Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

12/09/2015

Barcelone vs. Madrid, quelle "ciudad" l’emportera  ?

la libre,momento,escapade,espagne,voyage,city-trip,barcelone,madrid,choix,match,choisirDu haut de ses 1,6 million d’habitants, Barcelone est la 2e ville de la péninsule ibérique. Madrid, la Capitale, affiche plus du double au compteur. Mais question tourisme, les rôles sont inversés : quelque 8 millions à la grosse louche pour la première, 5 millions pour la seconde. Une préférence justifiée ? Nous avons tenu, en toute subjectivité, le compte des “pros” et des” cons”, à vous de faire votre choix…

Arbitrage: Frédérique Masquelier


Barcelone

On aime beaucoup Gaudí
La Casa Batlló, la Casa Milà, la Casa Vicens, la Sagrada Família, le Park Güell… Comment ne pas être émerveillé et conquis par l’architecture onirique d’Antoni Gaudí, figure incontournable de l’Art
Nouveau catalan ? Et pour cause, sept de ses réalisations ont été classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Cela vaut bien le déplacement. Quant au prix d’entrée, qui flambe un peu plus chaque année,
on en est moins sûr…
 
On aime moins la plage
C’est sûr, la mer est belle et bleue. Et oui, c’est toujours un plus pour une ville de s’enorgueillir d’être côtière. Mais la plage, soyons honnête, ne casse pas trois pattes à un “pato”. Trop de monde; pas de sable mais de vilains graviers; des mouettes grossières; des marchands racoleurs… Serait-ce de la jalousie ?
Il faut bien reconnaître qu’on les envie, ces Barcelonais, de pouvoir flâner le long de la Barceloneta après une journée de boulot.
 
On aime les espaces verts
Ce ne sont pas tant les parcs qui ont retenu notre attention – exception faite de celui de la Cuitadella, l’un des plus grands de la ville, créé à l’occasion de l’Exposition universelle de 1888 – mais plutôt les collines environnantes. Comme le Montjuïc (son castell, son téléphérique, la Fundació Miró, mais aussi les installations des J.O. de 92) ou la haute Tibidabo, culminant à 512 m (son parc d’attraction vintage et la vue à 360° depuis l’église du Sagrat Cor et les orteils de son Christ majestueux).
 
On aime la vie nocturne
C’est l’activité touristique par excellence, en témoignent les défilés de jeunes gens en rut venant y enterrer leur célibat, comme d’équipées de filles en couronnes de fleurs y fêtant un anniversaire. D’aucuns assurent que la vie nocturne barcelonaise est l’une des plus développées d’Europe… voire du monde. On a, en tout cas, testé et approuvé les concerts dans les ruelles du Barri Gòtic et les cocktails sur les plus hautes terrasses de la ville.
 
On aime le shopping
L’artère commerçante par excellence est le Passeig de Gràcia, qui part de la Plaça de Catalunya au quartier éponyme. Les fashionistas y trouveront toutes les grandes chaînes, y compris quelques enseignes plus… chics. Les quartiers Gràcia et du Raval feront le bonheur des aficionados du vintage et des styles rétro, alternatif et bohème. Quid des petites boutiques originales ? Elles peuplent le Passeig del Born est ses ruelles environnantes.
 
On aime moins les Barcelonais
Disons que l’on est partagé. Le fait que la ville soit la capitale de la Catalogne et que le catalan y soit parlé, à tout le moins compris, par la quasi-totalité de ses habitants est passionnant à bien des égards. La culture catalane est riche et s’exprime sous de multiples formes à Barcelone. Toutefois, le caractère pas toujours très affable des Barcelonais les rend souvent aussi attachants que les Parisiens… A bon entendeur…
 
On aime moins les marchés
C’est indéniable, le marché couvert de La Boquería, planté sous sa structure de verre et d’acier Art Nouveau, le long de la Rambla de Sant Josep, est alléchant… quand on parvient à y entrer un orteil, ou mieux, à s’y frayer un chemin entre les étals. Mais c’est le plus touristique, et les Barcelonais de souche pointeront d’autres adresses plus tranquilles, que l’on ne demande pas mieux de découvrir. Autres joyeusetés, les marchés d’art, aux puces (Mercat Dels Encants) ou aux fleurs (Mercat de la Concepcio).
 
