Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

30/05/2015

Lego et Playmobil contre Mario

La Libre, Momento, Ludo, jeux classiques, jeux vidéo, lutteComment faire cohabiter les grands classiques du jouet avec le jeu vidéo qui cible de plus en plus jeune ?

Analyse: Yves Cavalier


C’EST LA GUERRE ! Ou plus exactement, c’est la “fight”, comme ils disent. “Ils”, ce sont ces bambins de moins de 12 ans qui ne savent plus très bien s’il est encore de bon ton de jouer avec les mêmes jouets que ceux auxquels jouaient déjà leurs parents, ou si alors il faut foncer, tête blonde baissée, dans l’univers du virtuel dans lequel tout semble possible.
 
À vrai dire, ce sont surtout les adultes qui se posent la question et, en particulier, les promoteurs de jeux, jouets et autres consoles vidéo.
 
Un des géants de la catégorie des classiques, Lego, n’est pas né de la dernière pluie. Voilà des décennies qu’il a compris que le joueur de demain, c’est le bambin d’aujourd’hui. C’est ainsi qu’il a développé la gamme Duplo, destinée au premier âge. En réalité, les premiers Duplo, aux briques plus grandes et plus colorées, étaient d’abord destinés à des enfants de 3 ans et plus. On trouvait bien quelques hochets qui annonçaient déjà la couleur mais, désormais, les nouveaux produits qui sortent des usines de l’empire danois s’adressent aux petits dès un an et demi ! On retrouve forcément toutes les qualités de solidité, de sécurité et de luminosité de la gamme, mais on y ajoute en plus un élément pédagogique : il faut associer le bloc représentant la poule avec le panier contenant des œufs !
 
C’est une stratégie sans prise de risque et qui réjouira tous les parents convaincus qu’ils feront là un investissement qui sera amorti par toute leur future descendance.
 
Lego joue sur du velours et dans un autre registre, l’allemand Playmobil n’est pas en reste. D’autant qu’il ne faut plus seulement se défendre contre Lego, le concurrent de toujours. Avant on était Lego ou Playmobil, maintenant on peut aussi être console, et surtout si l’on est plutôt petit garçon. Et ça commence très tôt. Playmobil s’efforce notamment de lutter contre ce préjugé qui veut qu’il soit surtout un jeu destiné aux fillettes… C’est peut-être ce qui explique que, dans les nouveautés de ce printemps, on trouve encore des balançoires ou des carrousels mais on découvre aussi, pour la première fois, une véritable réplique d’une Porsche Carrera… C’est nouveau car si on avait pu voir apparaître un moment un minibus inspiré de VW, c’est la première fois que la marque Porsche est clairement exploitée avec un logo bien visible et le garage qui accompagne le monstre vrombissant. Un monstre qui, précisons-le, est équipé de batteries pour permettre aux phares d’éclairer le visage d’un gamin enchanté…

 
La Libre, Momento, Ludo, jeux classiques, jeux vidéo, lutteNintendo lance ses Amiibo à la conquête des geeks en herbe
 
Voilà une trentaine d’années que Nintendo se débat dans le monde du jeu électronique. Et il lui a fallu bien des talents pour éliminer de la course les Sega et autre Atari, tout en résistant à l’arrivée sur le marché de nouveaux acteurs que sont Microsoft et sa X-Box ou Sony et sa PlayStation. Et c’est sans parler de l’explosion des tablettes et smartphones dont les possibilités ludiques sont énormes.
 
Cette longévité n’est pas le fait du hasard. Nintendo se démarque des autres acteurs du secteur par une stratégie délibérément limitative : il s’adresse en priorité aux enfants et aux préadolescents. Avec les derniers développements technologiques, le seul écart qu’il ait fait à cette règle est de s’adresser si possible au cercle familial. En proposant des jeux où la convivialité contraste avec l’isolement forcé des jeux pour hard-gamers dont les partenaires sont plutôt en ligne que dans le même salon. Nintendo s’est aliéné une partie des joueurs mais il a gagné la confiance des parents. Certes Lego a aussi misé sur le multimédia en multipliant les films, les séries télé et même les applications de jeu pour tablette et Playmobil vient de lancer, à son tour, une application “bateau pirate” pour tablette. Mais Nintendo, lui, a récemment mis sur le marché les Amiibo.
 
Ces petites figurines d’une douzaine de centimètres de haut sont des répliques parfaites des personnages que l’on retrouve dans les jeux classiques de Nintendo, avec Mario le plombier et son frère Luigi en tête de file. Mais s’il était simplement question de fabriquer des petits sujets en plastique, cela n’aurait pas grand intérêt. C’est que ces petites choses sont évidemment bourrées d’électronique et peuvent interagir avec les jeux Nintendo : elles emmagasinent de l’expérience, peuvent être configurées et modifier l’apparence et le comportement des personnages. Mais elles restent indépendantes de la console et sont donc un compagnon à part entière du joueur. Un peu comme la clé USB sur laquelle on transporte sa musique.
 
Avec ces Amiibo, Nintendo entre dans le monde du jouet intelligent et se positionne clairement pour attirer les plus jeunes vers le jeu vidéo. Lorsque Duplo ou Playmobil intégreront des puces dans leurs propres figurines, on ose à peine imaginer ce que sera le champ de bataille…
 
 
Ph.: Playmobil & Nintendo

Les commentaires sont fermés.