Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/03/2015

Morceaux de Slovénie

La Libre, Momento, Escapade, voyage, SlovénieLa Slovénie est à deux pas d’ici, et recèle bien des qualités pour le touriste. Nature préservée, tranquillité assurée au mètre carré, variété des paysages, archi sans chichis, pays qui aime bien manger et boire. Et pourtant cette destination n’est pas encore prise d’assaut… C’est donc le moment d’y aller.

En mode saut de puce: Aurore Vaucelle


LA SLOVÉNIE EST UN DRÔLE DE PAYS dont on peut dire que les gens, quand on les questionne à ce sujet, ne savent pas bien à quoi il peut ressembler. On le situe grossièrement dans les Balkans. Et c’est à peu près tout, question évocation.
 
Curieux jeune pays donc, pas encore trop visité, 48 000 Belges s’y sont rendus en 2012. C’est une destination encore neuve pour beaucoup. Un pays tout frais, qui a récupéré son indépendance (perdue en 1918) en juin 1991, alors que la guerre de Yougoslavie faisait encore rage chez ses voisins, les Serbes et les Croates. Un pays plutôt tranquille mais où affleure la sensibilité d’un peuple qui a été pas mal gigoté par l’Histoire de la construction de l’Europe.
 
Des terres et des gens
Les Slovènes sont taiseux, n’en font pas trop. Après tout, avant 1991, et bien que la dictature de Tito et sa clique de successeurs “n’ait pas été la plus terrible”, d’après notre guide, les Slovènes ont appris à parler de façon mesurée. Résilients politiquement, certes, ils ne mâchent pas leurs mots quand il s’agit d’évoquer les raisons de la guerre qui a brisé leur région il y a déjà plus de 20 ans. “C’était une histoire de fric, la guerre des Balkans a eu lieu pour briser l’unité, démultiplier les régions, les politicards et les parlements, cette guerre était du vol”, nous raconte Igor, professeur. Mais les esprits ne s’échauffent jamais longtemps autour d’une table slovène.
 
Il faut dire que le terroir est multiple dans ces variétés – il y a en Slovénie la côte méditerranéenne, la forêt, la haute montagne et tout un arrière-pays qui n’a rien à envier à la Toscane ou à la Ombrie. Et qui dit terroir varié dit : nourriture à volonté !
 
Où boire du bon vin en profitant d’une charcuterie montagnarde, de fromages relevés (mais qui sentent gentiment pas trop fort) et de tous les plaisirs variés du miel et de l’huile ? Ici, en plein milieu de l’Europe. À la croisée entre l’Italie, l’Autriche, la Hongrie et la Croatie.
 
Au bord de la frontière italienne, à Komen, on a croisé Branko, ses vins d’une grande force, sa grosse moustache et son hospitalité sans réserve. Dans la montagne de Bovec, on est tombé sur Maja qui avait fait honneur à son nom en travaillant en accord avec la nature et ses abeilles. Elle a même imaginé l’apithérapie, ou comment être soigné par le miel. À Smartno, on s’est prêté à la dégustation de l’huile d’olive. Pour goûter l’huile, vous noterez qu’il faut d’abord réchauffer le petit verre au creux de sa main, c’est chauffé que le goût de l’huile se révèle à l’amateur. Au bord de la mer enfin, on a rencontré Irena Fonda, qui a lancé une ferme piscicole parce qu’elle sait que le petit bout de mer slovène a une qualité de vie et de travail à offrir au reste du monde. Elle vend désormais ses poissons (frais, oui oui) partout en Europe.
 
L’étonnement du voyageur
La Slovénie étonne par ses dimensions humaines. D’ailleurs, quand on arrive à l’aéroport international de Ljubljana, on est d’abord cerné non pas par des structures urbaines ultra-denses, mais par des champs de maïs. La Slovénie, où l’urbanité n’a pas pris le pas sur la nature, c’est l’un des plus grands pays forestiers d’Europe derrière la Finlande et la Suède. Et même quand on visite la capitale, on se sent gentiment comme dans une ville de province que l’on traverse sans stress, à coups de pédale en suivant Tevz, jeune homme à grandes lunettes, imperturbable sur sa bécane, à mi-chemin entre l’épicurien, le taiseux et le poète. À notre humble avis, l’incarnation de la Slovénie.
 
 
De Bled à la vallée de la Soca
Leçon de géographie. Quand les montagnes sont creusées en forme de U, c’est qu’elles ont été formées par la fonte des glaciers. Quand la vallée est plus anguleuse (comme à droite, la vallée de la Soca), on peut dire que la montagne a été dessinée par le cours des rivières.
Ce qu’il ne faut absolument pas rater : le lac de Bled. Idéalement, on traversera le lac en compagnie de Yan, rameur depuis des décennies, musclé et sympa, qui a l’habitude d’accompagner à coups de rames les jeunes couples japonais qui viennent se marier dans la mini chapelle érigée sur l’île. On pourra faire escale, comme le maréchal Tito en son temps, dans l’hôtel en face du lac, qui a gentiment des allures d’architecture soviétique.
 
À Zadnji Vogel, on mange comme les bergers du coin…
Bohinj est le point de départ des circuits de randonnée dans la montagne de Vogel. On grimpe dans le téléphérique, on regarde alors en voisin les pics les plus ambitieux du Triglav National Park. Puis on trotte comme Zlatorog, le chamois blanc aux cornes d’or, dont on dit qu’il punit les hommes qui se prenaient pour plus forts que la nature – la légende slovène donne à l’animal à cornes le rôle de héros rédempteur, face aux hommes calculateurs, non respectueux de la nature. 1 à 0 pour la Nature. On grimpe toujours, on apprend l’humilité. On est fatigués…
 
Chez le berger, épisode 2
… Et, enfin, on arrive au refuge de dame Andreja, nommé Sirarna : un chalet basique posé là, au milieu de nulle part. L’hôtesse nous sort alors le casse-croûte du berger : charcut’ fumée, lait ribot et grappa. “Ici, ça sert à rien de boire de la bière, il faut un truc fort pour remonter les montagnards.” Fort. On confirme. L’alcool de fleur de sureau local ne fait pas dans la dentelle. Dans le cellier, c’est un festival de tommes qui s’empilent. Le fromager, nous dit-on, cherche femme à marier pour l’aider à retourner les fromages. On décline poliment.
Par contre, on ne refuse pas de goûter un Cockta, le Coca que les Slovènes s’inventèrent, à l’époque où ils étaient encore du côté Est et que le Coca ne passait pas en terre socialiste.
 
Karst, ses grottes et ses filles
Les grottes calcaires de Škocjan, inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1986, sont situées au sud-ouest de la Slovénie, dans la région du Karst. Elles ont été creusées par le réseau de rivières qui descendent à toute vitesse des Alpes juliennes. C’est tout un univers qui s’ouvre sous la terre. Durant deux kilomètres, on évolue dans les chambres de 140 m de haut et 120 m de large. À la sortie, on a envie de voir des humains, car sous terre les êtres vivants qu’on a croisés ressemblent surtout à des vermisseaux améliorés.
À noter cependant : il n’est pas facile de nouer des liens localement. Un proverbe raconte : “Les filles de Karst sont si peu commodes que, dans le coin, on n’a pas besoin de chien de garde.”
 
Des infos sur comment aller en Slovénie, quoi faire et où se loger ? Infos sur www.glenaki.com
 
Ph.: Barbara Kozar

Les commentaires sont fermés.