Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/02/2015

Le Belge préoccupé par son surpoids et son stress

La Libre, Momento, Bien-être, médicaments, Belgique, pharmacie en ligneBrûleurs et capteurs de graisses, compléments alimentaires pour renforcer les os, anti-douleurs et antipyrétiques seraient, selon le baromètre d’une pharmacie en ligne, les produits de santé sans prescription le plus vendus. À voir !

Tendances: Laurence Dardenne


TROP GROS ET TROP STRESSÉ. S’il fallait résumer en quelques mots l’état d’esprit et/ou de santé dans lequel se trouve le Belge, ce sont ces deux qualificatifs qui viendraient en tête. Du moins si l’on s’en réfère au baromètre 2014 qui vient d’être communiqué par la pharmacie en ligne Newpharma, qui a trouvé le moyen de faire parler d’elle en publiant ces résultats.
 
Sans aller jusqu’à prétendre que les volumes de vente de produits pharmaceutiques, qu’ils soient davantage orientés santé ou plutôt esthétiques, sont le fidèle reflet du bulletin de santé de la population, ce baromètre donne en tout cas quelques indications sur les préoccupations de nos concitoyens en la matière. En tenant compte du fait qu’il s’agit bien uniquement des catégories vendues en ligne.
 
Arrivent donc en tête du palmarès des produits les plus vendus via ce site l’an dernier les brûleurs et capteurs de graisses, ainsi que les bloqueurs de glucides, à l’égard desquels les professionnels de la santé paraissent pourtant la plupart du temps plus que sceptiques. En deuxième position, viennent s’inscrire dans ce baromètre 2014 de Newpharma les médicaments et compléments alimentaires (vitamine D) visant à renforcer les os. Ils sont suivis par les anti-douleurs et les médicaments contre la fièvre. Viennent alors les compléments alimentaires destinés à diminuer le stress devant, au cinquième rang des ventes, les laits en poudre pour bébés.
 
Soucieuses de leurs vergetures et cicatrices, les femmes (sans doute majoritaires à acheter ces produits) paraissent friandes d’huiles régénératrices pour la peau, lesquelles occupent la sixième place du baromètre, devant les médicaments pour soulager les symptômes du rhume, qu’il s’agisse de dégager le nez ou d’apaiser les maux de tête. Autre produit phare – à nouveau dans le domaine de l’esthétique – de cette pharmacie en ligne, la râpe électrique pour supprimer les callosités aux pieds.
Les compléments alimentaires pour les problèmes de digestion, suivis de ceux pour les articulations sensibles occupent respectivement les neuvième et dixième places de ce classement.
 
Dans l’ensemble, le baromètre montre de nombreuses similarités avec 2013 : 14 des soucis les plus préoccupants se retrouvent ainsi à nouveau dans le top 23 de l’année écoulée”, commente Newpharma, qui relève malgré tout certains changements. “Les Belges semblent par exemple plus sous tension, à en croire l’augmentation des ventes de compléments alimentaires consacrés à la lutte contre le stress. Les produits destinés à l’hygiène bucco-dentaire (tels que le dentifrice pour enfants et les solutions de blanchiment des dents) viennent aussi occuper une place de choix dans les commandes des consommateurs – avec pour seule exception le traitement de la mauvaise haleine qui a régressé quelque peu en 2014. A contrario, les lubrifiants, crèmes antirides et solutions contre les pertes de cheveux disparaissent quant à eux des best-sellers.”
 
Comment interpréter ces résultats et sont-ils représentatifs ? Pas vraiment, comme on le lira par ailleurs. Les réserves éventuelles ? Avant tout, compte tenu de la nature de Newpharma, il convient de préciser que ce baromètre concerne essentiellement les préoccupations de santé liées à l’OTC, c’est-à-dire les produits de santé en vente libre. Par ailleurs, les produits vendus dans ce cadre sont fortement influencés par deux paramètres. À savoir, d’une part la publicité faite par exemple via la télévision et autres médias, et, d’autre part, aussi par les prix pratiqués sur le site. Newpharma mentionne d’ailleurs bien que son baromètre repose sur les ventes et pas autre chose. Dès lors, s’il donne des indications, comme dit d’emblée, il ne reflète pas nécessairement les tendances du marché global.
 
 
Derrière le comptoir d’une officine bruxelloise
 
L’avis de la pharmacienne.
Et qu’en pense Vinciane, derrière le comptoir de son officine ? “Je pense que les ventes de ces produits sont très fortement liées à la publicité. Plus on en parle à la télé, mieux cela se vend… Les gens ne demandent pas plus d’infos ou de conseils. C’est manifeste pour les produits visant à faire maigrir qui, pour moi, ne sont que du rêve. Idem pour la fameuse râpe électrique ou l’huile régénératrice ‘miraculeuse’ : une bonne campagne de pub et des promos font exploser les ventes. On constate également que la vitamine D est beaucoup plus prescrite et ‘vendue’ depuis 5 ou 6 ans, lorsqu’une étude est parue, démontrant un déficit dans la population générale en Belgique. Les besoins ont été revus à la hausse; les médecins la contrôlent systématiquement lors de prises de sang et la prescrivent à pratiquement tout le monde. En pharmacie, les ventes sont plus ou moins stables depuis quelques années, mais très largement supérieures à la quantité vendue il y a 6-7 ans. […] Pour moi, ce qui est inquiétant, c’est la vente d’anti-douleurs par Internet. Ce sont de vrais médicaments, dont les principes actifs se retrouvent dans plusieurs marques, avec parfois des indications cibles différentes (maux de tête, douleurs dentaires, règles douloureuses, tension cervicale…), d’où risque de cumuler plusieurs spécialités différentes. En banalisant ce genre de médicaments, le risque de surdosage et d’accidents est évidemment énorme.”
 
 
Illustration: Newpharma

Les commentaires sont fermés.