Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/06/2015

Jardins de sculptures décoiffants

La Libre, Momento, Dehors, jardins, sculptures, Bomarzo, jardin des tarotsBomarzo au Nord du Latium et le jardin des tarots au Sud de la Toscane déroutent le visiteur et ne laissent personne indifférents.

Promenade italienne: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans


QUATRE SIÈCLES les séparent. Beaucoup d’encre a coulé. Ces deux lieux à la fois magiques et étranges voire déconcertants continuent de nous étonner et de nous inspirer.

Bomarzo

Jardin des monstres ? Bois sacré ? Parc d’attraction ? Nains de jardin d’un autre temps ? Jardin kitsch d’avant-garde à la manière d’un facteur Cheval ? Ou peut-être un tout petit quelque chose… d’Angkor ? Mystère et boule de gomme. A chacun sa réponse, à chacun son hypothèse. Sans doute, l’auteur, Vicino Orsini, conscient déjà de la curiosité suscitée a voulu déclencher ces questions. Quelques inscriptions dispersées dans le jardin le suggèrent : “Vous qui errez dans le monde, désireux de voir des merveilles imposantes et magnifiques, venez ici…

Qui ?
Vicino Orsini (1523-1585) appartient à une des familles romaines les plus éminentes et les plus puissantes de son époque. Son épouse Giulia est la nièce du pape Paul III (Alexandre Farnèse). Esprit érudit mais considéré par ses pairs comme un rien réactionnaire, il a une grande culture classique. Pétrarque, Dante n’ont plus de secrets pour lui, également Colonna pour son célèbre Songe de Poliphile, une référence en termes d’architecture des jardins ou le poète Arioste dont l’histoire du fameux Orlando Furioso son héros est contée dans un opéra de Vivaldi.

Où ?
A Bagnaia, dans un vallon, amphithéâtre naturel, totalement décentré par rapport au château familial ! En 1552, Orsini décide de planter un bois de chênes, châtaigniers et noyers (aujourd’hui disparus) pour jouer avec les effets de lumière et choisit d’introduire l’eau grâce à un lac artificiel et des ruisseaux (à sec aujourd’hui). Il y consacre 30 années de sa vie.
Le résultat ? Un bois de 3 ha parsemé de sculptures grotesques, géantes façonnées directement dans les rochers de péperin, une roche volcanique foncée aux teintes gris-marron. Le parcours est chaotique. Impossible d’en faire une description précise. Géant, tortue, Pégase et hippogriffe, dragon chinois, maison penchée, monstre marin, gueule de l’enfer, nymphe endormie ou sirènes sont dispersés au gré de son imagination, résultat d’un esprit tourmenté ou ode à une épouse chérie trop tôt disparue.

Mythologie surréaliste ?
Ce jardin pas comme les autres, sans jeux d’eau spectaculaires façon villa d’Este, ni parterres de broderie sophistiqués typiques de la Renaissance, est abandonné après le décès de son concepteur. En léthargie, les ronces l’envahissent pendant des années, des siècles jusqu’au jour où, après la fin de la 2e Guerre, les époux Bettini le découvrent. Dans son jus. Ils ont un vrai coup de cœur. Ils l’achètent, le dégagent, le replantent et le restaurent. Cette renaissance est spécialement appréciée des surréalistes, d’André Breton et Jean Cocteau. Salvatore Dali est véritablement conquis par le lieu. Il s’en est inspiré dans son tableau, La Tentation de Saint-Antoine, que l’on peut admirer au musée des Beaux-arts de Bruxelles.
 
 
La Libre, Momento, Dehors, jardins, sculptures, Bomarzo, jardin des tarotsJardin des tarots
 
En remontant vers la Toscane, à Capalbio, à quelques mètres de la mer, pointent les sculptures monumentales de Niki de Saint-Phalle. Artiste franco-américaine (1930-2002), elle est plasticienne, peintre, sculptrice et réalisatrice de films. On la connaît notamment pour son œuvre “ Les Tirs ” ou des “ performances ” durant lesquelles elle tire à la carabine sur des poches de peinture, éclaboussant des tableaux de diverses couleurs et surtout pour ses merveilleuses Nanas voluptueuses et multicolores en style pop art. Le corps féminin et ses rondeurs sont sa principale source d’inspiration. Son jardin des tarots est, d’ailleurs, non seulement un hymne à la femme mais aussi à la joie et à l’humour. En fait, un lieu de vie où l’on est simplement heureux.

Comment ?
Pendant 20 ans, de 1978 à 1998, avec l’aide de son mari Jean Tinguely et de nombreux amis artistes, ils façonnent à la fois des petits sujets en polyester et des immenses, en béton sur armature métallique. Ils les recouvrent de verre de Murano, de miroirs ou de mosaïques multicolores en céramique peintes et cuites sur place. L’entreprise est titanesque. Le jardin se révèle mystérieux voire mystique. Rien de classique avec des parterres et des haies formelles. Plutôt un coin de nature méditerranéenne livré à lui-même où pins, cyprès, chênes verts, oliviers, romarins, acanthes, lauriers, lavandes et cistes sont bien chez eux. Avec les sculptures, il devient lieu de rencontre entre l’homme et la nature. La synthèse de son travail artistique.

Qui l’inspire ?
Sans hésiter Gaudi et son parc Güell à Barcelone. On y retrouve cette délicieuse ambiance, les couleurs, les matériaux comme mosaïque et verre. Lors d’une première visite en 1955, Niki de Saint-Phalle est littéralement bouleversée par son œuvre. D’autre part, le bois sacré de Bomarzo la déconcerte et l’émeut profondément. Les sirènes, géants, monstres et autres symboles dispersés dans la pénombre l’interpellent. A Capalbio, sa grande prêtresse à la bouche ouverte dont l’eau jaillit et coule sur les marches est incontestablement un hommage au jardin de Vicino Orsini. D’où l’appellation du Bomarzo du XXe siècle. Sans doute s’est-elle également inspirée du jardin imaginaire du facteur Cheval. Certainement de la longue tradition de l’art des jardins en Italie.

Les tarots ?
Dans le jardin, les 22 cartes ou arcanes majeurs sont représentées par des sculptures monumentales. Il ne faut aucunement être un adepte des tarots pour comprendre. Le sens de la visite est libre. A chacun son parcours dans l’idée de surmonter les difficultés pour arriver à la fin du jeu. Au détour du chemin, le magicien, la papesse, l’impératrice, l’empereur, le pape, la justice, toutes des images pour interpréter le sens de l’existence.
 
 
Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.