Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/02/2015

Une perle cachée dans les Fourons

La Libre, Momento, Vie de château, Altembrouck, Fourons, châteauÀ quelques semaines de l’ouverture du salon des antiquaires de Maastricht (la Tefaf), il pourrait être utile de faire un petit tour par Altembrouck.

Philippe Farcy


ALTEMBROUCK EST UN LIEU discret, presque trop, et pourtant il fait partie d’abord du patrimoine local, non classé mais figurant sur les listes du patrimoine à conserver et à protéger. Ensuite, il est une part importante de l’activité touristique des Fourons, Fouron-le-Comte pour cette zone-ci, car c’est un hôtel de luxe. Le château, qui tient par certains angles d’une villa romantique à la sauce autrichienne, se cache dans un domaine de 150 hectares, dont 100 sont une réserve naturelle. Des chevaux blancs gambadent dans les prés, des vaches Waguy venues d’Asie animent avec des cochons laineux “Mangalica” et des moutons, des paysages vallonnés et dégagés de la foule. Le parc compte six étangs et trois sources d’eau claire.
 
Le cadre est on ne peut plus bucolique. La maison montée en briques, couverte de planches de bois peintes en blanc et caractérisée par des toitures débordantes ornées de frises en bois tourné, à gouttes, participe grandement à l’échappée. Sommes-nous bien en Belgique quand on se perd dans cette verdure abondante et que l’on admire ces façades ? Rien ne semble le suggérer et pourtant le domaine n’est pas tellement isolé de ses voisins historiques. Pensons déjà à la commanderie teutonique des Fourons (n°32), puis au château de Teuven (n°238) et à celui, somptueux, de Mheer, juste de l’autre côté de la frontière. Eysden (n°36) est à un pas également, lui aussi dans le Limbourg néerlandais. La région abonde donc de demeures de prestige, mais peu sont ouvertes de la sorte au public.
 
Nous sommes ici dans le comté de Dalhem, partie du duché de Brabant en ses terres d’outre-Meuse, dont Amédée de Ryckel a tracé l’historique de seigneuries. Il reste quelques ruines du château médiéval à Dalhem qui prit la place de siège du comté à Fouron, en 1100. Ici, l’histoire remonte, selon les propriétaires d’Altembrouck, au début du XIVe siècle, quand apparaissent les sires de “Broeck” en la personne de Jean de Fourons. La traçabilité n’est pas très tangible pour ce lieu et l’échelon suivant serait celui des Melcops puis, par mariage, des Holset, ce qui nous place entre 1350 et 1511 pour les premiers puis jusqu’à 1624 pour les seconds. Arrivèrent ensuite les Hoensbroeck (leur château est paru au n°572, mais on dit aussi qu’ils étaient déjà seigneurs de ce lieu à la fin du XVIe siècle) et ensuite Jean de Berghes, sire de Noorbeek.
 
En 1714, tout le monde s’accorde pour trouver, ici, le chevalier de Winckel, sire de Noorbeek également. Ce chevalier servait sous les drapeaux du comte de Hoensbroeck. Puis le château passa aux Fassin dont est issu le très élégant peintre liégeois de paysages; il laissa des décors néoclassiques entre châteaux et églises de la principauté de Liège. Ensuite de quoi la fille d’un de ces Fassin épousa Pierre-Joseph de Schiervel, ce qui fit entrer cette famille au domaine. Jusqu’à l’année 1994, les Schiervel puis leurs héritiers Behault gardèrent Altembrouck. Il a été acquis le 18 janvier 1995 par Wim Claessens.
Les Schiervel ont donné son visage définitif au château en partant d’un noyau bien visible de la seconde moitié du XVIIIe siècle (vers 1775, selon le site du patrimoine flamand). La bâtisse est composée de deux édifices presque joints, formant un V et montrant dès lors deux façades presque accolées, caractérisées par leurs rares décors de boiseries ajourées.
Visites très souhaitées.
 
Infos : www.altembrouck.com.
 
 
Ph.: Xhonneux

Les commentaires sont fermés.