Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/08/2015

Mais où Don Quichotte est-il né?

la libre,momento,escapade,don quichotte,la mancha,espagneLe long des deux mille kilomètres de route qu’a empruntés l’ingénieux Hidalgo, c’est la Don Quichotte mania. De quoi prendre les auberges pour des châteaux, les marionnettes pour des Maures, les paysannes pour des nobles dames…

Enquête: Thierry Delgaudinne


CAMPO DE CRIPTANA, un midi de printemps, une question nous taraude : “Où Don Quichotte est-il né  ?” Pas à Campo de Criptana, où les maisons sont soulevées par une sorte d’amphithéâtre naturel, et où aujourd’hui dix moulins couronnent la vue. C’est tout féerique, d’autant qu’on croit entendre une voix : “Regarde, ami  ! Voilà devant nous au moins trente démesurés géants, auxquels je pense livrer bataille et ôter la vie à tous tant qu’ils sont…”
 
Là, vous avouerez, il y a de quoi douter ! Il en était déjà ainsi à notre arrivée quelques heures auparavant à Tolède, où Cervantès aurait trouvé, il y a quatre siècles, un manuscrit. Donc pas à Tolède et encore moins à El Toboso, la cité de l’héroïne de Cervantès. Là où, pour la première fois, la voix s’est manifestée : “À quel diable de palais faut-il vous conduire… celui où j’ai vu Sa grandeur n’était qu’une très petite maison.”
 
À El Toboso, Dulcinée ouvre le chemin entre les rues où l’on remarque des inscriptions reprenant des passages du roman pour arriver à la maison qui fut sienne, une ancienne construction rurale typique de la Manche. Ici, tout évoque Cervantès. La place où se trouve l’église San Antonio Abad est ornée d’un groupe en métal représentant le chevalier et la dame de ses pensées. Sur cette même place, on peut visiter le Museo Cervantino. Là sont exposées pas loin de mille éditions de Don Quichotte. Certaines dédicacées par les grands de ce monde  : Castro, Mitterrand, Franco… Des personnages qui étaient loin d’être des rêveurs pourtant.
 
La prison de Cervantès
La tradition raconte que c’est à Argamasilla, où Cervantès était prisonnier, qu’il imagina et commença à rédiger son œuvre : “Que pouvait engendrer un esprit stérile et peu cultivé comme le mien, sinon l’histoire d’un fils sec, maigre, jauni, fantasque, plein de pensées étranges et que nul autre n’avait conçues, tel enfin qu’il ne pouvait s’engendrer dans une prison ?”
 
Mais continuons notre voyage. Quand ce n’est pas Dulcinée ou Sancho, c’est évidemment Don Quichotte, assis sur son cheval Rossinante, qui nous indique le chemin. Il en est ainsi dans toute la Manche. Après tout, s’il y a quelqu’un qui universalisa le nom de la Manche, c’est bien Don Quichotte.
Là, nous sommes à Puerto Lapice, un lieu mentionné au moins à quatre reprises dans le roman et où, vu le nombre d’auberges, nous allons nous restaurer : “Il s’approcha de l’hôtellerie, qu’il prenait pour un château, et à quelque distance, il retint la bride à Rossinante…”
 
Et si c’était à Alcala de Henares ? Bien sûr que non, c’est Cervantès qui est né dans la capitale des lettres. Bref, vouloir trouver le lieu de naissance de Don Quichotte relève de la Don Quichotte mania.
 
 
Un dimanche matin à Alcala de Henares
Alcala de Henares est connue pour son université, fondée en 1499 par le cardinal Cisneros, mais après avoir langui depuis le XVIIIe siècle, sa suppression fut décrétée en 1836 et elle fut transportée à Madrid où elle s’appela Université Centrale. Elle ressurgit avec ses statuts actuels en 1977, lors de la décentralisation universitaire et à l’occasion de la constitution d’une université en tant que telle, ce qui reconvertit la ville comme ville universitaire.
C’est dans cette ville qu’est né Cervantès. Une petite ville, pleine de charme, qui n’a rien à envier à Tolède. Plus familiale, moins austère, les gens vivent dans la rue. Certes, pas trop tôt
le matin, il faut récupérer de la soirée qui s’est terminée durant la nuit par des danses de flamenco.
Mais ce dimanche matin, on croise des papas et des mamans, qui se rendent à la messe dominicale. Certaines dames, tirelire à la main, collectent pour une bonne œuvre. Tout ça, sous l’œil bienveillant des statues d’Isabelle la catholique et de sa fille Catherine d’Aragon. La mère finança l’expédition de Christophe Colomb. Ainsi, en 1492, l’explorateur découvrait les Indes occidentales au nom de la couronne de Castille. La fille épousa le roi Henri VIII qui la répudia quelques années plus tard.
Le riche patrimoine monumental d’Alcala de Henares, formé d’églises, de couvents et de dépendances universitaires, nous rapproche de la vie en Castille durant le siècle d’or de l’Espagne.
Autres curiosités de la cité, les cigognes, les cent onze couples de cigognes : “Dans les années 80, nous avons commencé à protéger une trentaine de couples, explique un guide. Nous avons même favorisé leur installation. En été, nous compterons sur la ville et les environs entre quatre et cinq cents cigognes. La migration a changé beaucoup. Maintenant, les vieux couples restent ici.”
 
 
La cité des trois cultures
"La ville de Tolède est un labyrinthe d’histoire vive et partagée, raconte Nicole Lefevere, de l’Office espagnol du tourisme. Une ville qui a quelque chose d’important à apporter aux problèmes actuels et universels de convivialité et de paix : son héritage historique de coexistence et tolérance des trois cultures – la juive, la chrétienne et la musulmane. Tous les styles architecturaux et toutes les cultures ont laissé des exemples singuliers de leur présence à Tolède.”
Tolède atteignit sa plus grande splendeur au XVIe siècle. L’unique institution importante qui resta dans la ville fut l’église, car Tolède atteignit le statut de “deuxième Rome”. Et c’est dans cette ambiance qu’El Greco produisit ses meilleurs tableaux, valorisés de manière très singulière par les avant-gardistes artistiques contemporains.
 
 
Le Corral d’Almagro
Almagro se situe à deux cents kilomètres de Madrid. Classée site historique, la ville propose le festival international de théâtre classique, véritable référence dans le panorama culturel de l’Espagne. En été, certains de ses espaces, comme le Corral de comedias, accueillent des représentations de Cervantès mais aussi de Shakespeare ou Molière.
Les Corrales sont les premiers théâtres construits en Espagne, à partir du XVI siècle.
Le Corral d’Almagro est l’un des seuls conservés en Espagne. La première représentation date de 1629.
 
 
En chemin, un parc naturel
Durant les mois d’été, Ruidera accueille bon nombre de vacanciers, pour une visite du Parc Naturel des lagunes de Ruidera. Il s’agit d’un spectacle curieux car, au milieu des terres arides, on remarque un verger avec dix-sept lagunes qui constituent un chapelet, s’enchaînant les unes avec les autres formant ce Parc Naturel d’une beauté toute singulière.
Ces lagunes, petites mers de la Manche, aux couleurs incroyables, bleu clair, émeraude, bleu profond, vert laiteux, sont à cheval sur les provinces de Ciudad Real et Albacete.
 
 
Ph.: Th. Delgaudinne

Les commentaires sont fermés.