Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/09/2015

Heureuses dans le gravier ?

La Libre, Momento, Dehors, dehors, plantes, graviersLes allées, les cours et les parkings sont la plupart du temps recouverts de graviers. Beaucoup de plantes s’y ressèment. Pourquoi ne pas faire de cet inconvénient un atout  ?

Au jardin: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


TRÈS SOUVENT UTILISÉ COMME matériau de couverture, le gravier a de nombreux avantages. Il est un intermédiaire parfait entre les pavements en dur – brique, pierre, ciment – et l’herbe tendre. Il constitue une transition et est une surface décorative résistante aux intempéries, disponible dans différentes granulométries et diverses couleurs.
 
Relativement commode à mettre en place, très pratique dans les petits jardins, il y remplace souvent avantageusement le gazon, bref un incontournable.
 
Un seul bémol, après quelques années, il se laisse coloniser facilement par les herbes folles. En effet, espace semi-poreux, terre et poussière s’y accumulent. Il forme alors un lieu d’asile privilégié par une multitude de graines qui s’y installent qu’on le veuille ou non.
 
Tri sélectif
Le temps où quelques passages avec un pulvérisateur d’herbicide résolvaient le problème, est révolu. Adieu chimie et poudre de perlimpinpin. Reste le désherbeur thermique ou le sarclage. Lors d’une journée ensoleillée, les pousses sont enlevées et laissées sur place afin qu’elles sèchent avant de prendre la direction du compost.
 
Après une pluie, le travail est plus facile. Les intrus sont extirpés à la main pour peu que le terrain ait été régulièrement ratissé et décompacté. Ce qui n’est pas toujours le cas. Particulièrement aux emplacements très fréquentés et très tassés par les allées venues des voitures.
 
Autre difficulté, la mousse et les lichens ont souvent proliféré là où le désherbage chimique s’est répété. Est-ce le fait du compactage, des produits ou les deux  ? Mystère. Le nettoyage à l’huile de bras, le ratissage et l’allégement, voire le toilettage de la surface, ouvrent des possibilités inattendues pour peu qu’on laisse parler le hasard. Le gravier devient alors un lieu propice à l’installation de diverses plantes, une vraie petite pépinière peut s’y développer.
 
Ce type de réalisation diffère d’un jardin implanté dans une terre ordinaire et que l’on recouvre ensuite de gravier comme d’un paillage minéral. Plus riche en bonne terre, il accueille, lui, des plantes plus sophistiquées.
 
 
Un lieu étonnamment accueillant
 
Le gravier se révèle être une situation idéale pour beaucoup de plantes qui, ailleurs, meurent d’humidité hivernale excessive. Il accueille bien souvent les semis spontanés des occupantes du jardin. L’exemple le plus frappant est le ravissant petit Erigeron karvinkianus, annuel chez nous, il réapparaît où bon lui semble, dans le plus petit interstice des marches d’escaliers ou des terrasses. Amusez-vous et délimitez une surface raisonnable de préférence ensoleillée dans votre gravier pour débuter votre pépinière improvisée.
 
Là, vous laisserez les visiteuses s’installer. Bien sûr, il vous faudra contrôler les arrivées ! Vous serez surpris des capacités d’accueil d’un lieu apparemment ingrat et du nombre incroyable de plantes qui s’accommodent de la situation. Qui plus est, et cela peut sembler paradoxal, les graviers augmentent la chaleur du sol et pourtant gardent bien l’humidité en été. Il est très rare de devoir arroser cette partie du jardin même par temps très sec. Comme dans la nature, ce n’est pas un décor figé. A vous de faire le ménage en veillant à laisser une place suffisante au minéral pour vous y déplacer sans tout écraser.
 
 
Pour les impatients
 
Plutôt que d’attendre l’installation des semis spontanés, toujours tributaires du hasard et de vos pensionnaires, vous pouvez tricher en implantant vous-même des plantes de rocaille réputées s’accommoder de la caillasse.
 
Pourquoi ne pas tenter quelques bulbes ? Vous obtiendrez rapidement un aspect naturel. Pour mettre toutes les chances de vôtre côté, percez la couche de gravier le plus profondément possible et remplissez d’une terre fertile. Adaptez vos végétaux aux conditions.
 
De nombreuses herbes condimentaires ainsi que les plantes à feuillage gris y prospèrent avec bonheur. Pensez aux Artemisia ‘Nana’ ou autres, aux lavandes, aux hélianthèmes.
 
 
Quelques exemples
 
Chaque jardin a ses pensionnaires qui se ressèment à l’envi. Il y a quelques inratables qui peuvent se montrer un tantinet envahissants mais ne sont pas difficiles à éliminer.

Le Chrysanthemum parthenium ‘Aureum’. Une vivace voyageuse produisant de nombreuses petites fleurs comme des marguerites. Les feuilles découpées sont dorées et aromatiques.
Les orpins sont des petits sedums. Très adaptées aux lieux ensoleillés, ces plantes peu exigeantes s’étalent généralement assez vite. Leur feuillage est le plus souvent persistant, charnu, épais, très tapissant. Leur couleur dépend de l’ensoleillement et de la quantité d’eau reçue durant l’été. Ainsi peuvent-ils prendre des teintes rougeâtres en cas de sécheresse.
 
Le Geranium pyraneicum et le Geranium robertianum. Le premier est connu depuis longtemps, c’est le géranium des montagnes. Il est vivace et fleurit surtout en juin puis refleurit épisodiquement. Il existe une forme blanche très florifère. Le second, dit ‘Herbe à Robert’, est annuel ou bisannuel. La plante est généralement rougeâtre. Elle affectionne, elle, les endroits ombragés.
 
La valériane, Centranthus ruber. Le feuillage est vert glauque et ses fleurs sont blanches ou rouges d’avril à fin juillet. Elle se plaît dans les sols secs et pierreux et ne demande aucun entretien. Elle pousse partout pourvu que le drainage lui plaise, dans les fissures et sur les murets.
Elle se ressème dans les graviers et si vous avez les deux couleurs, vous aurez probablement quelques plants à fleurs roses.
 
L’alchemille, Alchemilla mollis. Plante vivace au feuillage duveteux qui retient les gouttes de pluie comme des perles. Cette plante pousse en touffe souple et est très décorative. Floraison d’un beau jaune chartreux. Pousse également à la mi-ombre.
 
 
Ph.: MNC & MPV

11:51 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, plantes, graviers | |

Les commentaires sont fermés.