Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

23/05/2015

Tour du monde des saveurs

la libre,momento,papilles,milan,expo,cuisine,gastronomieJusqu’au 31 octobre, Milan accueille l’exposition universelle 2015, placée sous le thème de l’alimentation de demain. Tous les pays y présentent leurs richesses gastronomiques. Quelques bons plans pour profiter de son séjour milanais, sur le site de l’expo ou en ville…
 
Mise en bouche: Laura Centrella, à Milan


Expo Milano, côté expo

Envie d'un gastro?

Les États-Unis ont choisi de ne pas avoir un espace restauration à l’intérieur de leur pavillon. C’est dans la prestigieuse Galleria Vittorio Emanuele II, au cœur du Milan ultra-chic, que de grands chefs américains tels que Barbara Lynch, Daniel Humm ou David Kinch (photo) se succéderont pour proposer un menu gastronomique régional. Mais la découverte a un prix : 120 € !
Dans le pavillon japonais, on peut vivre une vraie expérience kaiseki comme à Kyoto proposée par le restaurant “Minokichi” (créé en 1716). Mais là encore, il faudra casser sa tirelire (entre 80 € et 220 €) ou songer à aller au Japon…

Envie de grignoter?

La file ne désemplissait pas devant les kiosques à bières et frites du pavillon belge. Il faut dire que les “Belgian Fries” ne sont pas mauvaises du tout, même si cuites à l’huile d’arachide…
Du côté des États-Unis, on a misé sur les foodtrucks – pas étonnant de la part de la “Food Truck nation” –, qui servent hamburgers et autres lobster rolls. Dans le pavillon brésilien, on déguste sur le pouce mais chèrement des pão de queijo (5 €) et un sandwich picanha (10 €), le tout arrosé d’une bière Brahma (8 €). Tandis que la Malaisie fait dans le hors de prix : une petite empanada d’agneau rendang à l’œuf dur et patates douces coûte pas moins de 10 €  ! A prix plus doux (5 €), les satés s’arrachent au stand indonésien.
Envie de bons fromages au lait cru et d’un verre de vin (10 €)  ? Direction de pavillon Slow Food. Un des snacks les moins chers d’Expo Milano 2015… La semaine dernière, la sélection permettait de goûter à l’agnone caciocavallo, au bodoglino, au bitto storico et à l’arribes de Salamanque, avec un rouge très agréable et léger, le verduno pelaverga du Piémont.
Envie d’un dessert original ? Direction le stand coréen pour goûter le bungeo-ppang, un beignet en forme de poisson fourré à la pâte de haricots rouges (3€), qu’on fait couler avec une désaltérante boisson à base de vinaigre de yuzu (3 €). Pour le café, passage obligé par l’Ethiopie, où l’on peut assister gratuitement à une véritable cérémonie du café et apprécier un breuvage parfumé. Pour le pousse-café, c’est la Russie qui tient le haut du pavé avec une dégustation de la très bonne vodka sibérienne Beluga (3,50 €) et des biscuits traditionnels.
 
Envie d'un resto?
 
