Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/06/2015

Villers, le cœur du village

La Libre, Momento, Vie de château, Villers, GaumeUn des plus petits châteaux de Belgique est à vendre via une étude notariale d’Etalle. La chose est rare. Petit coup d’œil.

Philippe Farcy


ME FLORENCE SCHMIT ET ME MICHEL BECHET ont reçu la mission de vendre la semaine prochaine une partie de ce bel ensemble, de petite taille qui n’est autre que le château-ferme de Villers-sur-Semois.
Il forme le coin entre la rue de Han qui mène à la rivière à 500 mètres de là et la rue Joseph Weicker. Nous sommes là dans la partie Nord de la Gaume qui file, rappelons-le jusqu’au château du Pont-d’Oye, aux barons Nothomb, à Habay. Mais tout le château n’est pas à vendre. Il s’agit juste d’une moitié de celui-ci car il avait déjà été coupé en deux lors d’un partage ancien. Cette fois, les notaires officient à la demande des héritiers de Madame Raymonde Brasseur-Simon.
 
Notons que ces découpages de domaines et châteaux s’ils ne sont pas fréquents, n’en demeurent pas moins utilisés soit par incurie, soit quand il n’y a pas d’autre solution. Et c’est ce qui s’est produit ces derniers mois avec les communs du château de Hermalle-sous-Huy, partis avec les terres environnantes. Le château se retrouve donc seul. La ferme castrale de Hermalle vit sa vie tant bien que mal de son côté (on y reviendra).
 
En plein centre du minuscule village de Villers, cette grosse maison qui possédait la base des droits juridiques sous l’Ancien Régime, fut construite ou aménagée par un maître de forges comme on en trouvait tant dans cette région. Il s’agissait d’Henri Henriquet (1672-1730), devenu plus tard Henri d’Henriquez, pour faire plus espagnol peut-être. Ce seigneur était receveur général des Domaines du Luxembourg. Pour asseoir son autorité sur le village, il racheta des droits seigneuriaux complémentaires.
 
La maison est datée par les ancres de fer de 1712. Elle se compose d’un corps de logis classique et ample, agrémenté de deux tours carrées engagées et percé de nombreuses baies sur deux niveaux posés sur un soubassement. Ces ouvertures contrastent avec le mur côté rue qui lui est presque aveugle. Il bénéficie toutefois d’une sorte de tour à quatre pans, terminée par un joli clocheton sommé d’un épi. Il s’agit de la chapelle du château. Dans sa largeur, le château ouvre par deux travées. Les tours carrées sont sommées de toitures en pavillons à brisis.
 
On voit, par ailleurs, un mur de clôture de cour piqué d’un joli porche et en fond, une aile d’écuries et de remises, aussi ancienne que le logis.
 
Une petite bâtisse a été construite dans la cour, presque contre cette grange.
 
Hors les murs, derrière la grange a été édifiée une petite maison du début du XXe siècle.
Vers le Nord-Ouest de la cour d’autres éléments annexes ont été érigés dont certains au XVIIIe comme cette grange percée de deux portails en anse de panier.
 
Il est à noter que le château-ferme n’est pas en mauvais état, contrairement à ce que laisse voir la photo du “Patrimoine monumental”.
 
Les toitures ont été partiellement renouvelées et percées de nombreuses baies en vélux, après même novembre 2010, date donnée par Google Earth pour ses dernières prises de vue. Le terrain disponible se trouve derrière le muret qui longe la rue Weicker et il compte encore, ou seulement 70 ares; ils sont constructibles, donc on imagine que sous peu le dégagement sera perdu.
 
L’église en 1938 et le lavoir du village en 1982, sont classés.
 
 
Infos : vente ce 30 juin, à quatre heures de relevée, au Cercle Saint-Blaise à Etalle. Mise à prix de la demeure et des terrains à 360000 €. Tél. : Etude : 063.45.51.14.

Les commentaires sont fermés.