Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

01/03/2015

La fièvre des hellébores

la libre,momento,dehors,jardin,helléboresDepuis quelques années, les hellébores font l’objet d’un véritable engouement. Dès le mois de février, ces plantes qui n’ont pas froid aux yeux réjouissent nos cœurs jardiniers.
 
Observation: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


LES FLEURS QUI ONT LE BON GOÛT de fleurir quand les autres se reposent et qui font vivre le jardin en hiver sont précieuses. Nous contemplons ces petits miracles de vaillance et d’opiniâtreté d’un œil attendri. Les hellébores sont de ceux-là. Ce qui, à juste titre, justifie leur succès grandissant. Avant tout, sachez que toute la plante est toxique et que la sève peut provoquer des brûlures. À manipuler avec précaution et de préférence ganté. Du reste, le nom même d’hellébore signifie plante empoisonnée. Les hellébores contiennent tous un alcaloïde qui agit sur le cœur et le système nerveux. Autrefois, leurs racines étaient employées pour purger et calmer les fous. D’où les paroles du lièvre s’adressant à la tortue dans la fable de La Fontaine : “Ma commère, il faut vous purger avec quatre grains d’hellébore” pour lui faire comprendre qu’il la considérait comme folle.
La “rose de Noël” la plus connue, Helleborus niger – ainsi nommée car ses racines sont noires –, est la plus précoce de toutes mais souvent capricieuse. De là à prétendre qu’elle fleurit au jardin à cette époque, c’est autre chose. En réalité, cette plante a été longtemps forcée pour fleurir à Noël. Voilà pour la petite histoire.
 
 
Les hybridations
 
Chaque année, de nouveaux cultivars viennent rejoindre la liste des variétés mises à disposition des amateurs.
 
Ces différentes espèces s’hybrident entre elles sans trop de difficultés. Cela a permis d’obtenir des plantes présentant des caractéristiques très variées. Il n’est pas impossible d’un jour découvrir parmi les semis naturels du jardin un exemplaire intéressant. Beaucoup de pépiniéristes se sont donc penchés sur ces plantes peu communes et les ont croisées à tour de bras. Et pas seulement les Helleborus orientalis. La tendance a aussi été d’hybrider la rose de Noël avec beaucoup de ces cousines. Le résultat a donné des plantes robustes, florifères avec un feuillage solide. Ainsi H. nigercors – niger x argutifolius ou H. ericsmithii – niger x sternii.
 
Thierry Delabroye, pépiniériste dans la banlieue lilloise, est un obtenteur de vraies merveilles. Chaque année, il présente lors de ses portes ouvertes ses nouveautés comme cet H. hybridus ‘Marshmallow’, un hybride entre H. niger ssp macranthus et orientalis.
 
Chez les roses de Carême, la gamme des coloris ne cesse de s’étendre. Il n’y a guère que le bleu et l’orange qui manquent à l’appel.
 
En général, les corolles sont tournées vers la terre – une astuce fréquente chez les fleurs hivernales pour échapper aux rigueurs de la saison. À force de sélection, les fleurs de certains hybrides récents se tiennent plus droites.
 
Quoi qu’il en soit, pour les amateurs de bouquet, débarrassées des tiges, elles flottent joliment et longtemps à la surface de coupes remplies d’eau ou de tout récipient évasé.
 
 
Les sauvages
 
L’ Helleborus argutifolius (photo) est une plante florifère et à longue floraison qui apprécie une terre bien drainée et la mi-ombre. En provenance de Corse – son ancien nom est d’ailleurs H. corsicus –, il arbore un feuillage persistant, coriace, denté. Ses fleurs sont d’un joli vert chartreuse.
 
L’Helleborus foetidus, dit Pied-de-Griffon, se rencontre dans nos fossés et nos sous-bois. Son nom indique que l’odeur dégagée par son feuillage froissé est peu agréable. Ses tiges florales se dressent au milieu d’une rosette de feuilles finement découpées. Parfois en fleurs dès janvier. Son feuillage est persistant.
 
De nouveaux hybrides sont apparus chez ces deux espèces, notamment avec des feuillages très découpés argentés ou marginés de crème comme Helleborus argutifolius ‘Silver Lace’. L’Helleborus foetidus ‘Wester Flisk’ a des fleurs vertes qui se teintent de rouge et des tiges rougeâtres. Les jeunes pousses qui naissent autour de la plante mère de ces deux espèces peuvent être transplantées facilement, ensuite elles n’aiment plus être dérangées…
 
 
Les “orientalis” ou roses de Carême
 
Les plus nombreux et, pour certains aficionados , les plus beaux.
 
Les roses de Carême apprécient un emplacement pas trop ombragé, bien drainé et de l’humus. Leurs fleurs peuvent être simples, doubles, ponctuées de points et de macules noirs ou pourpres. Certaines sont dites “picotee”, c’est-à-dire que les tépales généralement blancs sont bordés d’une fine ligne rose foncé. D’autres encore “à fleurs d’anémones”, c’est-à-dire que leurs nectaires forment une collerette froufroutante plus ou moins importante autour des étamines, un peu à l’image des fraises des gentilshommes d’autrefois. Ces plantes sont le plus souvent multipliées par semis, méthode qui produit des plants vigoureux mais pas très fidèles. Il faut attendre la troisième année pour voir poindre les premières fleurs. Là, c’est la surprise. La palette des coloris et des formes est grande. Voilà pourquoi il est préférable de les acheter en fleurs. Ces années de patience et de soin, ce long travail de recherche en expliquent aussi le prix.
 
 
Plantation
 
Les hellébores se plaisent dans un sol travaillé en profondeur mélangé à une bonne quantité de matière organique. Ils apprécient un peu de poudre d’os de temps en temps. Dans les terres très acides, ajoutez quelques poignées de chaux. Arrosez à la plantation et paillez. Ces plantes mettent un peu de temps à s’installer et détestent les transplantations. Réfléchissez bien à leur emplacement car il leur faut souvent quelques années pour former une belle touffe. Dès l’apparition des nouvelles feuilles, coupez le vieux feuillage. Plantez-les près de la maison pour en profiter l’hiver dans un endroit clair et ensoleillé au moins une bonne partie de la journée.
 
 
En pratique
 
Beaucoup de jardineries proposent, en saison, un assortiment d’hellébores. Quelques pépiniéristes sont spécialisés dans leur production.
 
Pépinière Delabroye
40 Rue Roger Salengro
59 496 Hantay
www.mytho-fleurs.com
 
Het Wilgenbroek
Wilgenbroekstraat 60
8020 Oostkamp
www.hetwilgenbroek.be
 
Koen Van Poucke
Heistraat 106
9100 Sint Niklaas
www.koenvanpoucke.be
 
Pépinière de la Thyle
Rue de Nivelles
1490 Court-St- Etienne
www.pepenieredelathyle.com
 
 
Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.