Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

13/09/2015

Le top du top selon Huawei

la libre,momento,pixels,huawei,smartphone,smartwatch,mate s, montre connectéeUn grand smartphone ultra-performant et une montre connectée qui ressemble… à une montre sont les deux fers de lance du groupe chinois pour faire mal à la concurrence.

Patrick Van Campenhout, à Shenzhen

DANS LES GRANDS magasins d’électronique de Hong Kong et de Shenzhen, la ville-champignon située au Nord de la presqu’île, le Mate S est le petit nouveau local, appelé à détrôner son grand frère, le P8. Il fait saliver les geeks qui envisagent, sans trop y croire, de se séparer de leur iPhone 6S ou 6 Plus pour revenir sur un produit plus… chinois. C’est que, dans les boutiques, c’est l’iPhone le roi, omniprésent, symbole de luxe technologique. Et dans les mains des Chinois qui attendent le bus, l’empruntent ou se baladent sur les avenues de cette ville industrielle, c’est clairement l’iPhone qui a la cote. Où que se pose le regard, il est là, tenu, les deux mains jointes, offrant à ses utilisateurs le contact constant avec les amis, la famille et l’info. Parce que si, ici, Facebook est hors-la-loi, les apps locales et les sites sociaux chauffent… comme en Europe ou aux États-Unis.
 
Reste que dans cette ville de geeks à la population très jeune, les atouts du dernier-né de Huawei font quand même rêver. Le modèle le plus évolué (celui équipé de 128 Go de mémoire vive) est équipé d’un capteur arrière de 13 megapixels et d’un double flash (bicolore), mais il est également capable de prendre des selfies de qualité grâce à son capteur de 8 megapixels assisté par une fonction soft flash. L’écran de 5,5 pouces est identique en taille à celui de l’iPhone 6 Plus. On est donc ici dans le segment des grands smartphones baptisés “phablets”, à quelques centimètres des petites tablettes. Inutile de songer à empocher une telle machine, même si, malgré toute la technologie embarquée, elle ne pèse qu’un bon 150 gr.
 
Ce grand écran amoled full HD est enfin équipé d’une nouveauté de… poids puisqu’il permet de mesurer l’intensité de la pression exercée sur lui grâce à la fonction Force Touch. A Berlin, au Salon Ifa qui s’est déroulé il y a quelques jours (avant la keynote d’Apple mercredi soir qui a montré pratiquement les mêmes nouveautés...) , la démonstration effectuée par Huawei a consisté à peser une orange. Mais on peut imaginer que les développeurs trouveront rapidement des centaines de nouvelles applications utilisant cette fonction. Dans le domaine de l’alimentation, mais aussi dans la reproduction d’instruments de musique, etc. Cette innovation n’est disponible que sur l’appareil le plus cher de la gamme (près de 800 euros).
 
Dernière nouveauté et non des moindres, le Mate S est équipé sur sa face arrière d’un lecteur d’empreintes digitales et d’une technologie (Fingerprint 2.0) dont Huawei assure qu’elle accélère considérablement la reconnaissance des empreintes enregistrées. Pratiquement, cette disposition permet une manipulation plus aisée que celle proposée sur les capteurs des iPhones et offre de plus des possibilités d’activation de fonctions spécifiques d’une pression du doigt à l’arrière de l’appareil, comme le défilement de photos, le double-clic ou l’effacement de données.
 
Dans le même ordre d’idée, Huawei a doté cet appareil d’une fonction complémentaire aux “swipe”, aux “clics”, aux “pinchs” et aux pressions : le “knuckle Control” (version 2.0). Cette fonction permet de commander l’appareil en utilisant l’articulation de l’index pour dessiner une forme (un C) et déclencher ainsi l’appareil photo ou la caméra.
 
Techniquement, l’appareil est animé par un processeur maison, un octacœur développé avec des partenaires chinois. Il est taillé dans un bloc d’aluminium de 7,2 à 2,65 mm d’épaisseur qui le fait ressembler au haut de gamme chinois et coréen du moment… Du costaud !
 
 
la libre,momento,pixels,huawei,smartphone,smartwatch,mate s, montre connectéeBack to classics !
 
Comme ses pairs, Huawei a décidé d’assortir son offre de smartphones haut de gamme d’une montre connectée déclinable en fonction de ses goûts et… de son portefeuille. Rien de neuf ici si ce n’est qu’au lieu du précédent modèle de montre baptisé TalkBand, très surprenant, dont le cadran détachable se transforme même en oreillette Bluetooth, Huawei a opté désormais pour un style de montre très classique, aux allures de montre suisse “normale”. Une montre aux allures de montre, en quelque sorte.
Premier prix  : 399 euros. Elle est animée par Android Wear, donc parfaitement compatible avec les smartphones de Huawei (et ceux de la concurrence) mais peut aussi être connectée à un iPhone… Autant dire que le marché est appelé à se développer. Ici aussi, Huawei vise les amateurs de grande qualité avec un boîtier inox et un écran amoled de 1,4 pouce protégé par un cristal de saphir – hyperrésistant qui n’est disponible chez Apple que sur les modèles les plus chers. Pour le solde, elle fait… ce que ses concurrentes font : capteur cardio, de mouvement, accéléromètre, contrôle vocal, affichage des appels, SMS, mails, navigation GPS et connectique audio Bluetooth. Tout cela est évident. Reste à faire un choix dans la gamme de couleurs et de bracelets. Gros avantage (ou défaut)  : le look n’indique pas qu’il s’agit d’une montre connectée…
 
 
Ph.: Huawei

Les commentaires sont fermés.