Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/08/2015

Le château du grand argentier

La Libre, Momento, Vie de château, Burg-Reuland, châteauBurg-Reuland est une perle sur l’Our, jolie rivière qui file entre Fagnes et Eifel. Le village est charmant encore et riche en patrimoine.

Philippe Farcy


À L’EXTRÊME EST DU ROYAUME, sous les Fagnes et juste avant la frontière du Grand-Duché de Luxembourg, Reuland est la place forte de référence dans un univers boisé et vallonné qui ne semble jamais prendre fin. La grosse cité des environs demeure Saint-Vith. S’il n’y avait pas l’autoroute allant de Verviers à Prüm, la région resterait isolée comme au XVe siècle. Ce retrait d’un univers surpeuplé est évidemment la force d’une place qui n’a plus de puissance seigneuriale du temps du duché de Luxembourg, mais qui tire ses attraits de ses accidents géologiques et de son patrimoine bâti.
 
La vallée de l’Our est, en elle-même, un but de promenade, à pied ou à vélo. Sur ses presque quatre-vingt kilomètres, la rivière, qui fait penser à la Salm, ira se jeter dans la Sûre (et de là vers la Moselle et le Rhin), passe de plus de 600 mètres à moins de 200 mètres en servant de frontière, notamment entre le Luxembourg et l’Allemagne.
 
À Reuland, la rivière ne passe pas franchement aux pieds du castel, mais elle n’est pas loin. C’est un ruisseau nommé l’Ulf qui sert, ou plutôt servait, de défense face à des attaquants téméraires, car la bâtisse qui nous occupe est bien plantée aux sommets de quelques falaises de pierres. Ann Chevallier signalait jadis, dans “Le Grand Livre des Châteaux”, qu’une présence militaire et seigneuriale était déjà connue ici en 963. La famille des Reuland est citée, selon l’auteure, depuis 1128 au moins. Ensuite de quoi on vit arriver les Blanckenheim, famille originaire du duché de Juliers. Blanckenheim est un autre puissant château, édifié pas bien loin de Reuland, au sud de Montjoie, entre Schleiden (fief Arenberg) et Kerpen. À la suite des Blanckenheim, Reuland revint aux comtes de Luxembourg, dont Jean l’Aveugle (mort à Crécy en 1342), son fils Wenceslas  I (1337-1383), puis le neveu de ce dernier, Wenceslas  II (1361-1419). Celui-ci institua Edmond d’Engelsdorf comme sire de Reuland, avec charge de grand argentier du comté puis duché de Luxembourg et du comté de Chiny, acheté par son oncle en 1364. Les Pallant héritèrent ensuite de la seigneurie de Reuland et des charges d’argentiers.
 
Le site est donc remarquable et il n’y a que le chemin d’accès actuel qui n’ait pas respecté la qualité du domaine castral. À tel point que les fossés secs mais profonds, comme à Mielmont, ont été comblés, permettant l’édification dans les années soixante et septante de quelques villas sans reflet qui gâchent l’accès à la cour principale. Il semble qu’il y ait eu un mur d’enceinte complémentaire pour protéger le castel, mais il n’en reste rien. Le classement est juste venu trop tard, le 7 mars 1980, pour éviter les constructions récentes presque collées aux murailles. La belle église Saint-Etienne fut classée le 21 décembre 1988; on y voit le tombeau en marbre noir, sans doute de Theux, qui abrite le dernier seigneur de la famille des Pallant, Balthasar, baron de Pallandt comme écrit sur le tombeau, décédé en 1625, et son épouse née Elisabeth de Millendonck, dame de “Drachgefelt”, décédée en 1614. Reuland arriva alors au Berg ou Berghes selon les sources. Ces seigneurs gardèrent Reuland jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.
 
Plusieurs belles demeures sont également classées sur l’entité, dont le château de Oberhausen, protégé depuis 1992, que nous n’avons pas vu (peut-être est-ce l’hôtel local), et le petit château de Bracht. C’est en ce dernier que les ultimes sires de Reuland (Georges-François de Montigny notamment, sire de Dasburg et de Thommen) vinrent résider à partir de 1782-1785. Il faut dire que le château de Reuland avait été détruit par les armées de Louis XV en 1759. Lors de la Révolution française, le bien fut vendu en l’état de ruine déjà avec le destin présumé de devenir une carrière de pierre. Il n’en fut rien, heureusement.
 
Le site du château de Burg-Reuland est remarquable par sa conservation et sa taille. Les sources évoquent une dimension de 65 x 55 mètres de côtés et, de cet édifice jadis puissant, il reste de très beaux pans de murs et des édicules qui lui donnent du caractère. Les parois sont érigées en moellons mais surtout en dalles de grès ou de schiste gréseux selon les endroits. Il reste cinq tours engagées et presque toutes circulaires. Une seule, située au Sud-Ouest, pointe encore fièrement vers le ciel.
Visites libres toute l’année. La commune est propriétaire du domaine.
 
Infos : rue du Château, 25 4790 Burg-Reuland – Saint-Vith Tél. : 080/420046 ou 080/329712.
 
 
Ph.: Ph. Fy.

Les commentaires sont fermés.