Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/03/2015

Vous prendrez bien un peu de culture  ?

La Libre, Momento, Sorties, panier culturel, BruxellesSur la base du principe des paniers de fruits et légumes bio sont nés les paniers culturels ! Une invitation à consommer plus localement la culture.

Rencontre: Lauranne Garitte


NE VOUS EST-IL JAMAIS ARRIVÉ de vous lasser de vos sorties culturelles ? Chaque week-end, c’est la même rengaine : vous vous rendez dans le même théâtre, dans la même salle de concert, dans le même cinéma. Certes, vous y voyez des spectacles différents, mais le goût de la surprise est un peu altéré par cet éternel recommencement.
 
Après avoir fait son apparition à Lille, puis à Paris, le panier culturel débarque à Bruxelles en avril. Le concept : s’hydrater culturellement, en partant à la découverte d’acteurs et de lieux culturels de sa région. Mais aussi : apprendre à se surprendre au rythme de nouvelles expériences culturelles. Coline Raynaud, co-chargée du projet Kilti Bruxelles à l’ASBL Bah voyons !, nous éclaire sur ce nouveau venu dans le monde culturel.
 
Un panier culturel… Quand et où est née cette idée ?
Il y a tout juste un an, les paniers culturels Kilti ont vu le jour à Lille. Quelques mois plus tard, le concept s’est exporté à Paris. Depuis, l’idée germe progressivement dans certaines villes actives culturellement.
 
Comme Bruxelles…
Oui, les paniers culturels Kilti sont fraîchement arrivés à Bruxelles. Le tout premier panier sera distribué le 25 avril. Entre-temps, les inscriptions sont ouvertes. Et les Belges curieux de culture peuvent commander leur panier avant le 8 avril.
 
Qu’y a-t-il dans ce panier ?
Il y a des places pour des sorties culturelles (spectacles vivants, concerts, opéras, etc.). Le panier contient également des objets concrets, à savoir une œuvre audiovisuelle (un CD, un DVD, un vinyle, etc.) et une œuvre littéraire (un roman, un essai, un journal, une bande dessinée, etc.). Enfin, le panier en tant que tel est un sac en tissu sérigraphié par un artiste.
 
Cela ratisse large en termes de culture.
C’est un peu le but du panier culturel : varier les plaisirs et emmener les gens dans des lieux qu’ils ne connaissent pas forcément.
 
L’objectif est donc de soutenir les petites salles de spectacle ?
Oui, mais pas seulement. Dans notre programmation, nous proposons des spectacles dans des lieux très peu connus du public, mais aussi dans des salles culturelles un peu plus renommées.
 
Quelles valeurs se cachent derrière ce projet ?
Nous cherchons à soutenir la culture locale à travers ses artistes. Il y a encore trop d’artistes locaux dans l’ombre. Et pour cela, nous invitons les citoyens à casser leurs habitudes culturelles et à éveiller chez eux la curiosité.
 
Comment comptez-vous éveiller cette curiosité ?
Par l’effet de surprise. La personne qui commande le panier culturel ne sait pas ce qu’il contient. Ce n’est que le soir de la distribution qu’elle découvre à quels spectacles elle est conviée et quelles œuvres audiovisuelles ou littéraires elle aura la chance de lire/écouter/regarder.
 
Quels ont été les critères de sélection des artistes qui participent au panier ?
Il fallait d’abord coller au thème commun aux trois villes participantes.
 
Quel est ce thème ?
“Sacré caractère”. Sur cette base-là, nous sommes partis à la quête d’artistes émergents qui cadrent avec le projet et que nous désirons soutenir. Le dernier critère de sélection est subjectif : il fallait choisir des œuvres qui plairaient au public. Et puisque nous ne connaissons pas encore notre public, ce fut difficile.
 
Comment a été accueilli le projet à Lille et à Paris ?
À Lille, c’est un succès. En un an à peine, plus d’une centaine de paniers culturels sont commandés tous les deux mois. À Paris, le concept a pris un peu plus de temps à s’installer parce que la ville est beaucoup plus grande et qu’il y a un peu de concurrence.
 
Quelle sera la fréquence de distribution des paniers culturels ?
Tous les deux mois, nous organiserons une soirée de distribution des paniers dans un nouveau lieu culturel bruxellois.
 
Quand a lieu la première soirée ?
Le 25 avril, à 18h30, aux Écuries Van Tram à Schaerbeek. Les artistes qui ont participé au panier seront présents pour animer la soirée et présenter leur œuvre.
 
Il existe deux types de paniers culturels. Le premier (“le mini”), à 25 €, contient 2 places pour un spectacle et une des deux œuvres culturelles. Le second (“le duo”) coûte 49 € et contient 2 X 2 places pour un spectacle et les deux œuvres culturelles.
Pour commander le panier, rendez-vous sur le site : http://kilti.fr avant le 8 avril.
 
 
Ph.: Montage Libre

Les commentaires sont fermés.