Si le restaurant du pavillon belge était désespérément fermé lors de notre visite, il était facile de se consoler avec ceux ouverts par les autres pays. Le restaurant du Mexique, le “Besame mucho”, jouit d’une très belle terrasse avec une vue imprenable sur l’Expo. On y déguste des plats modernes, comme la lengua (langue de bœuf), guacamole et légumes en escabèche (18 €), avec une frozen margarita (10 €) bien sûr ! De passage au pavillon de l’Uruguay, conçu entièrement autour d’un restaurant – on est bien loin de la thématique de l’Expo –, il sera difficile de résister aux effluves des steaks cuits sur la parilla
Le restaurant de la Corée du Sud, le “Hansik”, propose, lui, des menus traditionnels et sains à base de légumes fermentés comme le kimchi (à partir de 20 €). Si le restaurant chinois n’est pas des plus charmants, on y sert de nombreuses préparations intéressantes et inconnues au bataillon, comme ces boulettes de porc (7 €) de la province de Jiangsu, dans l’est de la Chine. Si c’est la cuisine japonaise qui vous tente, le pavillon nippon a conçu un véritable food court, où on choisira entre un burger de riz (10-12 €), des tempuras (12 €) ou des tenmusu accompagnés d’une soupe miso (6 €).
Si on cherche le dépaysement à tout prix, on s’orientera vers des gastronomies moins connues, comme celles du Koweït où, dans un décor raffiné, on goûtera à des feuilles de vigne farcies de riz et de mouton, de haricots parfumés au baharat, bamia et sauce muhammara (22 €). Mais l’indéniable coup de cœur va à l’Iran avec un petit restaurant où, en toute simplicité, on se régale de spécialités savoureuses : mirza ghasemi (aubergines aux œufs), kashk-e-badenjan (purée d’aubergine) et poivron farci (assiette mixte, 20 €), que l’on accompagne de sekanjebeen, une délicieuse boisson à la menthe et au concombre (4 €).
Le meilleur plan pour manger assis, bon et pas cher, cela reste toutefois les 20 restaurants italiens régionaux mis sur pied par Eataly. Pour l’Abruzzo et les Molise, c’est le restaurant “Borgo Spoltino” de la province de Teramo qui propose une délicieuse pecora (chèvre) alla callara (15 €). Pour la Campanie, l’excellent restaurant “Al convento” de Cetara fait évidemment la part belle aux anchois et vend de véritables sfogliatelle à se damner (3,50 €).
 

Expo Milano, côté Milan
 
Envie de street food?
 
Dans la périphérie Ouest de Milan, un ancien McDo accueille un très chouette concept autour de la street food italienne et bio qui vaut le détour. Bombette des Pouilles, baccalà brandacujun de Ligurie, friture de cervelle comme à Florence, cannoli siciliani… Tout fait envie ! Et même les vins de petits producteurs sont bien sentis. Mais c’est pas donné non plus (env. 25 €/pers.).
Mangiari di strada. Via Lorenteggio 269, 20152 Milano. Rens. : +39.02.415.05.56 ou www.mangiaridistrada.com.
 
Envie d’un gastro ?
 
Dans le quartier moderne de Porta Nuova, le chef dont tout le monde parle à Milan, c’est Andrea Berton, un élève de Gualtiero Marchesi dont le parcours est irréprochable. Ce chef étoilé est également l’un des ambassadeurs d’Expo Milano 2015. Dans son très chic restaurant, il propose un très beau menu conçu autour du bouillon (cf. Sortez couverts) où il allie avec brio tradition et modernité.
Ristorante Berton. Viale della Liberazione 13, 20124 Milano. Rens. : +39.02.67.07.58.01 ou www.ristoranteberton.com.
 
Envie d’une trattoria  ?
 
Dans une trattoria à la déco vieillotte, le chef Giovanni Traversone fait des miracles en revisitant avec talent les classiques lombards. La nervitt, une salade de tendons de rotule et de jarret de veau, ici présentée avec du poulpe, est excellente. Tout comme les mondeghili (boulettes), la cotoletta alla milanese ou le risotto au safran. Et l’accueil n’est pas en reste ! Si l’envie est plus à la modernité, direction la seconde adresse des patrons  : “La cucina dei frigoriferi milanesi”. Env. 40 €/pers.
Trattoria del Nuovo Macello. Via Cesare Lombroso 20, 20137 Milano. Rens. : +39.02.59.90.21.22 ou www.trattoriadelnuovomacello.it.
 
Envie d’une osteria  ?
 
Entre le quartier Centrale et celui de Porta Venezia, “L’Osteria del Treno” est depuis 25 ans l’étape obligée des amateurs de bonne cuisine et de bons vins. Au menu, des classiques milanais comme le Rustin negàa (veau cuit dans du vin et du bouillon) mais aussi de nombreuses sentinelles Slow Food de toute l’Italie. L’établissement d’Angelo Bissolotti est d’ailleurs membre de l’Alleanza, l’alliance entre chefs italiens et les producteurs Slow Food. Tout ici respire le sentiment. Et que dire de la magnifique carte des fromages ? Tutta una storia… Env. 30 €/pers.
Osteria del Treno. Via San Gregorio 46, 20124 Milano. Rens. : +39 02 670 0479 ou www.osteriadeltreno.it.
 
 
Ph.: H.H.

Les commentaires sont fermés.