Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/08/2015

Le Concours Mondial de Bruxelles fait halte en Chine

La Libre, Momento, Papilles, spiritueux, concours mondial de Bruxelles, Chine, Spirits Sélection, Guiyang, baijiuAprès Taïwan en 2013 et le Brésil en 2014, l’édition 2015 de la Spirits Sélection du Concours Mondial de Bruxelles s’est tenue cette année en Chine, à Guiyang, les 26, 27 et 28 août.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


GUIYANG EST UNE “PETITE VILLE” de 5 millions d’habitants, située dans le sud-ouest de la Chine, dans la province de Guizhou. Elle est l’un des épicentres de la production de baijiu. La région abrite de nombreuses distilleries, dont Kweichow Moutai. Au total, 1 395 spiritueux en provenance de 44 pays producteurs se sont affrontés lors de la Spirits Sélection 2015. Les meilleurs dégustateurs du monde entier, Master Blenders, acheteurs, importateurs, journalistes et écrivains de l’univers des spiritueux – en tout, 83 dégustateurs de spiritueux de 23 nationalités – ont planché trois jours durant pour évaluer l’ensemble des échantillons présentés. L’engouement des consommateurs pour les spiritueux premium n’a jamais été aussi fort. Pour s’en rendre compte, il suffit d’observer l’explosion de nouvelles marques de gin, de whisky ou de rhum. Parmi ces innombrables références de spiritueux en provenance des quatre coins du monde, il n’est pas toujours facile de faire son choix. Le consommateur peut s’en remettre à l’expertise des dégustateurs du Concours Mondial de Bruxelles qui n’ont primé que 30 % des spiritueux participant à la compétition. La médaille apposée sur les bouteilles est une réelle garantie de qualité.
 
Mais pourquoi les organisateurs ont-ils choisi la Chine ? D’une part, la demande chinoise de spiritueux importés explose, et l’industrie des spiritueux s’accorde pour dire que la Chine sera le plus grand marché au monde pour les spiritueux. La consommation d’alcool par habitant est en forte augmentation, et la croissance du marché des spiritueux devance celle de l’économie et de la démographie. Une nouvelle classe moyenne surgit, jeune, urbanisée, qui adopte les codes occidentaux. La Chine connaît une énorme croissance de sa classe moyenne. Selon Ernst & Young, plus de 220 millions de foyers auront un revenu annuel compris entre 10 000 et 30 000 dollars américains, et plus de 80 millions, un revenu annuel dépassant les 35 000 dollars US, et ce dans moins de 10 ans. C’est donc un marché qui intéresse énormément les producteurs de spiritueux occidentaux, chacun espérant prendre une part du gâteau.
 
D’autre part, les pays asiatiques sont de gros producteurs de spiritueux et de vins de céréales. Sur les 200 marques de spiritueux “millionnaires” en terme de caisses vendues, de nombreuses marques sont indiennes, japonaises, chinoises, coréennes, indonésiennes… Grâce à un afflux constant de nouveaux jeunes consommateurs, le développement de ces marques est fulgurant.
 
La première marque d’alcool au monde est coréenne, il s’agit du soju “Jinro” – 66 millions de caisses de 9 litres  ! La première marque de whisky est indienne, “Officer’s Choice”, avec près de 24 millions de caisses vendues, les premières marques de brandy et de gin sont toutes deux philippines “Emperador” et “Ginebra San Miguel”. Distribuées essentiellement au niveau régional, toutes ces marques, en quête de notoriété mondiale, cherchent à diversifier leurs marchés.
 
Le baijiu chinois est de loin la première catégorie de spiritueux au monde, il est donc tout naturel que la Spirits Sélection du Concours Mondial de Bruxelles s’y intéresse. Et quoi de mieux que de se rendre sur place pour découvrir cet univers culturel et aromatique.
 
Le baijiu est aussi l’alcool le plus populaire en Chine (avec les vins de riz) mais sa consommation est essentiellement nationale. En 2013, la production de baijiu a atteint 123 millions d’hectolitres, soit près de 40  % de la production mondiale de spiritueux. Le Concours Mondial de Bruxelles est parvenu à réunir plus de 500 échantillons de baijiu pour cette édition. Les rhums formaient la seconde catégorie de spiritueux la mieux représentée au concours. Qu’il soit blanc, ambré, vieilli en fût, épicé ou millésimé, le rhum a le vent en poupe. Chaque année, 536 tonnes de rhum, soit 17 litres par seconde, seraient bues dans le monde. L’effervescence pour la culture des cocktails contribue également au succès des rhums, incontournables pour la préparation des mythiques mojito, cuba libre et daïquiri. À noter également à côté des rhums originaires de la Martinique, Guadeloupe, Réunion, île Maurice, Madère, Brésil, etc., la première participation de rhums originaires du Bas-Congo, de Thaïlande et d’Inde. La présence massive de gins reflète la santé insolente de ce distillé qui, il y a à peine 15 ans, était sur une pente déclinante. Preuve que la production de whisky qualitatif n’est plus réservée à l’Écosse, les membres du jury ont pu découvrir l’expression des whiskies belges, français, irlandais ou indiens.
 
La liste des spiritueux médaillés sera disponible le 9 septembre sur le site du concours : www.spiritsselection.com
 
 
Ph.: B.H.

Les commentaires sont fermés.