Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/07/2015

Jardin interdit?

La Libre, Momento, Dehors, plantes, dangereuses, poison, jardinSous le couvert des bois, dans nos prés, au milieu des légumes et des fleurs vivent et se multiplient des végétaux à la fois amis et ennemis selon l’usage qui en est fait.

Vigilance: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


TOXIQUES, VÉNÉNEUSES, empoisonnées voire empoisonneuses sont des qualificatifs fréquemment utilisés à l’encontre de quelques plantes de nos jardins. S’il est vrai que bon nombre de baies, de fleurs et de feuillages sont impropres à la consommation, les cas mortels ou les dommages corporels permanents à la suite de leur ingestion sont heureusement très rares.
En ce qui concerne les animaux, c’est un peu différent. La plupart du temps, les bêtes ne sont pas si bêtes et évitent soigneusement les pièges fleuris ou non. Cependant, il arrive que chevaux et ruminants succombent après avoir goûté à l’if.
 
 
Familles ambivalentes
 
Tous, nous connaissons l’effet médicamenteux des substances extraites de notre flore et dont l’incidence sur nos organismes est liée à l’infime quantité utilisée.
Digitale et belladone se retrouvent dans notre pharmacopée. La belladone fait partie des Solanacées et y côtoie la tomate et la pomme de terre.
De nombreux individus de cette famille sont toxiques tandis que d’autres sont comestibles.
Que dire de ceux dont une partie seulement peut être consommée. Nul ne vous déconseillera de cultiver des tomates ou des pommes de terre sous prétexte que la plante elle-même n’est pas consommable. Seuls les fruits mûrs de l’une et les tubercules de l’autre, encore faut-il qu’ils ne soient pas verts, sont susceptibles d’être mangés.
Des familles sont plus que d’autres vouées à la toxicité. En case de tête, les Renonculacées. Il n’y a pour ainsi dire pas un individu de cette vaste “lignée” qui ne recèle quelque poison.
Dans les Liliacées, l’ail, les oignons et la ciboulette font partie de notre quotidien alors que les bulbes de tulipe et de jacinthe sont toxiques.
Les poisons distillés par les hôtes de nos jardins sont très divers et très peu d’entre eux en sont totalement dépourvus. Le principe de précaution et la vigilance sont de circonstance sans pour autant céder au catastrophisme.
 
 
Enfants admis
 
Ce sont principalement les baies qui fascinent les jardiniers en herbe.
Sachant que les enfants réagissent plus rapidement que les adultes aux substances toxiques en raison de leur faible poids, un sérieux débriefing souvent répété s’impose. Décrypter la nature, raconter les plantes tout en expliquant les différents systèmes de défense peuvent être d’excellents moyens de prévention.
Leur montrer ce qui se mange et ce qui est à bannir absolument est prudent. Leur rappeler souvent les consignes : ne pas porter les mains à la bouche ou aux yeux après avoir manipulé les végétaux. Il faut avouer qu’il y a quelques têtes brûlées… pour qui “le meilleur moyen de résister à la tentation reste d’y céder”.
De surcroît, quelques plantes produisent des allergènes ou des substances photosensibilisantes. Ces dernières, particulièrement lorsque le soleil brille, déclenchent une augmentation de la sensibilité de la peau et peuvent provoquer des brûlures. La grande berce du Caucase fait partie de celles dont il faut se méfier.
Sa cousine la berce spondyle, une indigène, en contient aussi mais en concentration moindre. Les lésions peuvent apparaître longtemps après l’exposition. Voyez le site du centre antipoison (www.centreantipoisons.be).
Toutefois, il semble que les principes actifs des plantes varient en fonction du climat, de la région, de l’ensoleillement, de l’humidité, du sol et des conditions de culture. De quoi relativiser.
 
 
Aconit
 
Une Renonculacée absolument magnifique dont il existe plusieurs espèces toutes aussi belles. Souvent établie dans les endroits humides, elle peut former des touffes imposantes. La tige varie entre 60 cm et 120 cm. Ses fleurs sont assez caractéristiques, en forme de casque.
Elle est souvent cultivée dans les jardins et remplace opportunément les grands delphiniums. Elle se révèle moins sensible à l’attaque des limaces. Si toute la plante est dangereuse, ce sont surtout les racines qui contiennent les toxines.
 
 
Les renoncules
 
Qu’il s’agisse de la Ranuculus acris, dit bouton d’or, qui émaille les pâturages ou de la Ranunculus repens, pied de poule, toutes les parties de ces plantes distillent des poisons plus ou moins dangereux. Elles sont, du reste, le signe d’un sol déséquilibré.
Pour s’en débarrasser dans les prairies, un amendement en calcaire est conseillé ainsi qu’une culture de trèfles qui, en principe, les étouffera. Elles perdent leur toxicité lors de la dessiccation et de ce fait n’altère pas la qualité du fourrage. Les renoncules rampantes peuvent être très envahissantes dans les jardins par leurs stolons et leurs graines.
 
 
Dans les sous-bois
 
L’endroit abrite quelques individus qui sous des airs débonnaires ne sont pas sans danger. Le plus connu est sans conteste le muguet.
Un porte-bonheur commun dans les forêts fraîches où il forme parfois de larges tapis. Malgré son apparence bon enfant, c’est une plante toxique. Même l’eau du vase qui l’a contenu est nocive. L’Arum maculatum aussi appelé pied de veau, a une inflorescence blanche fécondée par les mouches qui viennent s’y glisser attirées par l’odeur. Toute la plante est âcre et toxique. Aucun animal n’y touche. Les enfants sont attirés par les baies d’un très beau rouge orangé en automne, elles sont, elles aussi, dangereuses.
La digitale, cette grande plante bisannuelle, forme la première année une large rosette de feuilles velues puis la deuxième année surgit une hampe florale portant une multitude de fleurs en clochettes le plus souvent mauves. Cette digitale renferme la digitaline qui est d’un grand secours aux cœurs défaillants. Toute la plante est toxique, particulièrement les feuilles qui peuvent être mortelles pour les animaux.
 
 
Et encore…
 
Les fruits du marronnier à ne pas confondre avec les châtaignes comestibles, les rameaux et les feuilles sont toxiques pour les hommes et les animaux.
Le colchique est vénéneux pour les hommes comme pour les animaux. Les gousses du cytise et de la glycine sont parfois confondues par les enfants avec des haricots.
Idem pour les graines de pois de senteur. Gare aux baies noires du Ligustrum qui fait nos haies.
La ciguë ou Conium maculatum dont le feuillage peut être confondu avec celui du persil.
Visitez le site www.br.fgov.be plantes toxiques.
 
 
Ph.: MNC & MPV  - Viburnum nudum ‘Pink Beauty’

Les commentaires sont fermés.