé de différentes tailles et formes et qu’il fallait combiner sur le plateau pour remporter la partie. Des règles simples mais subtiles pour un jeu qui n’a dès lors pas pris une ride.
 
Quarto a été décliné en différentes versions, en différentes tailles mais toujours dans ce bois dont on fait les beaux objets. Dans la foulée, on a vu apparaître Gobblet, avec cette fois des gobelets de bois de tailles différentes et qui peuvent en dissimuler de plus petits. Un autre best-seller que les adultes continuent à s’offrir à tous les réveillons. Pour les plus petits, le jeu Quoridor, sorti en 1997, continue à faire le buzz avec ce labyrinthe que l’on construit progressivement pour s’efforcer de passer le premier de l’autre côté du plateau.
 
Dans la même veine sont apparus les Quits où le bois se marie avec des billes de verre ou encore le Quads où le plateau devient un véritable établi de marqueterie, sans oublier Gygès et ses petites pyramides ou Pylos et Éclipse et leurs superbes billes de bois. La gamme s’est étoffée et s’est forcément étendue à d’autres éditeurs.
 
C’est sans doute parce que le bois apporte aussi cette intimité un rien sensuelle, que la plupart de ces jeux sont destinés à deux joueurs uniquement. Ce qui n’empêche pas le bois de se maintenir avec insistance dans la plupart des jeux de plateau multijoueurs. Il y a dans cette faune des fanatiques de petits cubes de bois colorés qui ne voudraient pour rien au monde troquer leurs cargaisons pour du plastique moulé. Certes, la résine permet aujourd’hui de fabriquer des pions personnages très élégants. Mais le bon bois de hêtre bien profilé (mais provenant de la culture écologique), dont on fait les “meeples”, ces petits personnages qui se déplacent sur le paysage de “Carcassone” par exemple, ne seront jamais détrônés.
 
 
Le parfum des Ardennes
 
LUDARDEN, VOILÀ UNE MARQUE pleine de sens et qui fleure bon le jeu de société fabriqué dans nos proches Ardennes. Il y a de cela dans Ludarden, sauf que les Ardennes dont on parle font partie de la France. Mais on ne va pas chicaner pour un bout de frontière.
 
Cette petite entreprise a été créée en septembre 2006 pour éditer et promouvoir les jeux de Philippe Proux, propriétaire, auteur, concepteur et médecin à ses heures perdues. Oui, Philippe Proux est médecin généraliste rural dans les Ardennes depuis 1987. “À mes heures de loisirs, je crée des jeux en essayant d’allier le ludique et l’esthétique”, explique-t-il. “Je crée des jeux dont l’aspect simple masque une complexité tactique mais qui restent accessibles à tous. Le bois leur donne une certaine noblesse et ils sont donc faits pour durer.”
 
En quelques mots Philippe Proux résume tout ce qui fait le succès des jeux en bois : le sentiment d’avoir un objet simple (f)utile et qui traversera le temps sans prendre de rides.
 
Si les jeux de Ludarden sont désormais largement distribués en Belgique, ils ne datent pas d’hier pour autant. Le premier jeu de la gamme, Tasso, remonte à 2007 et le jeu a déjà été plusieurs fois réédité depuis. À l’époque, il étonnait déjà par sa simplicité, certains parlaient même de simplisme. Il suffisait d’empiler des petits bouts de bois sur une planche en inscrivant un maximum de points. L’édifice ainsi construit a les allures d’une œuvre digne de Mons, capitale de la Culture… mais en plus durable puisque le jeu a fini par décrocher une série de prix à divers concours de créateurs.
 
Mokadi en 2009, Totem (photo) en 2010 et Tonooo en 2013 viendront compléter la gamme dans des styles de jeu très différents mais toujours avec le bois comme matière première. De tous, c’est probablement Totem qui devrait remporter le prix de l’élégance. Ces différentes baguettes de bois sur lesquelles s’enfilent des pièces de bois aux formes variées sont du plus bel effet décoratif… sans compter que le but est d’y jouer. Mokadi revisite en quelque sorte le mikado avec une phase de pose et de dépose et quelques règles contraignantes. Quant à Tomoo, il sort un peu du lot. Comme Mokadi, il peut jouer à plus que 2 joueurs mais ici, on fait appel à la mémoire des joueurs. Des petites pièces de bois colorées sont glissées dans un cylindre creusé. À chaque tour soit on ajoute une pièce, soit on lève le couvercle, et si deux pièces de même couleur s’y trouvent effectivement, on gagne le point. Un jeu dont les enfants raffolent car, en matière de mémoire, ils sont nettement plus forts que leurs parents…
 
L’année 2015 devrait voir arriver Nivos, un jeu où des plaquettes de bois, encore, vont s’installer en étages avec évidemment quelques contraintes à la clé. En fait, les jeux de la gamme Ludarden ont tous les mêmes caractéristiques : jeux en bois, durables, de stratégie avec éventuellement une composante de mémoire, de dextérité, de bluff…, jeux familiaux intéressant aussi bien les enfants à partir de 6/7 ans que leurs parents et leurs grands-parents. Et on soulignera aussi que ces jeux sont de conception écologique : en bois certifié, avec des emballages en carton et en papier recyclés.
 
 
Ph.: Ludarden - Totem

13:13 Publié dans Ludo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, ludo, jeux, bois, jeux-objets | |

Les commentaires sont fermés.