Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

01/08/2015

Savoir parfois un peu souffrir pour mincir

14_05_43_374318580_Reporters_17410938.jpgDe plus en plus vaste et variée est aujourd’hui la carte des traitements anti-cellulite. Parmi eux, un système de thérapie mésodermique transcutanée.

Entretien : Laurence Dardenne


Printemps, été, automne, hiver… il n’y a finalement pas de saison pour prendre de bonnes résolutions et se lancer à l’attaque des capitons. Dans la vaste panoplie des propositions (qui ne sont pas toujours des solutions) de méthodes anti-cellulite, nous avons voulu en savoir davantage sur le processus anti-cellulite des laboratoires Mesoestetic.

Dans une élégante demeure située à quelques pas des étangs d’Ixelles, l’Anti Aging Center propose, entre autres, nombreux soins en tous genres, ce traitement cosméceutique qui s’apparente à de la mésothérapie sans aiguille. Explications avec la directrice du centre, Fanny Bretagnon.

Quel est le principe d’action du TMT anticellulite système de Mesoestetic ?

Il s’agit d’un système de thérapie mésodermique transcutanée au moyen d’un appareil innovant basé sur la technologie d’électrophoroporation combinée à celle de l’électrophorèse. L’électroporation permet d’exposer les cellules à quelques impulsions courtes et intenses afin d’augmenter la perméabilité de la membrane cellulaire tandis que l’électrophorèse consiste à faire pénétrer les produits dans la peau en utilisant un courant électrique. En appliquant sur la peau un pôle de même polarité que la charge de la substance, l’électro-répulsion est provoquée, ce qui permet la pénétration des principes actifs. Le but est, en effet, d’atteindre, au moyen de l’application de micro-impulsions, la pénétration massive de principes actifs à un niveau de la peau (sans la nécessité d’aiguilles), où se trouvent les mécanismes réparateurs du corps.

Quels sont plus précisément ces principes actifs ?

Le laboratoire Mesoestetic® a mis au point des formules médicales concentrées dédiées à l’esthétique pour optimiser les résultats de la première session. Il s’agit de substances que l’on retrouve en mésothérapie médicale : la caféine, le Ginko biloba, la vigne rouge, l’artichaut, ainsi que le Silicium organique, la L-Carnitine, un complexe d’extraits végétaux lipolytiques…

Avant d’entamer le traitement, un bilan est réalisé. En quoi consiste-t-il et quel en est le but ?

Il existe une dizaine de typologies cellulitiques différentes, chacune reliée à des causalités et origines très spécifiques. Nous nous devons d’analyser au plus près l’environnement alimentaire, social et psychologique de nos clientes afin de ne pas passer à côté des contre-indications ou d’éventuelles pathologies qui rendraient nuls nos protocoles proposés. Nous procédons à deux bilans spécifiques : un bilan oligodermique qui permet de préciser les éventuelles carences alimentaires et les rééquilibrages à effectuer, et un bilan IMC (Indice de masse corporelle) pour analyser de façon précise les différenciations entre la masse musculaire, hydrique et graisseuse.

Pourquoi est-il important d’associer au traitement des compléments alimentaires ?

Car la beauté se gère aussi bien en exogène qu’en endogène…</reponse><question>Pour quels types de cellulite, ce traitement est-il particulièrement indiqué ?</question><reponse>Pour plusieurs types de cellulite : compacte, flasque, aqueuse… Selon les cas, des protocoles adaptés sont proposés avec les produits associés.

À qui convient mieux le traitement avec appareil et qui dirige-t-on plutôt vers le traitement manuel ?

Il convient aux femmes qui ont peur des aiguilles et qui veulent un traitement non invasif (NdlR : disons “moins invasif”).  Le traitement manuel, lui, s’adresse aux femmes dont les contre-indications classiques dispensent d’un traitement lypolitique avec des agents techniques externes (port de pacemaker, dérèglement hormonal…)

Quelles sont vos promesses de résultats ?

Uniquement celles avancées par le Laboratoire Mesoestetic; une combinaison de traitements dynamiques pour combattre de façon différenciée les multiples causes de la cellulite. Il agit sur trois fronts différents en stoppant le processus de formation de la cellulite et en prévenant sa réapparition. Le nombre de séances varie en fonction du tissu cellulitique à travailler.

Certaines femmes ne répondent-elles pas du tout à cette méthode ?

Bien sûr, dès lors que l’on observe un déséquilibre hydrique et cyclique, essentiellement dû à un constat de fonte musculaire, ou un déséquilibre nerveux entraînant un blocage voire parfois un verrouillage à triples tours des récepteurs alpha.

