Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/07/2015

Les perles de l’Adriatique

Split.JPGLa côte croate, reconnue pour ses paysages magnifiques et son eau cristalline, regorge de cités médiévales, témoins d’une ère dorée sous la domination de la République de Venise. A partir de Zadar, on sillonne les routes tortueuses qui longent la côte pour arriver à Dubrovnik, une charmante cité fortifiée inscrite au patrimoine de l’Unesco.

Road trip : Bertrand Lodewyckx
Envoyé spécial en Croatie


Zadar et son orgue de mer

Ancienne colonie romaine, Zadar n’a conservé que quelques rares vestiges de cette époque.

Il ne reste, en effet, plus que quelques pierres du forum qui se trouve en face de l’Eglise Saint-Donat, le tout entouré d’une dizaine de boutiques de souvenirs. Bref, un endroit dédié aux touristes et qui ne vaut pas réellement le coup.

C’est en entrant dans le centre historique de la ville que l’on découvre le mieux Zadar. Au détour des ruelles étroites et des échoppes d’artisanat, on arrive sur la place du Peuple entourée de plusieurs magnifiques monuments d’époque.

Le soir venu, le quartier universitaire est un des plus animés de la ville et propose bon nombre de restaurants et bars où terminer la soirée.

La Riva qui ceinture la quasi-totalité de la vieille ville est un incontournable de Zadar. Animé en journée par les baigneurs et les enfants qui sautent dans l’eau, le bord de mer se fait plus calme en soirée, bercé par la musique de l’orgue de mer. Le va-et-vient des vagues compresse l’air dans les tuyaux de l’orgue qui laisse alors échapper ses notes mélodieuses au bord de l’eau. La “salutation au soleil”, étonnant disque de 22 m de diamètre constitué de 300 panneaux solaires, capte la lumière pendant la journée et offre un impressionnant spectacle de lumière une fois le soleil couché. Couplé à la mélodie de l’orgue de mer, ce coin de la Riva offre un véritable spectacle son et lumière à ne pas manquer.

Split, palais de l’empereur Dioclétien

Deuxième étape du parcours, Split, deuxième plus grande ville de Croatie et inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1979 grâce notamment au magnifique palais de Dioclétien. Après son abdication en 305, l’empereur romain s’installe à Split et y fait construire une véritable petite cité de 40 000 m² entourée d’imposants remparts.

Depuis, le Palais n’a cessé de se transformer tout en gardant les vestiges de son passé romain. S’y promener, c’est découvrir un mélange d’architectures qui témoigne de son histoire, vieille de 1700 ans. Le péristyle, sorte de petit forum coincé entre le Mausolée de Dioclétien et un temple dédié à Jupiter, est peut-être l’un des endroits les plus agréables de Croatie. En fin de soirée, on y déguste un verre de vin assis sur les marches de la place, bercé par le flot de touristes qui admirent en silence la beauté de l’endroit.

Le marché de fruits et légumes, tenu par des grands-mères croates, vaut également le détour rien que pour son charme et son authenticité.

Une fois ravitaillé, on termine par “l’ascension” à pied de la colline Marjan, culminant à 178 mètres et qui offre une superbe vue d’ensemble sur la ville et son port.

Korcula, berceau de Marco Polo

Si Korcula est bien moins connue que sa voisine Hvar, lieu de rendez-vous de la jet-set croate et européenne, la petite cité médiévale installée sur une presqu’île mérite qu’on s’y arrête. La tranquillité du cœur de la vieille ville contraste avec certaines ruelles bondées d’autres lieux touristiques de la côte croate. Selon la légende, c’est ici que Marco Polo serait né en 1254 sous le nom de Polic avant que celui-ci ne soit italianisé en Polo. La maison familiale située dans le centre historique, semble confirmer les origines du célèbre marchand vénitien.

En été, on attend la fin d’après-midi lorsque les températures baissent pour entamer la visite de la ville et gravir les marches qui mènent à la tour Revelin, porte d’entrée du cœur médiéval.

Il suffit alors de suivre la rue principale pour arriver jusqu’à la Cathédrale Saint-Marc dont le clocher offre une vue imprenable sur la côte de l’île ainsi que sur les toits ocre de la vieille ville. Le soleil couchant, on conseille de faire le tour du bord de mer, bercé par les derniers rayons de soleil, une glace à la main. Tout un programme.

Dubrovnik, la perle de l’Adriatique

Située à l’extrémité Sud de la côte croate, Dubrovnik est l’un des plus beaux exemples des cités médiévales qui peuplent le littoral de la Croatie. La ville, perchée sur un rocher et ceinturée de hauts remparts baignés par la mer, a fait les frais de la guerre d’indépendance au début des années 1990. Impossible pourtant de voir actuellement les traces des dégâts causés par les bombardements tant la ville a été parfaitement reconstruite.

Suivant le flot de touristes et de locaux, on entre dans la vieille ville par la porte Pile et une fois à l’intérieur des remparts, il suffit de se perdre dans les ruelles étroites pour découvrir les charmes de la ville. Si quelques lieux comme le Palais du Recteur ou le monastère des Franciscains sont incontournables, la meilleure façon de découvrir la cité médiévale est de se balader au gré de ses envies sans suivre d’itinéraire tout tracé.

Autre activité phare de Dubrovnik : le tour des remparts qui offre une superbe vue sur la côte, la ville et le vieux port.

Les amateurs d’authenticité dans ce haut lieu touristique poursuivront leur promenade jusqu’à la jetée du vieux port, terrain de jeu des enfants de la ville qui plongent bruyamment dans l’eau sous le regard amusé de leurs aînés, un journal à la main. La dolce vita à la croate !

09:00 Publié dans Escapade | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.