Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/03/2015

Que nous réserve le Havane ?

La Libre, Momento, Papilles, cigares, Havane, Cuba, nouveautés, 2015Sur fond de pourparlers entre les États-Unis et Cuba, s’est déroulé la semaine dernière le vingt-septième festival du Havane. Plus de 2000 aficionados des meilleures vitoles se sont réunis pour partager leur passion, découvrir en primeur les nouveaux cigares et séries limitées, mais aussi pour faire le point sur les tendances du marché.

Fumeur de Havanes: Baudouin Havaux


CETTE ANNÉE, UNE CERTAINE inquiétude était palpable auprès des festivaliers qui voulaient être rassurés quant à l’avenir de la production et la distribution des Havanes face à une probable levée d’embargo des autorités américaines. Accords qui, s’ils aboutissent, ne manqueront pas d’avoir des conséquences sur nos marchés européens traditionnellement importateurs des cigares cubains. Rien n’est encore fait, mais des signes avant-coureurs sont ici visibles. Depuis trois mois, 7 000 touristes américains atterrissent chaque semaine à Cuba avec l’autorisation de ramener dans leur valise des cigares cubains pour une valeur maximale de 100 USD. Ce qui est en soi déjà une petite révolution. Samedi passé, le Malecon, la légendaire avenue régulièrement fouettée par les vagues de l’océan qui mène au centre de la Havane, a été coupé pour permettre le déchargement de containers envoyés par le “Foreign office”. Matériel destiné à équiper les bureaux des représentants diplomatiques attendus pour entamer les négociations.
 
Parallèlement à ce probable accord, les aspirations au niveau des libertés individuelles du peuple cubain sont immenses. Mais, ici aussi, des signes sont visibles. Restaurants et casas particulares se sont multipliés à la Havane et, pour la première fois, les habitués de la terrasse ombragée de l’hôtel National ont pu observer à l’horizon des dizaines de petits bateaux de pêche ou de plaisance sur cette mer autrefois réservée aux vieux porte-containers rouillés à l’approche du port de La Havane. Plus besoin d’autorisations pour prendre la mer.
 
La production annuelle de Havanes est estimée à un peu moins de 100 millions de pièces, avec comme premier marché l’Europe qui en absorbe 56 %. Hors États-Unis, les cigares cubains ont accaparé 70 % des parts de marché des cigares Premium (cigares en feuilles entières roulées à la main).
 
Dans le scénario le plus optimiste, on pourrait voir la demande doubler dans les 10 à 15 ans à venir. Mais avant d’y arriver, il faudrait que les Américains changent drastiquement leurs habitudes de consommation de cigares (principalement originaires de Saint-Domingue et du Nicaragua), et résoudre le problème de la protection des marques cubaines aux USA. La question sera alors de savoir dans quelle mesure les producteurs cubains pourront assurer le maintien de la qualité, et quels prix pourraient atteindre les meilleurs modules. Il existe effectivement des possibilités d’extension de plantations dans les meilleurs terroirs situés autour de Pinard el Rio. Mais elles ne sont pas extensibles à l’infini.
 
Dans ce secteur de produits de luxe, ne nous dirigeons-nous pas vers un marché de “super luxe” comparable à ce qui s’est produit ces 20 dernières années avec les Grands Crus de Bordeaux ou les cuvées de prestige en Champagne ? La surenchère dans le lancement de séries limitées ou exclusives et des séries millésimées “añejados” pourrait nous y faire penser.
 
 
Les présentations
 
Les moments forts du festival sont les présentations “en primeur” des nouveaux modèles. Lors de soirées typiquement cubaines qui font la part belle à la danse et la musique, le voile est levé sur les nouveaux modules soumis à la critique des spécialistes. Ces nouveautés seront disponibles en Belgique dans le courant de l’année, mais à un rythme imprévisible et incertain en fonction de la demande des différents marchés et la capacité de production. On risque cependant d’attendre, car les Cubains ne sont pas encore passés maîtres de la planification. Nous vous tiendrons informés de l’arrivage en Belgique des trois nouveautés.
 
Romeo & Julieta Wide Churchills Cosecha 2009
Romeo & Julieta a ouvert le bal lors de la nuit de bienvenue organisée sur les quais du port de la Havane, dans l’ancien entrepôt maritime de bois et de cigares, récemment restauré. Romeo & Julieta a lancé officiellement un “Gran Reserva” dans la vitole qui représente le symbole de la marque “Wide Churchills”. Pour l’élaboration de cette Grande Réserve, les feuilles de tabac (capes, capotes et tripes) ont été sélectionnées dans la D.O.P. (Denominacion de Origen Protégida) de Vuelta Abajo, près de Pinard el Rio. Toutes ont été récoltées en 2009, une année au climat particulièrement favorable, avant de subir divers processus de fermentation et de vieillissement durant 5 ans. Les amateurs de gros calibres et de puissance moyenne apprécieront.
Cepo 55 (21,83mm.)
Longueur 130 mm.
Une édition limitée à 5 000 coffrets de 15 unités
 
Montecristo Vitola Especial 80 aniversario
L’histoire de Montecristo, qui est la plus jeune de la famille des marques traditionnelles créées au XIXe siècle, remonte à 1935. Un hommage particulier lui a été rendu au festival, lors d’une soirée à l’accent belge, puisque le menu a été réalisé par notre compatriote Anne-Marie Lauwers. Elle a fusionné les arômes européens, asiatiques et cubains à ceux de cette vitole commémorative. Les feuilles sélectionnées pour leur puissance à Vuelta Abajo et travaillées totalement à la main sont à l’origine de ce cigare aux arômes intenses destiné aux fumeurs aguerris.
Cepo : 55 (21,83 mm.)
Longueur : 165 mm.
Présentation : coffret de 20 unités
 
Montecristo Churchills Añejados
La notion d’“Añejados” est comparable au concept de vieillissement utilisé pour les spiritueux, qui définit le nombre d’années passées en fût. Ici, à Cuba, elle fait référence au processus de fermentation et de vieillissement des feuilles supérieur aux trois années requises pour obtenir une feuille de tabac prête à passer dans les mains des rouleurs. La présentation cette année au festival de deux modules Añejados marque la volonté de Habanos SA de promouvoir ce concept de production limitée. Une tendance que l’on risque d’observer dans les années à venir.
Le Montecristo Churchills Añejados est un cigare spécial, déjà par sa dénomination qui emprunte le nom de Churchills, jusqu’à présent réservé à la marque Romeo  &  Julieta. Toutes les feuilles proviennent de Vuelta Abajo et ont subi un vieillissement dans du bois de cèdre, compris entre 5 et 8 ans. Ce long processus engendre un Havane plus rond, assez souple, avec une saveur délicatement douce. Ces arômes boisés et musqués acquis au contact du cèdre se fondent avec ceux du tabac.
Cepo : 47 (18,65mm)
Longueur : 178 mm
Présentation : boîte de 25 unités
 
 
Ph.: Habanos SA

Les commentaires sont fermés.