Quelles sont les contre-indications et pour quelles raisons ? Les éventuels effets secondaires ?

Il s’agit de contre-indications classiques : grossesse en cours, port d’un pacemaker, infarctus récent (moins de 6 mois), cancer récent (moins de 6 mois), insuffisance rénale grave (dialyse), hypertension artérielle non traitée, problèmes endocriniens non traités, troubles majeurs de la circulation sanguine (traitement anti coagulant), IMC supérieur à 32 (pour les IMC supérieur à 28, nous conseillons fortement de commencer par un rééquilibrage alimentaire).

Avons-nous suffisamment de recul pour être assuré de l’innocuité du procédé, en l’occurrence l’électrophorèse et l’électroporation ?

Le laboratoire médical Mesoestetic nous a offert toutes les garanties en publications scientifiques (sources PUB MED).

Quel est le budget minimum à prévoir pour un résultat visible et satisfaisant ?

Bien évidemment, chaque cas étant unique, il conviendra de faire un devis personnalisable et, bien sûr, voir les différentes typologies cellulitiques. Mais il faut partir sur un minimum de 3 à 15 voire 20 séances en fonction des objectifs à atteindre. Par exemple, si la cliente souhaite, après son programme anti cellulite, suivre un programme anti flaccidité… Les prix vont de 90 à 180 euros la séance (30 à 45 minutes), en fonction des protocoles prescrits.

 

Quelles sensations sur la table ?

Le meilleur moment du traitement TMT de Mesoestetic est vraisemblablement le passage dans le “sas de décompression”. Car il faut reconnaître que dans cette magnifique maison de maître ixelloise, qui abrite l’Anti aging center, l’accueil est à la hauteur. Avant de passer sur la table de traitement, qui se situe dans l’une des cabines à l’étage, on est accueilli dans un très joli et vaste salon où l’on nous présente la carte des thés raffinés et autres boissons souvent “santé”, ainsi qu’un assortiment de verrines concoctées dans le même esprit. Cela, pour décompresser entre les embouteillages ou le boulot et la séance de traitement qui s’annonce.

Un moment de détente ? Pas vraiment, suite à notre expérience. Pour être honnête, la méthode qui implique le passage d’un courant électrique confirme, en effet, les quelques appréhensions de départ. Certes, Betty, l’esthéticienne qui maîtrise manifestement sa matière, adapte l’intensité en fonction des clientes, s’assurant que “cela reste bien confortable” car “ce ne doit pas être une séance de torture.”

Il n’empêche que les picotements ressentis au niveau des poignets ainsi que des zones traitées n’est pas une partie de plaisir. Mais l’on se dit qu’il faut parfois un peu souffrir pour mincir. Ainsi, sans aller jusqu’à se comparer au condamné sur sa chaise électrique, on décompte quand même plutôt les vingt minutes qui nous séparent de la fin de la séance. Nettement plus agréable, mais adapté à certains types de cellulite, reste, à notre humble avis, la méthode manuelle du palper rouler avec les principes actifs identiques. “C’est une question de goût personnel et de sensibilité individuelle, le seuil de tolérance à la douleur étant propre à chacun”, nous fait très justement remarquer Betty.

Mais le plus important dans cette expérience n’est-il finalement pas les résultats ? Qu’en est-il en l’occurrence après avoir testé une dizaine de séances, sachant qu’un rééquilibrage alimentaire a été scrupuleusement observé, que les crèmes anticellulite recommandées ont été tout aussi religieusement appliquées et les compléments alimentaires drainants prescrits, également pris. En toute franchise une fois encore, si une amorce de résultat a bel et bien commencé à se faire voir au niveau de l’aspect peau d’orange et si, sans doute aussi en raison des mesures complémentaires mises en œuvre, un léger amincissement (confirmé par une petite perte de poids sur la balance) a été enregistré, on ne peut pas dire qu’au bout des dix séances prévues au programme, le résultat sur les cuisses était franchement “waow !”.

Aurait-il fallu 12, 15, 20 séances (et donc un budget conséquent) pour un résultat vraiment convaincant ? Le processus enclenché n’a-t-il pas eu le temps de pouvoir aboutir ? Nous ne le saurons jamais. Quoi qu’il en soit, quelques semaines après la fin du traitement, ce fut un peu "retour à la case départ”.  Cela dit, en sachant qu’un cas n’est pas l’autre : que donc 10 séances, voire moins, peuvent donner des résultats chez l’une alors que peut-être 20 ne suffiront pas chez l’autre.

15:22 Publié dans Bien Être | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.