On aime le football
Bon, en vrai, on n’aime pas. Mais on imagine qu’une frange importante des inconditionnels de Barcelone l’est tout autant du Real… Oups, pardon, du FC Barcelona. Pour s’en convaincre, on a observé les pèlerinages émus des accros au ballon rond à destination du Camp Nou, le célèbre stade du club barcelonais. On a aussi étudié, avec plus de circonspection, le flot incessant de supporters faisant leur shopping dans les boutiques estampillées.
 
 
la libre,momento,escapade,espagne,voyage,city-trip,barcelone,madrid,choix,match,choisirMadrid
 
On aime les beaux monuments
Du haut de son statut de 1re ville du pays depuis 1561, Madrid a été dotée, au fil des siècles, de nombre de bâtiments d’apparat, qu’ils soient royaux (on a aimé la visite guidée du Palais), administratifs, culturels, économiques ou industriels. Ainsi, par exemple, des immeubles Art Nouveau et Art Déco bordant la Gran Via, hôtels, cinémas et autres réaffectations d’anciens sièges sociaux d’entreprises au look de New York ou Chicago. Ainsi, aussi, de l’imposant et néogothique Palacio de Comunicaciones (poste et télégraphie).
 
On aime le Madrid Río
Ce n’est pas la mer, mais qu’est-ce que c’est beau ! Il est loin le temps où le Manzanares était noyé au milieu du périphérique. En 2006, l’autoroute est enterrée, et les rives du fleuve, aménagées. Le résultat, Madrid Río, est bluffant : une promenade piétonne de 42 km reliée à un réseau de pistes cyclables entourant la ville, le tout agrémenté d’espaces verts et de jeux d’eau. Passés les 33 ponts et passerelles qui enjambent le fleuve, on arrive au Matadero, abattoir désaffecté reconverti en centre culturel. On a-dore !
 
On aime les marchés
Les plus chouettes ont bien évidemment été repérés depuis belle lurette par les touristes gourmets. Mais il est encore possible de s’y aventurer sans trop jouer des coudes; et, luxe suprême pour le voyageur en quête d’authentique, d’y observer des autochtones s’empiffrer de tapas entre deux rasades de “vino”. On recommande le Mercado de San Miguel, et, pour ceux qui ont faim de trésors non comestibles, El Rastro et ses antiquités, fripes et autres trouvailles.
 
On aime la vie nocturne
La fête a un nom à Madrid : la Movida. Certes, à l’origine, en 80-90, le terme s’appliquait à la vague culturelle et créatrice partie de la Capitale à la mort du général Franco pour submerger toute l’Espagne; dont l’un des chantres n’est autre que Pedro Almodóvar. Si la marée est aujourd’hui redescendue, il en subsiste un grain de folie, ramené à la surface lors des nuits madrilènes et leur liberté débridée… Nos “consejos” : les quartiers de La Latina, Sol, La Malasaña, de Chueca, de Lavapies…
 
On aime beaucoup les musées
Et comment en serait-il autrement ? Madrid se targue d’abriter une grappe de musées mondialement reconnus, abritant moult chefs-d’œuvre : le Prado bien sûr, mais aussi le Museo Thyssen-Bornemisza, la CaixaForum, le Museo Centro de Arte Reina Sofía, le Museo Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, le Museo Cerralbo, le Museo Lázaro Galdiano, le Museo Sorolla… De quoi s’occuper des journées entières…
 
On aime le shopping
Paradis des adeptes du lèche-vitrines, Madrid offre de quoi satisfaire tous les goûts et toutes les bourses…
Les grandes chaînes – ouvertes en soirée et le dimanche – essaiment autour de la Gran Vía, la Plaza Mayor et la Puerta del Sol, tandis que les amateurs de couture leur préféreront El Barrio de Salamanca. Les jeunes branchouillards et avant-gardistes convergeront, eux, vers les ruelles rayonnant autour de la Plaza de Chueca et des rues Fuencarral et Hortaleza.
 
On aime beaucoup les parcs
Point de collines, et donc de vues plongeantes, mais des parcs à la douce sérénité au cœur de la ville. Notre préféré ? Le Parque del Buen Retiro. Équipé d’un plan d’eau où l’on flâne en barque à la mode de Versailles, il abrite aussi le Palacio de Cristal, magnifique palais-verrière où sont organisées des expos, ainsi qu’un jardin à la française et des marchés divers. Autre parc à épingler, dans le prolongement du Templo de Debod (égyptien) : le Parque del Oeste, prélude boisé à Madrid Río.
 
On aime les Madrilènes
On s’est montré un tantinet persifleur en comparant les Barcelonais aux Parisiens. Continuons sur notre lancée en lançant quelques… fleurs aux Madrilènes, à qui l’on fait l’honneur d’être assimilés, dans la splendeur de notre mauvaise foi, aux… Bruxellois. Oui, ils habitent “la Capitale”, et oui, ils ont déjà vu débouler du touriste, mais cela ne les empêche pas de faire preuve, encore et toujours, de gentillesse. Un tempérament dans lequel on se reconnaît – hum, hum… – et que l’on applaudit des deux mains.
 
 
Ph.: F. Masquelier

Les commentaires sont fermés.