Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

14/08/2015

"Connais-toi toi-même" disent, de concert, Socrate et la make-up artist

la libre,momento,tendances,make-up,conseils,maquillageNotre société invite à donner une image de soi maîtrisée qui flirte bien souvent avec l’idée de perfection.  Certes, mais comment faire pour être au mieux avec son image à soi ? Réponse avec Anouchka de Bellefroid.

Rencontre: Aurore Vaucelle


LA MODE EST DEVENUE UN ENJEU de société. Savoir parler est aussi important que savoir se parer. Et quant au visage que l’on donne à voir aux autres, il est celui sur lequel chacun lit qualités et défauts, faiblesse, ou jeunesse d’esprit. Un visage avenant est aujourd’hui, presque, un passeport pour être bien intégré. Qui n’a pas déjà entendu la remarque insupportable “Tu as l’air fatiguée ce matin”, qui tient presque du jugement social et qui, pour un peu, mettrait en cause votre productivité.

Bref, le maquillage est une de ces manières, pour les femmes, de parer à la critique, puisque, il n’y a pas à mégoter, à notre époque, avoir bonne mine, c’est bien utile. C’est même devenu un credo – comme avoir l’air jeune et bronzé.
 
Précisément, on est allé à la rencontre de quelqu’un qui proposait de nous aider à nous parer d’“un petit costume”, comme elle le dit joliment. Anouchka de Bellefroid est make-up artist, mais, plus que cela, elle prend le temps de regarder les femmes dans les yeux. Sans prétention aucune, elle apprend à ces femmes à mieux se connaître. Et, par extension, à mieux s’accepter – ce qui est intéressant, car c’est galvanisant. On est donc allé en quête des qualités qui émanent de notre faciès, pour les exploiter.
 
Soit on rougit, soit on a l’air fatigué
Comme dirait Clint Eastwood dans “Le bon, la brute et le truand”, le monde se divise en deux catégories : celles qui ont tendance à rougir, et celles qui ont tendance à avoir des cernes... C’est ainsi  : soit on a la peau rosée soit on a la peau à tendance dorée. Pour l’un et l’autre de ces états épidermiques, on n’aime vraiment pas être jugé, donc comment procéder  ? Comment cacher ses cernes ou bien ses pommettes allumées par l’émotion  ?
 
Après s’être installée devant son piano de couleurs, Anouchka glisse, pinceau à la main, vers notre cobaye n°1. Se rapproche, et rassure. Ne t’inquiète pas, si je suis comme sur tes genoux, c’est normal...
 
Gérer le diktat de la bonne mine
Pas de doute, la visagiste qu’elle est va nous voir de tout près. Va-t-elle même voir à l’interieur de nous ? Pas du tout. Discrète, elle entame la séance, s’interroge sur nos goûts profonds mais tout de suite nous évite de tomber dans les travers et autres lieux communs concernant l’image de soi. “Ce qui est terrible, à notre époque, c’est d’être obnubilé par la bonne mine qu’on veut avoir en toute circonstance. Et pour cela, les femmes ont tendance à se ruiner le teint”, en se recouvrant de fond de teint par exemple, “c’est l’erreur la plus fréquemment commise”. Elle ajoute d’un ton bienveillant : “Il s’agit d’ouvrir son regard à la nouveauté. Les femmes aiment beaucoup avoir le teint bronzé. Certes, mais je leur dis que l’éclat est plus important que le bronzage et ce n’est pas pour autant que je vais les transformer en blanchette geisha. Le teint, à partir du moment où il est lumineux, apporte de la jeunesse, alors que, Mesdames, sachez-le, le bronzage accuse les traits du visage.” Elle donne un exemple tout en continuant à poser, en des gestes graciles, la poudre toute fine sur les joues de Mademoiselle M. : “Quand on revient de vacances, on est hâlé, reposé, alors le bronzage n’est pas feint mais quand, en hiver, on est un peu pâlotte avec un rhume, si on veut se maquiller bronzée, on ressort orange. L’erreur fatale, par exemple, c’est de se tartiner toute la face avec une crème bronzante qui accuse tous les traits du visage... Le meilleur maquillage, c’est fraîcheur, éclat et lumière.” Bon : on jette son autobronzant en rentrant.
 
Sortir de l’idée de maîtrise
Au détour d’un pinceau, on en profite aussi pour lui demander ce qu’elle pense du maquillage permanent, de ces femmes qui décident de se faire dessiner à vie un trait d’eyeliner ou un rouge à lèvres aguicheur ? “Des femmes veulent avoir ce sentiment d’être nickel au saut du lit. Mais c’est encore une affaire de ressenti. On touche à la notion de perception de soi.” Et de préciser qu’elle n’est pas la magicienne moderne des femmes de notre époque. “J’insiste sur une chose : je ne suis qu’une pâle inconnue, qui arrive avec un savoir-faire visage et maquillage ; je sais ce qui pourrait être sympa, certes, mais je ne dois jamais perdre de vue que ce que je propose, c’est surtout mon goût, d’une certaine maniere, et j’en ai conscience... Alors tout en écoutant ce que les femmes désirent, je les invite aussi à lâcher prise. À aimer ce qu’elles sont, quoi.
 
 
Quelles sont les bases du maquillage?
Les trois conseils qu'on a retenus
 
Comment choisir son fond de teint ?
Attention Mesdames, ce n’est pas quand on fait son teint que l’on colore sa peau. On s’explique. Ne choisissez jamais de fond de teint ou de CC cream (crème correctrice teintée) plus clairs ou plus foncés que votre pigmentation naturelle. Sinon, vous risquez d’avoir une petite tête maquillée, vissée sur un cou tout blanc. L’un des mantras d’Anouchka : “On ne doit pas voir que tu portes du maquillage, mais juste l’effet du maquillage.” Bref, si vous désirez colorer le teint, c’est au moment du blush, pas avant.
La base du maquillage ? Se démaquiller et hydrater sa peau… Et de bons pinceaux.
Pour obtenir un maquillage maîtrisé à la Anouchka, il faut maîtriser les bases, sinon on est fichu. On se démaquille propre et net le soir, l’eau micellaire fait bien le job. Et surtout, le matin avant le maquillage, on hydrate sa peau. Mais on attend un peu (15 minutes, c’est bien) avant de se maquiller, histoire que les principes actifs du maquillage ne soient pas aspirés par l’hydratation. Enfin, on ne se maquille pas au doigt. Un doigt est trop imprécis pour déposer la juste quantité de matière. L’idée, ce n’est pas de se peinturlurer, et puis personne n’a envie de vider la bouteille de démaquillant le soir. Donc, on applique CC cream ou fond de teint au pinceau plat, et on tamponne à l’éponge.
Point trop n’en faut. Pour un maquillage amusant, pourquoi ne pas oser ce mascara posé sur l’une de nos cobayes consentantes (cf. vidéo “Maquiller des yeux bruns” sur www.lalibre.be). Anouchka nous met en garde : “Ce genre de maquillage est à utiliser comme un accessoire de mode, on ne se maquille pas tous les jours ainsi, parce que sinon ça perd de son charme. Et alors, on y va en douceur, pas besoin d’avoir des paquets de bleu scintillant sur l’œil, le jour ou on a envie de sortir des sentiers battus. Il faut tout de même prendre un peu de temps pour poser le maquillage.”
 
 
Ph.: Johanna de Tessières

Les commentaires sont fermés.