Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

14/03/2015

Petite revue de la Fashion Week

La Libre, Momento, Tendances, Fashion Week, Paris, Bilan, 2015Chaque jour, du 3 au 11 mars, qu’est ce qu’on a aimé ? Qu’est-ce qui a été marquant ?

En mode synthétique: Aurore Vaucelle


3 mars

Le premier jour, ce sont les jeunes qui se lancent. Léa Peckre, ancienne de la Cambre, remplit l’Institut du Monde arabe d’une collection épurée, mais qui montre surtout ce que la jeune femme sera dans quelques saisons. Son style est en cours d’aboutissement. À suivre. Ensuite, on tombe sur la folie poético-technologique de Anrealage, et on aime. Les autres aussi. Silence pendant le défilé (cf. LLB 4/03/2015).
En fin de journée, Anthony Vaccarello, petit Belge, poursuit sa route. Micro-robes pour filles menues (notre photo). Au premier rang, Donatella Versace. Et pour cause, Vaccarello devient responsable de sa ligne, Versus, de façon officielle. Consécration pour ce jeune Belge timide et simple.
 
 
La Libre, Momento, Tendances, Fashion Week, Paris, Bilan, 20154 mars
 
Ce mercredi, c’était Christophe Lemaire – qui n’est plus à la tête d’Hermès cette saison – qui lançait les hostilités de la journée. Avec une collection personnelle d’une grande simplicité mais aussi d’une grande efficacité. Pas de noir ! Des manteaux fluides, des écharpes enveloppantes, des talons pas trop hauts. Ce talent de la ligne claire qu’on lui connaît ne le quitte décidément pas.
Bond dans le temps. Le soir, chez Vionnet (notre photo). La maison Madeleine Vionnet a connu un tel succès par le passé – de 1912 à 1940 – qu’on voit que les repreneurs peinent à trouver une forme contemporaine à cette griffe historique. Cette saison, les mannequins en jupe longue et robe du soir se baladaient avec un trolley assorti. Bon.
 
 
La Libre, Momento, Tendances, Fashion Week, Paris, Bilan, 20155 mars
 
C’est Julien Dossena, diplômé de la Cambre, et ancien élève de Nicolas Ghesquière quand il était encore chez Balenciaga, qui a repris les rênes de la maison futuriste Paco Rabanne. Pas simple pour lui, parce que la maison a hésité entre bien des genres ces dernières saisons. Dossena est assez malin pour convoquer le passé (robes argentées, rivetage…) mais assez futé aussi pour injecter de la modernité. Et cela passe par des imprimés géométriques urbanistiques. Enfin une direction à suivre !
 
 
La Libre, Momento, Tendances, Fashion Week, Paris, Bilan, 20156 mars
 
Vendredi : grosse grosse journée. Il ne faut pas s’emmêler les pinceaux. Le matin Issey Miyake réjouit. Les filles sourient, les robes, les ponchos, les manteaux en maille sont généreux et tombent avec grâce sur les corps des filles. Nous aussi, on en veut.
On passe chez Dior pour voir les filles sexy de Raf Simons (cf. LLB 7/03/2015), et puis on fonce chez Isabel Marant qui poursuit son idée de l’ethnique chic. Imprimés des Andes, et pulls irlandais à boutonnage de marin…
Et puis quand on croit qu’on en a fini, on se trompe. Margiela a changé de direction artistique, c’est le retour de John Galliano dans la mode, passé aux commandes de l’antique maison anversoise. Galliano peine pour cette première saison. Les formes sont confuses, le maquillage violent sans aucune raison (notre photo). On n’est pas loin de la caricature mais bon, une première saison, ce n’est pas simple non plus. On attend sagement la prochaine.
 
 
La Libre, Momento, Tendances, Fashion Week, Paris, Bilan, 20157 mars
 
Quand elle était petite, Tsumori Chisato rêvait d’être dessinatrice de mangas. Elle est devenue designer de mode et place ses morceaux de B.D. sur ses toilettes. Tsumori est l’une des dernières à défendre une mode qui ne se prend pas la tête, qui se veut ludique. Comme Castelbajac avant elle. Elle développe un vestiaire pour les filles qui se sentent proches de Fantômette (notre photo).
L’après-midi, pour nous détendre, on va voir les souliers de la maison Roger Vivier, dont l’ambassadrice n’est autre qu’Inès de la Fressange. Rencontre avec l’élégante dame de mode ces jours-ci dans “La Libre”.
 
 
La Libre, Momento, Tendances, Fashion Week, Paris, Bilan, 20158 mars
 
Tandis que les deux designers à la tête de Kenzo, Humberto Leon et Carol Lim, font tourner de gros icebergs iridescents sur leur podium le dimanche matin porte de la Villette – la scéno faisant oublier les ponchos qui défilent : peu stratégique ! –, l’après-midi, la maison Céline, dirigée par Phoebe Philo, donnait à voir des grands sacs, des gros pompons, des grands manchons. La designer hésite entre le commercial et le créatif mais cela ne nous empêche pas de trouver bien des accessoires convoitables.
 
 
La Libre, Momento, Tendances, Fashion Week, Paris, Bilan, 20159 mars
 
Dans la boutique de Saint-Germain-des-Prés, au cœur du cœur de la maison Sonia Rykiel, Julie de Libran, directrice artistique de la marque depuis la saison dernière, convoquait lundi avec habileté les codes de la maison française. Les mannequins sont jolies et ne sont pas toutes caucasiennes (sur cette photo, Amilna Estevão de l’agence Elite). Il y a aussi des hommes qui défilent ! Des hommes qui auraient donc accepté leur part de féminité ? Les formes sont flatteuses, et toujours un peu rock. Juste de quoi se sentir bien dans sa vie de fille moderne.
Chez Saint Laurent le soir même, Hedi Slimane continuait à faire des minirobes pour mauvaises filles. Provoc’ délibérée ?
 
 
La Libre, Momento, Tendances, Fashion Week, Paris, Bilan, 201510 mars
 
Surprise chez Valentino mardi. Surjouant la démarche des mannequins actuels, Ben Stiller et Owen Wilson, les deux acteurs qui jouent les personnages de Derek Zoolander et Hansel McDonald – les deux mannequins stars du film “Zoolander” –, ont clôturé le show. Hop, un peu d’autopromo pour la sortie du “Zoolander 2”. Avant cette arrivée fracassante, les deux designers de la maison italienne, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli avaient montré des robes d’une rare finesse, d’une rare beauté. Voilà une marque qui a compris que l’élégance n’était pas désuète. Et les stars ne s’y trompent pas, choisissant bien souvent Valentino sur la red carpet.
 
 
La Libre, Momento, Tendances, Fashion Week, Paris, Bilan, 201511 mars
 
Le dernier jour, il faut à tout prix capter l’attention quand on est une maison qui défile. Car les professionnels ont vu tellement de choses passer devant leur nez… Opération rondement menée chez Louis Vuitton. Dans des bulles argentées posées au pied de l’architecture de Frank Gerhy – la fondation Vuitton –, le défilé propose une mode et une maroquinerie qui ne passent pas inaperçues. Des imprimés panthère, des chaussures vernies qui brillent de mille feux et puis, ces sacs à main “vanity”. Clin d’œil à la tradition de malletier des origines. Et puis clin d’œil aux filles de la Fashion, aussi : dans un vanity – et le nom de l’objet trahit sa fonction –, on trimballe tout son petit nécessaire pour être canon.

Les commentaires sont fermés.