Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/05/2015

Ilulissat, la perle du Groenland

la libre,momento,escapade,groenland,ilulissatDes airs, Ilulissat ressemble à une image de carte postale avec ses maisons colorées en bois construites à même le roc et son majestueux paysage blanc immaculé d’icebergs flottant dans le fjord. Une image à couper le souffle.

Perle du Groenland, la petite ville à l’ouest de l’île est l’attraction touristique numéro un de la région.
 
Dans le grand Nord: Slim Allagui

CLASSÉE AU PATRIMOINE MONDIAL de l’Unesco en 2004 pour son Icefjord somptueux et son glacier témoin-clé des changements climatiques de l’Arctique, Ilulissat est le passage incontournable de chefs d’État et de gouvernement et autres responsables, qui se relayent à son chevet pour observer de près les effets du réchauffement de la planète. La cité vit du tourisme et surtout de la pêche de l’or rose (les crevettes) et du flétan, ses ressources principales.
 
Aqqalu, la cinquantaine, le visage buriné, se tient debout, la main sur le gouvernail de sa barque de pêche à moteur, zigzaguant entre les morceaux de glace au large du port. Il scrute le fjord glacé, cherchant sa voie dans ce labyrinthe bleu et blanc, pour poser ses lignes. “Le réchauffement du climat a du bon pour nous, les pêcheurs, dit-il, car la glace se disloque plus rapidement, ce qui nous permet de sortir sans trop de difficultés du port et de nous frayer un chemin jusqu’à nos zones de pêche.” La fonte des glaces polaires s’est accélérée ces dernières décennies, notamment au Groenland, en raison du réchauffement climatique.
 
Le Icefjord parsemé d’icebergs, baigné par le soleil printanier, a quelque chose de magique en ce jour de printemps. Au loin, des bateaux de touristes se faufilent au milieu des icebergs impressionnants de centaines de mètres de haut.
 
Aqqalu a plutôt les yeux rivés sur la mer pour éviter les morceaux de glace “qui sont comme des couperets qui peuvent trouer une petite embarcation comme la mienne en un rien de temps. Alors vous aurez à peine le temps de prier avant de vous retrouver dans une eau de quelques degrés où vous ne survivrez pas.”
 
Ce pêcheur de flétan a l’habitude, l’hiver, de prendre son traîneau à chiens pour aller pêcher le flétan en creusant un trou dans la glace ou chasser le phoque sur la banquise gelée. Mais “cela devient plus difficile car la glace commence à fondre par endroits même en période hivernale. Un ami s’est même retrouvé un jour à la dérive sur une plaque de glace. Heureusement, il a été sauvé à temps.
 
Au cours des dix dernières années, le nombre de chasseurs a diminué d’environ un tiers au large du cercle polaire, notamment à Ilulissat, et la capture des phoques a chuté de près de moitié.
 
Le métier traditionnel de chasseur est menacé par les changements climatiques et le mode de vie moderne. Les chiens de traîneaux sont en train de disparaître dans plusieurs endroits au Nord car il est cher de les nourrir et cela prend du temps de s’en occuper tous les jours”, constate le ministre du Commerce, Vittus Qujakitsoq.
 
De plus en plus de Groenlandais préfèrent partir à la pêche en mer, qui rapporte plus que la chasse en traîneau, laquelle exige de maintenir des chiens en bonne condition.
 
Pour enrayer ce début de disparition des chiens de traîneau qui font partie de l’identité des Inuit, les scooters des neiges ont fait leur apparition pour la première fois à Ilulissat, au grand dam des touristes à la recherche d’un Groenland primitif.
 
Certes, les scooters, qui ne doivent pas aller sur l’Icefjord protégé, ne remplaceront pas les traîneaux. Ils vont juste transporter à la fabrique de Royal Greenland, à Ilulissat, le poisson pêché sur la banquise par les pêcheurs, leur permettant de rester plus longtemps sur place, à quelque 70 km dans le fjord, et de faire plus de prises. “Nous espérons ainsi que plus de pêcheurs reviendront à la pêche en traîneau et maintiendront cette tradition ancestrale”, déclare Lars Siegstad, président de l’organisation des pêcheurs côtiers.
 
D’autres nostalgiques craignent cependant que les amateurs de scooters ôtent le charme d’Ilulissat, d’autant que de plus en plus de Groenlandais, modernité oblige, préfèrent les deux roues aux attelages à chiens pour faire des sorties en montagne.
 
 
Les chiens d'Ilulissat
La ville en compte près de 4000, presque autant que les habitants (4600). Ces chiens de traîneaux si caractéristiques servent aux chasseurs et pêcheurs qui vont sur la banquise chasser les phoques ou pêcher les poissons sous la glace. Beaucoup de particuliers en possèdent aussi, comme Erik Bjerregaard, directeur d’Hotel Arctic, qui a une meute de douze chiens qu’il “chouchoute chaque jour”.
“Ils me procurent une joie immense dans la nature et me permettent de me ressourcer en dehors du travail”, dit-il. Apparemment adorables mais agressifs en dehors de la présence de leurs maîtres, ils sont utilisés aussi pour les balades des touristes sur l’inlandsis (vaste glacier).
 
Le glacier d’Ilulissat
L’hélicoptère se pose après trente minutes de vol sur la rive rocailleuse du fjord d’Ilulissat long de 50 km. En face, le front du glacier, Sermeq Kujalleq, qui s’étend sur quelque 7 km, a reculé de près de 20 km au cours des 15 dernières années. C’est le plus actif et le plus rapide de l’hémisphère nord, déversant avec fracas des icebergs géants qui avancent à une vitesse de 30 à 35 mètres par jour dans le fjord avant de poursuivre leur route vers la mer. L’un d’entre eux aurait provoqué la catastrophe du Titanic.
Du ciel, le spectacle du glacier est fascinant avec ses cathédrales, ses rivières et lacs bleutés, qui envoûtent les touristes ébahis, mais inquiètent les scientifiques qui observent ce glacier malade. Ils voient la calotte glaciaire fondre deux fois plus vite dans l’Arctique que dans le reste de la planète en raison du réchauffement climatique, avec pour conséquence l’augmentation du niveau des océans.
 
 
Ph.: Slim Allagui

Les commentaires sont fermés.